The Rakes - Klang - Chronique CD
Nouvel opus en forme de libertinage musical !

The Rakes, qui selon la légende tirent leur nom de l’opéra The Rake’s Progress de Stravinski offrent un troisième CD qui ne trahit pas l’éclectisme de leurs références. Connus pour avoir envahi nos têtes avec « Open Book », morceau très pop et efficace balancé sur toutes les ondes grâce à CanalSat qui en a fait la bande son de sa pub TV en 2006, The Rakes ont réussi le pari de s’imposer auprès du grand public tout en se frayant un chemin dans la hypitude. Preuve s’il en est, leur participation au très select Monsieur Gainsbourg Revisited aux côtés de Portishead, Marianne Faithfull ou encore Cat Power, album sur lequel ils proposent une mutation intéressante du « Poinçonneur des Lilas » devenu pour l’occasion « Just a man with a job ».

So, what is « The London look » ou plutôt “The London sound” selon The Rakes version 2009 ?

The Rakes - 1989

Incontestablement, le quatuor londonien se nourrit sur Klang aux influences new-yorkaises aussi bien qu’à des exhumations typiques Joy Division.
Le ton est donné avec une pochette très seventies qui ouvre un parcours allant de réminiscences The Cure (« The woes of the working women ») mêlées à des accélérations et des formats Pixies, un martèlement de piano cabaret-punk… Le chemin offre des surprises : voici des variations vocales qui rappellent quant à elles les ondulations hypnotiques d’un Elyas Khan de l’énorme Nervous Cabaret, mais sans le soutien des cuivres, sur l’ouverture « You’re in it » ou encore sur le très bon « Shackleton »…
Si dans l’ensemble tout est bien calibré – parfois trop, on aimerait que le groupe prenne sur certains morceaux un peu de liberté face à des schémas musicaux très reconnaissables- certaines étapes de la « revue » peuvent manquer le décollage, comme « 1989 » au rock californien quelque peu glissant… Mais au regard de l’esprit caustique du groupe, un tel morceau peut être écouté avec une distance humoristique bien sentie.
The Rakes s’amusent dans leurs détours nocturnes dans une ville finalement indéfinie, passant d’ambiances en ambiances jusqu’à consacrer un morceau à la pauvre condition des clients fumeurs expédiés sur le trottoir (« The Loneliness of the outdoor smoker »), avec un traitement musical bien loin du blues attendu…

Un trip au rythme dopé à l’accélération surénergisant, qui contient de toute évidence les ingrédients d’un succès attendu. The London sound, selon The Rakes, vient bien d’un autre temps et d’autres lieux…

Tracklist : The Rakes - Klang
  1. You’re in it
  2. That’s the reason
  3. The loneliness of the outdoor smoker
  4. Bitchin in the kitchen
  5. The woes of the working women
  6. 1989
  7. Shackeleton
  8. The light from your Mac
  9. Mullers ratchet
  10. The final hill
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

J.S. Ondara - Shower Song

Vidéo : J.S. Ondara – Shower Song

On poursuit notre voyage en visages avec J.S. Ondara avec un nouvel extrait de son album Tales Of Isolation qui passe cette fois-ci par Tokyo avec l’a cappella Shower Song, miroir de nos âmes tourmentées.
PJ Harvey Dry Demos Vignette

Au sec avec Polly Jean !

Quand on réécoute Dry sorti en … 1992, on continue à se prendre la même claque, l’enchaînement Oh My Lover, O Stella, Dress, Victory continue à nous foudroyer les tympans et Sheela-Na-Gig demeure un hymne imparable. Alors l’annonce des Dry Demos nous fait mouiller d’impatience.
Stephan Eicher © Jeremiah

Un peu de votre attention !

On n’a pas d’ami comme lui. Et on ne peut dire non aux amis. Avec Ne Me Dites Pas Non, Stephan Eicher fête allègrement nos retrouvailles avec un titre simple, joyeux, plein d’entrain, un chasse spleen pétillant qui nous fait réécouter ses Homeless songs et lire ces quelques mots.

Plus dans Chroniques d'albums

Jason Molina - Eight Gates

Jason Molina – Eight Gates

Secretly Canadian publie à titre posthume les ultimes enregistrements de Jason Molina. Les chansons d’Eight Gates ont été enregistrées en 2013, quelques mois avant la mort de son auteur. Sur ces neuf pistes, Molina oublie les guitares de Magnolia Electric et se projette dans les nuits sombres de The Lioness.

The Bathers – Kelvingrove Baby

Tout le monde se pâme sur la réédition en vinyle des disques de Lloyd Cole & The Commotions (Lloyd Cole & The Commotions – Collected Recordings 1983-1989 chez Tapete Records)… Et tout le monde oublie la réédition en cd et vinyle de la trilogie des disques des Bathers chez Marina Records, l’autre label teuton qui…

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.