Air – Le voyage dans la lune

AIR - Le voyage dans la lune Air, c'est comme la cuisine japonaise ou les sports écossais, il faut aimer. Alors quand le boss débarque dans l'open space avec le disque du duo, on a des sueurs froides. L'ambiance devient électrique, les yeux fixent le sol. On n'est pas des grands clients de Air. La courte paille a décidé.

Air

Air a donc composé la bande originale de la version restaurée du film de Georges Méliès, Le voyage dans la lune. La radinerie n’étant pas leur premier défaut, Dunckel & Godin publient 11 titres inspirés par ce travail.
Pour une fois, un site officiel porte bien son nom: http://fr.aircheology.com/. Les deux gaillards ont fait un voyage dans le temps en tentant de se confronter aux difficultés de 1902 et en adoptant le même comportement que Méliès.

Deux lectures sont possibles.
La première est scolaire. On écoute le disque. Astronomic Club, rapide morceau d’ouverture, laisse présager le pire. La batterie épileptique de Seven Stars continue à laisser le doute s’installer. Au bout de deux minutes, le décompte efface tout. Une basse sortie des buissons où comatait un Roger Waters envoie l’auditeur vers la Lune. Pendant quelques instants. Retour sur terre porte bien son titre puisque l’auditeur s’explose la tête contre le bureau. L’affaire est entendue.
Et bing, miracle. Parade et ses ficelles sont d’une efficacité redoutable. Moon Fever, petit bijou artisanal, est peut être un des meilleurs morceaux de Air.
Sonic Armada, décalque intelligent de Death In Vegas, brille par son coté sournois et agressif. Le brelan d’as.

Discographie

Il faudra le savourer ce brelan. Car après on retombe dans les travers des premiers morceaux. Si ce n’est Cosmic Trip qui rendra chèvre n’importe quel fan de Pink Floyd. Comme ils le sont déjà, aucun changement à l’horizon.
Quant aux participations de Miss Legrand de Beach House et de Au Revoir Simone apportent au final peu de valeur ajoutée. Quelle purge celles la.

Le voyage dans la lune (Extrait de la version restaurée)

Une deuxième lecture est possible. On fait avec les moyens du bord. On regarde le film de Méliès en calant certains morceaux. Et il se pourrait bien que les morceaux appréciés lors de la simple écoute prennent une toute autre envergure. Et avec un écran 15 pouces, un youtube mal défini, Sonic Armada s’encanaille. Même Seven Stars devient intéressant, c’est dire.
Le visionnage de la version restaurée pour l’occasion devrait être une bonne claque.

Et pourtant on n’aime pas Air ici.

Interview Air par Telerama

› sortie le 6 février 2012.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
2 réponses sur « Air – Le voyage dans la lune »

et si t’écoutais deux trois fois avant de vomir ta connerie.. en plus j’adore, ça fait son difficile quand le « boss » l’oblige à écouter Air dans l' »open space » oh putain trop dur les « conditions de travail.. à gerber..

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

JB Dunckel

A+ pour H+

Épaulé de son mythique MS20 et de son légendaire Arp 2600, JB Dunckel revient avec un disque qui se compare aisément à une odyssée futuriste et à une échappatoire futuriste. Basé sur le transhumanisme, H+ est un O.V.N.I. qui berce notre existence. Ecouter un morceau comme Hold on, c’est planer littéralement et quitter notre morne […]
Parquet Courts @ TINALS 2016

Love is all around

Se souvenir des belles choses. C’était il n’y a pas si longtemps, c’était le début de l’été, le farniente pointait son nez.
TINALS 2016

Love is in the air

Le festival This Is Not A Love Song est désormais l’un des festivals indispensables dans l’offre estivale, il se déroulera les 3, 4 et 5 juin dans l’antre Paloma à Nîmes que vous rallierez par tous les moyens, malgré les grèves et les inondations ! SK* a posé quelques questions à Fred Jumel, l’une des […]

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn – Optimism

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.