Nouvel opus en forme de libertinage musical !

The Rakes, qui selon la légende tirent leur nom de l’opéra The Rake’s Progress de Stravinski offrent un troisième CD qui ne trahit pas l’éclectisme de leurs références. Connus pour avoir envahi nos têtes avec « Open Book », morceau très pop et efficace balancé sur toutes les ondes grâce à CanalSat qui en a fait la bande son de sa pub TV en 2006, The Rakes ont réussi le pari de s’imposer auprès du grand public tout en se frayant un chemin dans la hypitude. Preuve s’il en est, leur participation au très select Monsieur Gainsbourg Revisited aux côtés de Portishead, Marianne Faithfull ou encore Cat Power, album sur lequel ils proposent une mutation intéressante du « Poinçonneur des Lilas » devenu pour l’occasion « Just a man with a job ».

So, what is « The London look » ou plutôt “The London sound” selon The Rakes version 2009 ?

The Rakes - 1989

Incontestablement, le quatuor londonien se nourrit sur Klang aux influences new-yorkaises aussi bien qu’à des exhumations typiques Joy Division.
Le ton est donné avec une pochette très seventies qui ouvre un parcours allant de réminiscences The Cure (« The woes of the working women ») mêlées à des accélérations et des formats Pixies, un martèlement de piano cabaret-punk… Le chemin offre des surprises : voici des variations vocales qui rappellent quant à elles les ondulations hypnotiques d’un Elyas Khan de l’énorme Nervous Cabaret, mais sans le soutien des cuivres, sur l’ouverture « You’re in it » ou encore sur le très bon « Shackleton »…
Si dans l’ensemble tout est bien calibré – parfois trop, on aimerait que le groupe prenne sur certains morceaux un peu de liberté face à des schémas musicaux très reconnaissables- certaines étapes de la « revue » peuvent manquer le décollage, comme « 1989 » au rock californien quelque peu glissant… Mais au regard de l’esprit caustique du groupe, un tel morceau peut être écouté avec une distance humoristique bien sentie.
The Rakes s’amusent dans leurs détours nocturnes dans une ville finalement indéfinie, passant d’ambiances en ambiances jusqu’à consacrer un morceau à la pauvre condition des clients fumeurs expédiés sur le trottoir (« The Loneliness of the outdoor smoker »), avec un traitement musical bien loin du blues attendu…

Un trip au rythme dopé à l’accélération surénergisant, qui contient de toute évidence les ingrédients d’un succès attendu. The London sound, selon The Rakes, vient bien d’un autre temps et d’autres lieux…

Tracklist : The Rakes - Klang
  1. You’re in it
  2. That’s the reason
  3. The loneliness of the outdoor smoker
  4. Bitchin in the kitchen
  5. The woes of the working women
  6. 1989
  7. Shackeleton
  8. The light from your Mac
  9. Mullers ratchet
  10. The final hill

Cela pourrait vous intéresser

Brlin-stateoffear

[EXCLU] Vidéo : Bärlin – State of Fear

Attention, ce titre n’est pas en faveur de la retraite à 64 ans. La crainte doit changer de camp. Il ne reste que la poussière de nos rêves. La tempête doit tout emporter.
Daughter-beonyourway

Vidéo : Daughter – Be On Your Way

« Je pense que c’est plus optimiste que nos précédents disques ». Be On Your Way s’ouvre sur des guitares scintillantes et des lueurs blafardes. Une sortie du tunnel ? Quand point la batterie, la lumière se fait et on avance sur le chemin.
Heyheymymy-restlessmind

Vidéo : Hey Hey My My – Restless Mind

« Quand je regarde la poitrine d’une femme, je vois double » affirmait Jules Renard. Hey Hey My My nous reveille en pleine nuit avec ce Restless Mind agité avant la sortie de leur nouvel album, High Life chez Vietnam le 3 février.

Plus dans Chroniques d'albums

Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.
Nickwheeldon-gift

Nick Wheeldon – Gift

Nick Wheeldon nous a fait cette année un beau cadeau avec Gift, un classique instantané dès la première écoute pour les Fragile Minds dont on fait partie.
Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?