Catégories
Chroniques d'albums

Metronomy – The English Riviera

Les Anglais sortiront le toujours troisième difficile album qui fait suite au deuxième album réussi en avril 2011. On prend donc notre serviette de plage et on part faire bronzette avec le disque sous le bras.

Metronomy

Si les deux premiers titres  ne sont pas franchement les plus réussis, ils ont le mérite de vérifier les récentes du groupe et de cadrer les choses.  Le capitaine Mount a avoué platement s’intéresser aux enregistrements des années 70 ainsi qu’aux artistes de cette période. Les premières minutes sont donc très sages. We Broke Free plaira à ceux qui se font une certaine idée des 70. Mais l’exercice d’application s’arrête bientôt. Troisième morceau. On quitte la classe et on va dans la cours de récréation inventer des nouveaux jeux.

Alors que The English Riviera s’était trouvé un rôle bien rangé, Everything goes my way, ritournelle pop pleine de malice intrigue et finit par faire taper du pied. Petit bijou pop, cette chanson plonge l’auditeur dans un mutisme étrange…

The look répond au slogan balancé aux médias: « une rencontre entre Daft Punk et les Eagles » et s’avère très efficace.  The English Riviera fonctionne comme un moteur diesel sur la route des vacances. Il faut lui laisser du temps. Après quelques minutes de chauffe, il tourne merveilleusement bien. The look, petite sœur plus rangée de Everything goes my way, achève de nous convaincre.

She wants et ses premières effluves à la The Cure parait un peu à coté de ses pompes. Le schizophrène The Bay plonge la seconde moitié du disque dans un monde dominé par l’électro. On range Steely Dan et consorts. Fantasque, Corinne, devrait faire un malheur sur les dancefloors cet été. Mount lâche tout. Alors que les premières minutes étaient très policées, voilà que les frontières s’effacent. Tout danse, tout valse. Parfait. Si Some written retombe dans les mêmes travers policés des premiers morceaux, Love Underlined, fait office de chapitre final idéal.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
3 réponses sur « Metronomy – The English Riviera »

Alors, première chose, je m’autocorrectionne : je me suis aperçu en effet, en revisionnant « You Could Easily Have Me » hier soir, qu’ils avaient effectivement sorti un premier album en 2006, même si Papy Brossard nous les a fait découvrir en France seulement en décembre 2007 !

Tout d’abord, bon point pour l’artwork ! Et puis, ta chronique me donne du rêve, Louis ! « Love Underlined », des dancefloors transcendés… et « Corinne » qui, en fin de compte, sonne un petit peu comme Karen… ;-) ;-) Un été 2011 qui s’annonce formidable, finalement : enfin espérons !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.
Metronomy @ Primavera 2017

Metronomy 19

En 2016, Joseph Mount flinguait tout le monde avec Summer 08. Depuis, on attend Metronomy comme le messie.
Metronomy @ Primavera Sound 2017 © Eric Pamies

Primavera Sound Barcelona 2017

Primavera Sound, c’est ce festival de grande ampleur à Barcelone qui, chaque année, réserve son lot de surprises et de folies. Cette édition n’a pas manqué à ses obligations : des découvertes aux têtes d’affiches, les apparitions et les révélations inattendues se sont succédées d’un bout à l’autre du festival, à ne plus savoir où…
Garorock 2016 (photo © Raphael Roques)

Le récap’ de la semaine #1

Vous êtes tous très occupés alors pour ne pas rater l’essentiel, voici le récap’ de la semaine musicale de Soul Kitchen. Des clips, des photos de concert et un chouette concours, les bonnes choses habituelles de votre webzine préparé avec amour (vu qu’on n’a pas de thune, on ne peut faire mieux).
Metronomy - Summer 08

Metronomy – Summer 08

Joseph Mount, tête pensante des Metronomy, est le type sur qui on n’aurait pas parié il y a une dizaine d’années. Mais alors qu’il produisait de l’électro pour gentils neuneus qui jouent à Mario Bros en mangeant des Oreos avec les albums Pip Paine (Pay the £5000 You Owe) et Nights Out, Mount s’est soudainement…

Monotonie chez Metronomy

Le printemps 2016 n’est pas la bonne saison pour publier des singles. A l’exception des Super Furry Animals, tous les groupes anglais mangent la poussière. Après les Stone Roses, c’est au tour des Metronomy de faire un four cette semaine.
Cabane

Cabane en bois précieux

Il y a des chansons qui vous prennent par surprise et qui font du bien parce qu’elles arrivent au bon moment. Sangokaku de Cabane en fait partie.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…