The Rakes - Klang - Chronique CD
Nouvel opus en forme de libertinage musical !

The Rakes, qui selon la légende tirent leur nom de l’opéra The Rake’s Progress de Stravinski offrent un troisième CD qui ne trahit pas l’éclectisme de leurs références. Connus pour avoir envahi nos têtes avec « Open Book », morceau très pop et efficace balancé sur toutes les ondes grâce à CanalSat qui en a fait la bande son de sa pub TV en 2006, The Rakes ont réussi le pari de s’imposer auprès du grand public tout en se frayant un chemin dans la hypitude. Preuve s’il en est, leur participation au très select Monsieur Gainsbourg Revisited aux côtés de Portishead, Marianne Faithfull ou encore Cat Power, album sur lequel ils proposent une mutation intéressante du « Poinçonneur des Lilas » devenu pour l’occasion « Just a man with a job ».

So, what is « The London look » ou plutôt “The London sound” selon The Rakes version 2009 ?

The Rakes - 1989

Incontestablement, le quatuor londonien se nourrit sur Klang aux influences new-yorkaises aussi bien qu’à des exhumations typiques Joy Division.
Le ton est donné avec une pochette très seventies qui ouvre un parcours allant de réminiscences The Cure (« The woes of the working women ») mêlées à des accélérations et des formats Pixies, un martèlement de piano cabaret-punk… Le chemin offre des surprises : voici des variations vocales qui rappellent quant à elles les ondulations hypnotiques d’un Elyas Khan de l’énorme Nervous Cabaret, mais sans le soutien des cuivres, sur l’ouverture « You’re in it » ou encore sur le très bon « Shackleton »…
Si dans l’ensemble tout est bien calibré – parfois trop, on aimerait que le groupe prenne sur certains morceaux un peu de liberté face à des schémas musicaux très reconnaissables- certaines étapes de la « revue » peuvent manquer le décollage, comme « 1989 » au rock californien quelque peu glissant… Mais au regard de l’esprit caustique du groupe, un tel morceau peut être écouté avec une distance humoristique bien sentie.
The Rakes s’amusent dans leurs détours nocturnes dans une ville finalement indéfinie, passant d’ambiances en ambiances jusqu’à consacrer un morceau à la pauvre condition des clients fumeurs expédiés sur le trottoir (« The Loneliness of the outdoor smoker »), avec un traitement musical bien loin du blues attendu…

Un trip au rythme dopé à l’accélération surénergisant, qui contient de toute évidence les ingrédients d’un succès attendu. The London sound, selon The Rakes, vient bien d’un autre temps et d’autres lieux…

Tracklist : The Rakes - Klang
  1. You’re in it
  2. That’s the reason
  3. The loneliness of the outdoor smoker
  4. Bitchin in the kitchen
  5. The woes of the working women
  6. 1989
  7. Shackeleton
  8. The light from your Mac
  9. Mullers ratchet
  10. The final hill
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

KOC

Big KOC !

Kings Of Convenience revient nous donner un peu de courage et de baume au cœur avec une mélodie ensoleillée extraite de leur premier disque en douze ans Peace Or Love qui sort le 18 juin.

Surfin’ Mattiel

Le printemps est pluvieux, pas grave, Mattiel a les mots et l’énergie pour faire briller ce soleil frondeur avec deux nouveaux titres, Those Words et Freedom Feels.
Lambchop - A Chef's Kiss

Vidéo : Lambchop – A Chef’s Kiss

C’est quoi la beauté ? C’est l’ombre d’une main dans un noir et blanc sépulcral. C’est une voix reconnaissable aux premiers mots. C’est ce baiser qui vous paralyse, vous électrise, vous hypnotise.
Victor Solf - How Did We (featuring ZéFIRE)2

Solf à l’eau !

Que se passe t-il ? Victor Solf reprend le volant et se cale en pole pour un titre groovy amphibie.

Mansfield.TYA – Monument Ordinaire

Sans vraiment savoir pourquoi, dans Monument Ordinaire, on s’attendrait à voir des trucs. Et rien ne nous surprendrait. En écoutant, vaguement, comme ça, quelques minutes au hasard. Peut-être déjà parce que Mansfield. TYA ça ne respire pas toujours follement la joie, ça a même quelques fois une tête de sonnerie aux morts. Ou bien celle…
Iceage

Iceage fait Boom Boom

Et de cinq pour les Iceage ! Nouveau disque des Danois au printemps qui s’annonce comme très frais.
Tindersticks-Press-Photo-2021-1280x720-1

Can’t stop the Tindersticks

Se réinventer. Comment ne pas se répéter quand on a une discographie impeccable. En balançant un titre de 11 minutes totalement addictif à écouter lors de vos siestes crapuleuses ou lové à l’arrière des taxis.

Plus dans Chroniques d'albums

The Chills - Scatterbrain

The Chills – Scatterbrain

Détruit par l’industrie musicale dans les années 90, Martin Phillipps (l’écrivain qui se cache derrière ce groupe) vit une seconde vie (musicale) depuis 2015 grâce à Fire Records, label anglais qui ne jure que par lui.
Maxwell Farrington & Le SuperHomard - Once

Maxwell Farrington & Le SuperHomard – Once

Ceci sera une chronique basique d’un disque né grâce à une rencontre autour d’une reprise a cappella de Burt Bacharach et qui doit autant à Scott Walker qu’à Lee Hazelwood.
Belfour - Si la rivière coule

Belfour – Si la rivière coule

Belfour, duo composé des magnétiques Lucie Mena et Michael Sacchetti, prend des chemins de traverse pour atteindre des cimes des arbres centenaires du Colorado.
Dinosaur Jr - Sweep

Dinosaur Jr. – Sweep It Into Space

Né avant la chute du Mur de Berlin, Dinosaur Jr. n’est pas touché par les années qui passent. Et ce n’est pas une pandémie qui va calmer les velléités sonores de ce trio américain… Enregistré en partie en 2020, ce douzième album fait des merveilles et nous propulse dans le monde d’avant tout en espérant…
The Coral - Coral Island

The Coral – Coral Island

Nés dans le sillage des effluves de la Brit pop, les Coral ont cassé la baraque en 2002 avec le premier disque et Dreaming Of You, leur unique tube. Depuis ? Une dizaine d’albums, confinés à un succès anglo-saxon, tous excellents. Maintes fois dépassés dans les classements par la jeune garde, les Coral n’ont jamais…
Olivier Rocabois - Goes Too Far

Olivier Rocabois – Goes Too Far

Olivier Rocabois fait feu de tout bois pour dépasser par la droite Neil Hannon sans le prévenir et laisser tout penauds les frères Brewis de Field Music.