Catégories
Inclassables

En vadrouille avec Pierre Vassiliu

Les anges ont été cruels avec Pierre Vassiliu. Un titre, Qui c’est celui-là ? adaptation en français du titre Partido alto de Chico Buarque, numéro un en 1973 éclipsera une carrière riche en expérimentations sonores, en voyages musicaux, en rencontres amicales.

On peut remercier Born Bad Records pour les deux merveilleuses compilations, Face B – 1965​/​1981 (2018) et en VOYAGES (2019) qui ont permis de (re)découvrir la poésie unique de Pierre Vassiliu et son kaléidoscope musical en avance sur son temps. Ces deux disques permettent de saisir la modernité de ce chanteur décalé et naufragé, entre rires et larmes, entre provocations potaches et propos engagés d’un grand sensible que la vie se plait à rouler dans la farine. A l’heure où certains, toujours en décalage malgré la révolution numérique et un virus printanier non informatique conspuent les propos d’un PDG d’une puissante société de streaming et où l’on dégaine la sulfateuse #metoo à la moindre grivoiserie, Pierre Vassiliu apparaît comme un OVNI. Il serait certainement censuré aujourd’hui comme il l’a été hier, en pleine guerre d’indépendance d’Algérie, en diffusant, grâce à un camion de l’armée équipé de haut-parleurs, sa chanson J’ai l’honneur et après être passé en conseil de guerre, La femme du sergent. On imagine la tête des programmateurs de France Inter à l’écoute d’En vadrouille à Montpellier, de Viens ma belle, Pierre bat ta femme, Ma cousine ou Déshabille-Toi. Sa carrière pourtant avait commencé sous les meilleurs auspices, adoubé par Brassens en 1962 qui louait à la fois son humour grivois et sa poésie. Puis viendront les voyages, le Brésil, l’Inde, le Sénégal, la Guadeloupe, entre génie et dilettantisme, lui dont un de ses agents, qu’il surnommait Madame Soleil disait à son fils : “Ton père, j’ai jamais vu un mec qui fait autant d’efforts pour saccager sa carrière.” Normal pour quelqu’un qui faisait chalouper Marylin avec « faut chanter pour pas travailler« (Le cadeau, 1981). Bien sûr, Pierrot n’avait pas été oublié par tout le monde, Arnaud Fleurent-Didier, Katerine, Raoul Petite, Albin de la Simone, Cyril Mokaiesh ou Guido Minisky d’Acid Arab à la manœuvre avec Born Bad Records sur ces deux compilations ont régulièrement fait briller le précieux Pierre dont il faut réécouter les chansons carapaces qui dérangent les anges et notre viduité estivale.

© Jean Michel Folon pour l’album Voyage (1975)

« J’ai écarté mes ailes et sans parler à mon ombre, j’ai crié si fort que mon cri m’a devancé, me laissant sur place dans une nouvelle solitude. »
Pierre Vassiliu dans L’oiseau.

Face B – 1965​/​1981 (2018) et en VOYAGES (2019) sont disponibles chez Born Bad Records. Retrouvez aussi Pierre Vassiliu dans le documentaire bouleversant de Laurence Kirsch, Qui c’est celui-là ? ci-dessous.

Pierre Vassiliu – Qui c’est celui là ! (documentaire)

Pierre Vassiliu – Dans ma maison d’amour (1973)

Pierre Vassiliu - Face B - 1965 / 1981

Pierre Vassiliu - en VOYAGES

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Bryan’s Magic Tears : It’s Kind of Magic

Les Bryan’s Magic Tears étaient de passage à Amiens pour deux missions éminemment dangereuses. Ouvrir pour Le Villejuif Underground le vendredi soir et faire un goûter-concert le lendemain après-midi. Missions impossibles pour le gang de Benjamin Dupont, le Ethan Hunt de l’affaire ? Du tout. Attention, cet article s’auto-détruira dans 20 secondes.
Bryan's Magic Tears

Le magique système des Bryan’s Magic Tears

Nouvelle signature de Born Bad Records, Bryan’s Magic Tears va redonner le sourire à la génération des gens qui avaient vingt ans en 1998 ou 1999. Comme l’écrivait récemment Lyonel Sasso, cette génération a vu tous ses héros bousillés par le système. Linkous, Molina… Le nouvel album de Bryan’s Magic Tears tient la route, la…
Cyril Cyrl

Bonjour Bonjour Cyril Cyril !

Formé par Cyril Yeterian, disquaire chez Bongo Joe et Cyril Bondi, batteur chez La Tène, le duo Cyril Cyril est le prochain scud de Born Bad Records. Passant à la moulinette urbaine l’héritage de 16 Horsepower, Cyril Cyril réussit à nous accrocher le cerveau avec un premier single.
Forever Pavot © Louis Teyssedou

Forever Pavot au top !

Forever Pavot ne pantoufle pas. Un an après la parution de La Pantoufle, Emile Sornin et ses troupes sont sur les routes de France et de Navarre pour prêcher la bonne parole. Et c’est du tout bon.
Cannibale

La Grande Bouffe de Cannibale

Le label Born Bad Records va finir par avoir la peau du public de La Lune des Pirates. Au début du mois, Born Bad a envoyé Frustration mettre tout le monde d’accord avec un show exceptionnel. Round 2 avec les Cannibale et Marietta le 21 février 2018 dans le cadre du FAIR 2018.

Plus dans Inclassables

edvard_munch_-_separation_-_google_art_project

Vertige du visage pâle

Benjamin Biolay avec Ton âme est bleue, mon visage est pâle fait peut être écho au Pale blue eyes du Velvet Underground, « Sometimes I feel so happy, sometimes I feel so sad ». Ces mêmes moments banals où l’on s’attarde sur des signes ou surtout l’absence de signes quand tout se finit un 14 août.
Chassol

Chassol chasseur de sons

Comment fêter la musique ? En regardant et en écoutant les divagations musicales de Chassol avec son Big Sun qu’il vient de mettre en ligne en intégralité.
sebastien_berlendis_soul_kitchen

L’ode à la vie de Sébastien Berlendis

Nous entamons une nouvelle série d’articles où nous demandons à des écrivains de partager leurs goûts musicaux à travers dix disques ou chansons qui les ont particulièrement marqués, les liens qu’ils tissent entre la musique et l’écriture, et enfin d’évoquer un thème récurrent de leur oeuvre pour mieux entrer dans leur univers.

Gontard! – La saison des grands froids

Ils gobent. Ils sentent le paniqué, le caché, le confiné. Ils gobent, ils gobent ce qu’on leur donne à gober. A genoux, toujours, comme ils attendent leur giclée.
Screaming Trees

[1990 – 2020] Le temps du changement pour les Screaming Trees

Il y a trente ans, les Screaming Trees publièrent Change Has Come, un EP qui eut le mérite de faire la jonction entre leurs premières années sur le circuit indépendant et leur arrivée chez Epic. Après la parution de ce disque, les cartes seront rebattues et plus rien ne sera comme avant…

[2000 – 2020] Autant en emporte Eleven

Avantgardedog des Eleven a fêté ses vingt ans il y a quelques jours. Avant quoi ? Eleven qui ? Derrière ce nom se cachent Alain Johannes et feu Natasha Schneider, un couple américain qui, à défaut d’être aimé parle le grand public, éclaira les plus grands et aimante encore aujourd’hui notre attention.
Cyrz_oubli

14 minutes de poésie et plus !

Il y a des chansons qui surgissent sur la toile par miracle et l’on se rend compte que c’est exactement ce que l’on voulait écouter ce jour-là. Qu’il y a des fils invisibles et aléatoires qui se tissent dans nos cerveaux, revoir un jour Walter, retour en résistance, apprendre la mort d’un autre résistant à…