Jónsi (Sigur Rós) – Go

On vous l'annonce depuis des mois déjà, ça y est, l'album solo du leader du groupe islandais Sigur Rós est enfin là ! Avant un rapide passage au Bataclan le 7 juin prochain, décryptage de cette petite merveille.

À l’annonce du projet, en anglais, beaucoup de dents ont grincé. D’aucuns brandissant déjà des menaces de lutte contre l’ego d’un leader aussi énigmatique que sa troupe. La réponse aux doutes et aux appréhensions n’en est donc que plus radicale.

Go désarçonne, et ce dès les premières secondes. Là où Sigur Rós ancre sa musique au plus profond des racines sylvestres et des noyaux terrestres, Jónsi vient taquiner les cimes et les sommets balayés de vents glacials.

Discographie

Le pari était de taille: co-ambassadeur de la musique islandaise, le groupe brille depuis plus de quinze ans par un mysticisme toujours plus épais, une complexité travaillée et une opacité enveloppante qui font toute la profondeur d’une musique qu’on ne finit plus de (re)découvrir.

Go est un album clair, pur et léger au premier abord, neuf chansons comme autant de jeux d’un enfant qui rêve de nuages et d’envolées icariennes.
Passée l’impression de vent frais, la complexité se dessine et chaque morceau se déguste alors comme un millefeuille: la voix du jeune homme se fait plus musclée qu’à l’accoutumée, explore des territoires inédits, prend des risques; les instrus sont plus directes, plus identifiables peut-être mais les ficelles sont clairement différentes.

Là où un Von donne envie de s’allonger dans la pénombre d’un sous-bois, Go prend par les tripes, les mains, les pieds, et pousse à la danse, au sourire et à l’épanouissement.

Le recours à l’anglais aurait pu noyer les compositions dans des dérives textuelles destinées à combler un manque de fond musical, il n’en est rien: vous n’en retiendrez pas un traître mot, simplement des sons se mêlant à des strates d’instruments et des impressions voire des émotions pour les plus ouverts d’entre vous.

Mention spéciale à Animal Arithmetic, joyeux bordel de casseroles courant après une pop song perdue dans des méandres ensoleillés.

Il en a dans le ventre ce garçon-là, et après quinze ans de compositions sublimes, on ne peut qu’admirer une propension à se réinventer sans se trahir.

L’interview de Jónsi par Agnès.

Le clip de Go Do:
Jónsi Jónsi – Go Do

Jónsi (Sigur Rós) – Go
8/10

Cela pourrait vous intéresser

Jónsi - Sumarið sem aldrei kom

Vidéo : Jónsi – Sumarið sem aldrei kom

L’été qui n’est jamais venu. Sumarið sem aldrei kom. Belle métaphore de notre époque. Mais là c’est l’hiver qui ne viendra peut être pas au grand dam des stations de skis que tout le monde pratique massivement comme les librairies, les restaurants et les bars branchouilles.
Death Vessel

Death Vessel en porcelaine

On vous l’annonce depuis des mois déjà, ça y est, l’album solo du leader du groupe islandais Sigur Rós est enfin là ! Avant un rapide passage au Bataclan le 7 juin prochain, décryptage de cette petite merveille. À l’annonce du projet, en anglais, beaucoup de dents ont grincé. D’aucuns brandissant déjà des menaces de lutte contre l’ego d’un leader…
Avant Scène par Rémy Grandroques

Avant Scène par Rémy Grandroques

Voilà plusieurs années que je travaille sur des festivals, et que je suis armé de mon Holga. Un appareil très discret. Le boitier idéal pour passer inaperçu pendant les changements de plateau ou les balances, et faire cette série « Avant Scène » en tout tranquillité. Enfin presque ! Il m’est arrivé de me faire […]
Queens Of The Stone Age @ Rock en seine 2010

Photos : les groupes de Rock En Seine au charisme de moule

J’ai photographié presque 45 groupes de ce Rock En Seine 2010, il en ressort une constante, il y a des groupes intéressants à voir en live et d’autres dont l’écoute de l’album procure un bien meilleur divertissement que de se les taper en concert. Petit florilège des groupes les plus chiants visuellement (quoique parfois ils […]

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.