Nouvel opus en forme de libertinage musical !

The Rakes, qui selon la légende tirent leur nom de l’opéra The Rake’s Progress de Stravinski offrent un troisième CD qui ne trahit pas l’éclectisme de leurs références. Connus pour avoir envahi nos têtes avec « Open Book », morceau très pop et efficace balancé sur toutes les ondes grâce à CanalSat qui en a fait la bande son de sa pub TV en 2006, The Rakes ont réussi le pari de s’imposer auprès du grand public tout en se frayant un chemin dans la hypitude. Preuve s’il en est, leur participation au très select Monsieur Gainsbourg Revisited aux côtés de Portishead, Marianne Faithfull ou encore Cat Power, album sur lequel ils proposent une mutation intéressante du « Poinçonneur des Lilas » devenu pour l’occasion « Just a man with a job ».

So, what is « The London look » ou plutôt “The London sound” selon The Rakes version 2009 ?

The Rakes - 1989

Incontestablement, le quatuor londonien se nourrit sur Klang aux influences new-yorkaises aussi bien qu’à des exhumations typiques Joy Division.
Le ton est donné avec une pochette très seventies qui ouvre un parcours allant de réminiscences The Cure (« The woes of the working women ») mêlées à des accélérations et des formats Pixies, un martèlement de piano cabaret-punk… Le chemin offre des surprises : voici des variations vocales qui rappellent quant à elles les ondulations hypnotiques d’un Elyas Khan de l’énorme Nervous Cabaret, mais sans le soutien des cuivres, sur l’ouverture « You’re in it » ou encore sur le très bon « Shackleton »…
Si dans l’ensemble tout est bien calibré – parfois trop, on aimerait que le groupe prenne sur certains morceaux un peu de liberté face à des schémas musicaux très reconnaissables- certaines étapes de la « revue » peuvent manquer le décollage, comme « 1989 » au rock californien quelque peu glissant… Mais au regard de l’esprit caustique du groupe, un tel morceau peut être écouté avec une distance humoristique bien sentie.
The Rakes s’amusent dans leurs détours nocturnes dans une ville finalement indéfinie, passant d’ambiances en ambiances jusqu’à consacrer un morceau à la pauvre condition des clients fumeurs expédiés sur le trottoir (« The Loneliness of the outdoor smoker »), avec un traitement musical bien loin du blues attendu…

Un trip au rythme dopé à l’accélération surénergisant, qui contient de toute évidence les ingrédients d’un succès attendu. The London sound, selon The Rakes, vient bien d’un autre temps et d’autres lieux…

Tracklist : The Rakes - Klang
  1. You’re in it
  2. That’s the reason
  3. The loneliness of the outdoor smoker
  4. Bitchin in the kitchen
  5. The woes of the working women
  6. 1989
  7. Shackeleton
  8. The light from your Mac
  9. Mullers ratchet
  10. The final hill

Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

blacklips

Vidéo : Black Lips – Gentleman

Robin Williams affirmait, « adolescent, j’étais pyromane. On m’a placé dans un foyer. » Les Black Lips brûlent toujours même en vieillissant.

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.