Gruff Rhys – Hotel Shampoo

chronique : Gruff Rhys – Hotel Shampoo Gruff Rhys est un artiste gallois qui s'est illustré dans les années 90 au sein de Super Fury Animals, plus récemment dans le duo electro pop Neon Neon au coté de Boom Bip et dans tout un tas de collaborations et projets solos. Cette année, Gruff Rhys revient avec un deuxième album solo, Hotel Shampoo.

Gruff Rhys

L’album s’ouvre sur Shark Ridden Waters et Honey All Over qui sentent le sable, le soleil, le surf… Les Beach Boys donc, que l’on retrouvera aussi sur Christopher Columbus. Gruff Rhys parsème ses morceaux de détails futuristes qui en font sonner certaines comme un David Bowie qui serait rentrer dans un Brian Wilson (en tout bien tout honneur). Sensations In The Dark, c’est une cyber carioca. L’étrange Sophie Softly, contient en lui seul le rêve et le réveil. On passera sur le Conservation Conversation un peu anecdotique .

Dans sa bonté, Gruff Rhys offre une nouvelle porté de chansons du dimanche : Vitamin K, pleine de saxo et de violon, c’est un peu comme des gouttelettes de lumière dans la poussière d’un dimanche après midi. Beau et triste à pleurer. Take a sentence, c’est un dimanche flamby post rupture, quand on se rend compte qu’on ne pense pas tant que ça à l’ex aimé(e). On peut se vautrer dans le délicat et ouaté Space Dust #2 (Un des nombreux petit bijoux que renferme cet album), en duo avec la chanteuse d’El Perro Del Mar. Le tout emballé par la voix râpeuse de crooner punk de Gruff. (Qui étrangement a pu me faire parfois penser à celle d’Arthur Russell,notamment sur At The Heart Of Love)

Discographie

Avec Hotel Shampoo, Gruff Rhys ressuscite une flamboyance pop vintage à la Burt Bacharach. Le gallois est un vrai popeux, un type qui compose des mélodies qui sont autant d’ambiance différentes, autant de bandes originales. De parfaites petites bandes sons,qui transportent en 3 couplets et deux refrains.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
2 réponses sur « Gruff Rhys – Hotel Shampoo »

Oh yeah !! Merci pour ce clip de « Sensations in the Dark », titre que j’avais découvert dans mon émission préférée le 29 janvier, et qu’il me tardait de réécouter, faute de disponibilité du podcast les 2 semaines suivantes… J’avais aussi pris connaissance de celui de « Shark Ridden Waters » début janvier, sur un site concurrent (linké par Rod !) avec cette craquante actrice de chez nous… ;-)

En revanche, je ne connaissais pas le concept de son album : eh bien je kiffe cet artwork, tout comme l’idée géniale qu’il expose, au sens propre comme au figuré, dans la vidéo qui doit être son EPK ! Quoiqu’il en soit, rien de mieux qu’une cyber carioca funk & soul pour entamer cette nouvelle semaine… et vivement dimanche, donc !!!

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Gruff Rhys - Seeking

Gruff Rhys – Seeking New Gods

Obsédé par le mont Paektu, un volcan situé à la frontière de la Chine et de la Corée, Gruff Rhys atteint des sommets avec son septième album solo, le bien nommé Seeking New Gods.

Gruff Rhys rugit encore !

Gruff Rhys n’a que de bonnes idées. Partir à la recherche de nouveaux dieux, les anciens ayant gravement failli et de mettre au clou votre solitude.
Gruff Rhys

Le fluide Gruff Rhys

Certains garçons de plage ont de bonnes vibrations, pour d’autres elles sont franchement négatives en août. A vous de choisir.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.