Catégories
Son du jour

Vidéo : Aimee Mann – Suicide Is Murder

On aime Aimee Mann depuis notre sauvetage floral en 1999.

Aimée Mann pourrait être la sœur de Nick Cave. La soixantaine leur va bien. Aimée Mann a commencé à écrire la musique de Queens of the Summer Hotel en 2018 lorsqu’on lui a demandé de composer des chansons pour l’adaptation théâtrale des mémoires de Susannah Kaysen, Girl, Interrupted.

« J’ai commencé à écrire cette chanson parce que j’ai connu des personnes qui se sont suicidées et des amis dont des proches sont morts par suicide. Je pense que l’expression le suicide est un meurtre a pris un sens pour moi car c’est la pire chose à laquelle il faut faire face par la suite. C’est juste horrible. Parce que toute personne qui connaît la personne qui s’est suicidée se reprochera d’une manière ou d’une autre de ne pas avoir remarqué, d’être intervenue ou de ne pas avoir fait quelque chose. Ils vont jusqu’à la fin de leurs jours, dire, est-ce que j’aurais pu faire quelque chose ? »

Queens of the Summer Hotel sort le 5 novembre 2021.

Aimee Mann – Suicide Is Murder

Picture yourself
There in the snow turning blue
Get used to that being you

Picture yourself
Blood from a cut on your wrist
Checking for veins that you missed

‘Cause suicide is murder
You’ve got to have motive, means and opportunity
Suicide is murder
Premeditated, rehearsed tragedy

Motive is key
Count off the friends who would care
If there are none then you’re there

Motive’s a must
Shame and self-loathing a plus
Tickets for under the bus

Suicide is murder
You’ve got to have motive, means and opportunity
Suicide is murder
Premeditated, rehearsed tragedy

But beware ’cause anyone who knew you
Will be cursed and part of them will also die
There’s no end to the asking of the question
Why?

So picture yourself
What sums up all of your ills?
Is it drowning?
Or bullets or pills?
Try to detach
If throwing the pills down the hatch
Or falling where no one can catch

If Suicide is murder
You’ve got to have the stomach for a heartless killing spree
Suicide is murder
Premeditated, rehearsed tragedy

Aimee Mann - Queens of the Summer Hotel

Tracklist : Aimee Mann - Queens of the Summer Hotel
  1. You Fall
  2. Robert Lowell and Sylvia Plath
  3. Give Me Fifteen
  4. At The Frick Museum
  5. Home By Now
  6. Checks
  7. Little Chameleon
  8. You Don’t Have The Room
  9. Suicide Is Murder
  10. You Could Have Been A Roosevelt
  11. Burn It Out
  12. In Mexico
  13. Check (reprise)
  14. You’re Lost
  15. I See You

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez :

Cela pourrait vous intéresser

Villagers - Circles In The Firing Line

Vidéo : Villagers – Circles In The Firing Line

Non, Conor J. O’Brien n’a pas pris la grosse tête. Au contraire, il est pétri de doutes comme beaucoup d’entre nous. On traverse avec lui ces cercles de feu en espérant que notre monde est un mauvais rêve.
Isabel Sörling à La Boule Noire

2X2 places pour Isabel Sörling à La Boule Noire

En attendant les résultats des Victoires du Jazz où Isabel Sörling est nommée dans la catégorie ‘artiste vocale’, on la retrouvera sur la scène de la Boule Noire à Paris le mercredi 6 octobre.
Jarvis Cocker - Chansons d'ennui

Jarvis Crooner

On crie au génie quand on écoute Jarvis. On avait entraperçu sa reprise d’Aline en fin de bande annonce de The French Dispatch de Wes Anderson, voilà le morceau dans son intégralité qui augure d’un album entier de french cover.

Plus dans Son du jour

Villagers - Circles In The Firing Line

Vidéo : Villagers – Circles In The Firing Line

Non, Conor J. O’Brien n’a pas pris la grosse tête. Au contraire, il est pétri de doutes comme beaucoup d’entre nous. On traverse avec lui ces cercles de feu en espérant que notre monde est un mauvais rêve.
Obi Bora - Light 'n' Darkness

Vidéo : Obi Bora – Light ‘n’ Darkness

Obi Bora a vu la lumière dans ce désert traversé depuis le Biafra, épopée incroyable sous un soleil de plomb, sauvé par ses propres fluides et une extraordinaire volonté.