En vadrouille avec Pierre Vassiliu

Les anges ont été cruels avec Pierre Vassiliu. Un titre, Qui c'est celui-là ? adaptation en français du titre Partido alto de Chico Buarque, numéro un en 1973 éclipsera une carrière riche en expérimentations sonores, en voyages musicaux, en rencontres amicales.

On peut remercier Born Bad Records pour les deux merveilleuses compilations, Face B – 1965​/​1981 (2018) et en VOYAGES (2019) qui ont permis de (re)découvrir la poésie unique de Pierre Vassiliu et son kaléidoscope musical en avance sur son temps. Ces deux disques permettent de saisir la modernité de ce chanteur décalé et naufragé, entre rires et larmes, entre provocations potaches et propos engagés d’un grand sensible que la vie se plait à rouler dans la farine. A l’heure où certains, toujours en décalage malgré la révolution numérique et un virus printanier non informatique conspuent les propos d’un PDG d’une puissante société de streaming et où l’on dégaine la sulfateuse #metoo à la moindre grivoiserie, Pierre Vassiliu apparaît comme un OVNI. Il serait certainement censuré aujourd’hui comme il l’a été hier, en pleine guerre d’indépendance d’Algérie, en diffusant, grâce à un camion de l’armée équipé de haut-parleurs, sa chanson J’ai l’honneur et après être passé en conseil de guerre, La femme du sergent. On imagine la tête des programmateurs de France Inter à l’écoute d’En vadrouille à Montpellier, de Viens ma belle, Pierre bat ta femme, Ma cousine ou Déshabille-Toi. Sa carrière pourtant avait commencé sous les meilleurs auspices, adoubé par Brassens en 1962 qui louait à la fois son humour grivois et sa poésie. Puis viendront les voyages, le Brésil, l’Inde, le Sénégal, la Guadeloupe, entre génie et dilettantisme, lui dont un de ses agents, qu’il surnommait Madame Soleil disait à son fils : “Ton père, j’ai jamais vu un mec qui fait autant d’efforts pour saccager sa carrière.” Normal pour quelqu’un qui faisait chalouper Marylin avec « faut chanter pour pas travailler« (Le cadeau, 1981). Bien sûr, Pierrot n’avait pas été oublié par tout le monde, Arnaud Fleurent-Didier, Katerine, Raoul Petite, Albin de la Simone, Cyril Mokaiesh ou Guido Minisky d’Acid Arab à la manœuvre avec Born Bad Records sur ces deux compilations ont régulièrement fait briller le précieux Pierre dont il faut réécouter les chansons carapaces qui dérangent les anges et notre viduité estivale.

© Jean Michel Folon pour l’album Voyage (1975)

« J’ai écarté mes ailes et sans parler à mon ombre, j’ai crié si fort que mon cri m’a devancé, me laissant sur place dans une nouvelle solitude. »
Pierre Vassiliu dans L’oiseau.

Face B – 1965​/​1981 (2018) et en VOYAGES (2019) sont disponibles chez Born Bad Records. Retrouvez aussi Pierre Vassiliu dans le documentaire bouleversant de Laurence Kirsch, Qui c’est celui-là ? ci-dessous.

Pierre Vassiliu – Qui c’est celui là ! (documentaire)

Pierre Vassiliu – Dans ma maison d’amour (1973)

Pierre Vassiliu - Face B - 1965 / 1981

Pierre Vassiliu - en VOYAGES

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Florent Marchet – En famille

Vidéo : Florent Marchet – En famille

Florent Marchet utilise le téléphone rouge mais pour une géopolitique familiale et les maux comptent souvent triples. Dans sa garden party, le berruyer est loin d’être un saint. Il nous acène sa Cène entre attraction et répulsion.

Plus dans Inclassables

flora-sk

Fishbach – Comme une turbulence

C’est drôle les cœurs d’enfant. Ça parle à tout, même quand ça n’en dit rien. Ça a des airs de tir sans sommation, de gros temps, comme de parfum d’innocence. Ça a des airs de goûter, de crêpes au sucre, ou de biscuits à la fraise. Il y a de ça chez Fishbach. Dans ses […]
Marie Frange

Marie Frange, l’affolement rose

A une heure du matin, Florence Trédez ne s’angoisse pas encore. Juste, elle constate. « Je crois bien que j’ai des rideaux de droite. » A bien y regarder finalement, c’est probable. Velours bleu gris épais et embrasses avec pompons, style classique, rassurant… Presque VGE. « Des rideaux de droite dans un salon de gauche. » Un chat passe. […]

L’escapade Comelade !

Vous en avez marre des groupes interchangeables ? des plans médias pour la sortie de disques oubliés dans six mois ? Suivez les conseils de PJ Harvey, plongez-vous dans la discographie du catalan extravagant Pascal Comelade, par exemple ce somptueux Love Too Soon trop méconnu issu de L’argot du bruit paru en 1998.

Nous nous embrassons.

J’ai cherché, pourtant. Et longtemps. Beaucoup. J’ai essayé, mais je n’ai pas trouvé. Pour éviter l’excès. Le mien et celui de l’époque. J’ai même hésité à écrire. Mais il faut bien lui répondre à cette époque. Une époque sans questions. Qui ne s’en pose plus. Une époque qui accepte, et qui accepterait tout, une époque […]