La Maison Tellier, l’échappée belle

La Maison Tellier - L'art de la fugue
Guimauve - 16/03/2010

Troisième album pour la Maison Tellier qui avec cet Art de la fugue délaisse les vâches et les camemberts de Normandie pour les mustangs et les saloons enfumés d’un farwest fantasmé.

Bien sûr La Maison Tellier fait référence à la célèbre nouvelle du normand Maupassant et à sa description crue des us et coutumes d’une maison close. Ici, au contraire, la maison est ouverte aux quatre vents, elle est accueillante et chaleureuse, elle sent la cire, le bois craque dans la cheminée. A la première écoute de ce nouveau disque, on s’attend à découvrir la famille au grand complet, Helmut, Raoul, Léopold, Alexandre et Alphonse, sirotant un whisky hors d’âge avec un bon cigare mâchouillé aux lèvres. C’est une « maison bleue sur la colline » où il fait bon vivre, ouverte aux amis de passage (le duo féminin sur Il n’est point de sot métier réponse à la première partie figurant sur le premier album du groupe en 2007). On est loin du bordel bourgeois où il faut montrer patte blanche et avoir honte de tirer son coup. Est-ce le « troisième souffle » pour ces précurseurs en France de folk amerikana bien avant la déferlante revival acoustique ? Le son est en effet davantage électrique (Five years Blues, Laissez venir), rugueux sur certains titres comme la pierre à affûter les rasoirs des barbiers que nos deux chanteurs hirsutes n’utilisent guère.

La Maison Tellier – Suite Royale (SK Session)

Il n’y pas pas beaucoup de groupe qui possèdent un réel univers. La littérature avec des échos de Kerouac (Mexico city blues, ses chaines à la Johnny Cash et son récentAin’t no grave, son banjo et ses choeurs hallucinés) ou Camus (la Peste, l’image du bain dans le soleil couchant, la voix chaude et le swing), ou le cinéma : en les écoutant surgissent des images des westerns crépusculaires à la There will be blood (l’écorché Josh the preacher) ou The assassination of Jesse James by the coward Robert Ford. On peut les rapprocher bien sûr de Syd Matters, des French Cowboys, de Moriarty ou de H-Burns tous cultivés, passionnant dans leur parcours et leur relation à la musique, loins des calculs et de la hype.

Ce disque enregistré à la campagne comme Bon Iver est surtout plus bucolique que mélancolique. On sent le plaisir que cette famille unie, cousine éloignée des Avett Brothers a pris à faire de la musique, à méditer, à partager des moments conviviaux, à chanter, à picoler, à jouer aux cartes (Suite Royale et sa quinte flush loin de Pagnol et de Raimu). L’art de la fugue (petit clin d’oeil au génial Tom Waits et à son Black Wings) est un disque hors du temps, loin du nombrilisme autobiographique de certain ou de la fausse contestation et des engagements de pacotille d’autres. Ici, tout est affaire d’ambiance, chaque titre vous emporte dans un univers, une nouvelle, un petit récit en quelques vers (avec ou sans Tequila), le banjo se mêle à la mandoline, la trompette survole les morceaux à la Calexico nous transportant tantôt à Chihuahua sur les trâces du lieutenant Blueberry ou poursuivant les trois prisonniers échappés d’O’Brother des frères Coen… L’anglais se mélange au français, on ne se pose pas pour la énième fois la question du pourquoi du comment de la langue, c’est comme cela car c’est comme cela que cela doit être, harmonieux et lumineux.

Et si le secret d’un disque réussi était la fratrie fraternelle ? Dans tous les cas, le 22 mars, c’est La Maison Tellier qui régale !

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Réponses
  1. Belle chronique en effet, et bien trouvées les références littéraires et cinematographique.
    C’est vrai que le groupe en deux albums a créé tout un univers à eux, là où beaucoup d’artistes du même style manque justement de personnalité. Quand on écoute « le grand départ », « il n’est point de sot métier » ou « la chambre rose » pour ne citer que celà, avec un minimum d’imagination, on a le film qui défile sous nos yeux.
    Donc le 22, rdv dans les magasins (en espérant que ceci y soit, au rendez vous)

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.