chronique cd : Yelle : Safari Disco Club
Elle est sympa Yelle, en tout cas moi je l’aime bien bien que j’aime pas la tecktonik qui rime un peu trop avec bombe atomique mais j’aimais bien le clip de « A Cause des Garçons ».

Yelle

On se rend compte sur la chaîne youtube de Yelle qu’elle est vraiment sympa et rigolote, elle aime les chats sur les tapis roulants , les huskies qui disent « I love You » et les petites filles qui chantent ses chansons.
Et puis le remix de Siriusmo pour « Les Femmes » qui est une tuerie au piano m’avait ébloui et d’ailleurs Moritz Friedrich en plus d’avoir sorti un superbe album a aussi filé un petit coup de main à Julie Budet sur trois titres de « Safari Disco Club ». Yelle , c’est un peu la copine qu’on aimerait tous avoir, celle qui n’hésite pas à parler parfois de sujets d’habitude réservés aux mecs. Celle qui a exercé un temps un emploi jeune dans une compagnie de gestion de spectacles de clowns prouve avec ce nouvel album que « Pop Up » n’était pas un one shot et que la bretonne a su prendre une place pas encore exploitée dans la pop française, celle de la grande gueule et de la peste qui ne mâche pas ses mots, en un mot un personnage absolument fréquentable en ces temps de chanteuses sucrées et mignonnes ou d’emmerdeuses aux chansons à texte (pouah quelle expression!)… Yelle réconcilie la pop et la musique électronique dans un grand tourbillon et si vous n’aimez pas vous pouvez toujours vous infliger l’album de Carla Bruni. Moi j’ai choisi mon camp.

Partager cet article
2 réponses sur « Yelle : Safari Disco Club »

« Yelle, c’est un peu la copine qu’on aimerait tous avoir »… eh bien, pour ma part, ça dépend en quelles circonstances, mon cher Fred !!

Oui, moi aussi je l’aime bien : mais autant j’adorerais qu’elle me chante « Que veux-tu, je suis folle de toi » dans sa petite robe rouge, autant « Je veux te voir »… elle pouvait être assez comique pour des garçons ayant un certain sens de l’autodérision, mais pas tendre avec eux quand même ! Enfin ça dépend, ce sont surtout ceux qui ont des talents de cuisinier, qui doivent s’y identifier et culpabiliser un max !! Ce qui n’est pas véritablement mon cas, étant plutôt branché « gastronomie moléculaire », comme indiqué sur mon Space : de la pure théorie quoi !

Enfin d’un autre côté, je me sens plutôt attiré par « les chanteuses sucrées et mignonnes », avec « une kyrielle d’OH dans leurs molécules constitutives » donc, comme disait l’un de mes profs d’orga en P1… ce qui ne m’empêche pas d’apprécier Yelle quand même… les paradoxes Capitaniens ;-)

D’ailleurs pour une fois, je maîtrise parfaitement toutes les références de ta chronique, ayant effectivement visionné tous ces prérequis sur YouTube la semaine dernière !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Clap Ferret 2015

Clap Ferret, Première !

Non, Rock en Seine n’est pas le dernier festival de l’été ! Pendant que certains retrouveront leur métro / boulot / dodo, d’autres seront sur la plage avec entre autres The Limiñanas à « promener Otis et rester assis sur le sable une heure ou deux avec tous mes copains, ceux dans ma tête et ceux…
Yelle - Complétement Fou

Yelle à la Maison

Yelle – Complétement Fou La vie, simplement la vie qu’elle croque depuis la préhistoire myspace. Yelle revient avec un troisième album sucré salé sexué sans complexes Complètement Fou que l’on a hâte d’entendre sur scène tant il donne envie de bouger le ba$$in une nuit de baise un et deux.

photos : Musilac 2011 – Jour 2

Deuxième journée à Musilac 2011. Le soleil est en rendez-vous, les festivaliers également. Au programme de ce report photos : Nouvelle vague, Lilly Wood and The Prick, dEUS, Yelle, Philippe Katerine, AaRON, Gaëtan Roussel, Eels, PJ Harvey et the Chemical Brothers.
Affiche Festival Musilac 2011

10ème cure pour Musilac !

10ème année pour Musilac à Aix-Les-Bains les 14, 15 et 16 juillet prochains, le plus gros festival généraliste de Rhône-Alpes.

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.