Catégories
Chroniques d'albums

Metronomy : Nights Out

Le groupe anglais Metronomy, connu d’abord pour ses remixes, nous offre un second album (sorti en 2008) électronique et éclectique, influencé par le meilleur de la cold wave des années 80, avec des synthés et des guitares omniprésents, même si minimalistes.

Le résultat est une musique froide, un rien acidulée, censée être la BO d’une soirée, mais qui pourrait aussi par moments être la BO d’un jeu vidéo sur Atari, mais en mieux. La récente ré-édition deluxe griffée « Karl Lagerfeld » (c’est lui qui a fait la photo) contient, en plus des trois clips de la première édition, le clip et un remix de « A Thing for Me » qui est sorti cette année en single, et c’est une excellente occasion de parler de ce groupe prometteur.

L’album s’ouvre par « Nights Out », un morceau instrumental court en forme de marche funèbre. Mais ensuite les hits de dancefloor – en gros, les singles – alternent avec des morceaux instrumentaux bien ciselés. D’ailleurs, chez Metronomy, les voix sont un instrument parmi d’autres : ça n’est pas du chant de diva mais une ligne mélodique au service du morceau, souvent chantée en chœur, avec des textes simples. On retient donc tous les singles : « Heartbreaker », « Holidays », avec ses beats à la Anne Clark, « My Heart Rate Rapid » et surtout « A Thing for Me » ; et puis « The End of You Too » et « Back on the Motorway ». Bref, j’ai presque tout cité, l’album s’écoute de bout en bout sans qu’il y ait de longueurs.

Discographie :

Si les clips valent le détour et s’il est important que Karl Lagerfeld ait jeté son dévolu sur ces trois anglais, c’est que Metronomy, c’est pas que de la musique. Ils développent une esthétique de dandys décontractés, avec la pointe salvatrice d’humour. Metronomy jouent dans quelques festivals en France et en Belgique cet été, dont Solidays et les Vieilles Charrues.

Metronomy – A Thing For Me

Vous avez aimé ? Partagez :
3 réponses sur « Metronomy : Nights Out »

« chez Metronomy, les voix sont un instrument parmi d’autres : ça n’est pas du chant de diva mais une ligne mélodique au service du morceau »
Excellente explication ! C’est aussi une des clés du succès de Metronomy….
Leur album est un vrai bonbon acidulé :)

Je viens de découvrir le groupe et leur dernière album par la même occasion.
Je suis d’accord avec vous… c’est enivrant :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.
Metronomy @ Primavera 2017

Metronomy 19

En 2016, Joseph Mount flinguait tout le monde avec Summer 08. Depuis, on attend Metronomy comme le messie.
Metronomy @ Primavera Sound 2017 © Eric Pamies

Primavera Sound Barcelona 2017

Primavera Sound, c’est ce festival de grande ampleur à Barcelone qui, chaque année, réserve son lot de surprises et de folies. Cette édition n’a pas manqué à ses obligations : des découvertes aux têtes d’affiches, les apparitions et les révélations inattendues se sont succédées d’un bout à l’autre du festival, à ne plus savoir où…
Garorock 2016 (photo © Raphael Roques)

Le récap’ de la semaine #1

Vous êtes tous très occupés alors pour ne pas rater l’essentiel, voici le récap’ de la semaine musicale de Soul Kitchen. Des clips, des photos de concert et un chouette concours, les bonnes choses habituelles de votre webzine préparé avec amour (vu qu’on n’a pas de thune, on ne peut faire mieux).
Metronomy - Summer 08

Metronomy – Summer 08

Joseph Mount, tête pensante des Metronomy, est le type sur qui on n’aurait pas parié il y a une dizaine d’années. Mais alors qu’il produisait de l’électro pour gentils neuneus qui jouent à Mario Bros en mangeant des Oreos avec les albums Pip Paine (Pay the £5000 You Owe) et Nights Out, Mount s’est soudainement…

Monotonie chez Metronomy

Le printemps 2016 n’est pas la bonne saison pour publier des singles. A l’exception des Super Furry Animals, tous les groupes anglais mangent la poussière. Après les Stone Roses, c’est au tour des Metronomy de faire un four cette semaine.
Cabane

Cabane en bois précieux

Il y a des chansons qui vous prennent par surprise et qui font du bien parce qu’elles arrivent au bon moment. Sangokaku de Cabane en fait partie.

Plus dans Chroniques d'albums

Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout…
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.
Gruff Rhys - Seeking

Gruff Rhys – Seeking New Gods

Obsédé par le mont Paektu, un volcan situé à la frontière de la Chine et de la Corée, Gruff Rhys atteint des sommets avec son septième album solo, le bien nommé Seeking New Gods.
The Chills - Scatterbrain

The Chills – Scatterbrain

Détruit par l’industrie musicale dans les années 90, Martin Phillipps (l’écrivain qui se cache derrière ce groupe) vit une seconde vie (musicale) depuis 2015 grâce à Fire Records, label anglais qui ne jure que par lui.