Stuck In The Sound : Shoegazing Kids

Stuck In The Sound - Shoegazing Kids
Cecile - 12/04/2009

Stuck In The Sound - Shoegazing Kids
Stuck In The Sound – Shoegazing Kids

Tout adulte normalement constitué est plutôt content d’être enfin sorti de ce que l’on appelle communément l’âge ingrat. Personnellement, c’est tous les matins que je me félicite d’avoir franchi sans trop de séquelles cette dure période de la vie qu’est l’adolescence. Pourtant, en écoutant Shoegazing Kids, le dernier album de Stuck in the Sound (sorti le 26 janvier dernier) on sentirait presque poindre, comme quand on lit du Rimbaud, la nostalgie de cette période d’incertitude et de désorientation.

Stuck In The Sound

Quand on est ado, on marche en regardant ses chaussures, on se lève tous les jours hyper tôt pour aller au collège ou au lycée à 8h (8h !!!!) dans les matins blêmes de l’hiver et on développe des ruses de sioux pour tromper l’ennui. Oui, mais c’est aussi la période où on chante ses tubes préférés dans sa chambre (au grand désespoir de ses parents), où on a le cœur qui bat la chamade pour un rien, et où on a très envie de s’acheter une guitare. C’est dans ce bouillon de culture d’émotions – notamment musicales – que nous plonge le second album de Stuck In The Sound.

Tous les morceaux de Shoegazing Kids (mixé en Amérique !) sont ciselés comme des petits bijoux. Entre des morceaux planants, « Zapruder », « Playback A.L. », ou « I Love You Dark », d’autres plus rock’n’roll et qui vous feront danser avec jubilation, comme, « Ouais », « Shoot Shoot », « Beautiful Losers », « Dirty Waterfalls », « What », ou encore le très destroy « Gore Machine », le fil rouge est sans conteste une émotion toujours en tension qui ne vous lâchera pas et qui est soulignée, presque avec raffinement, par la voix étonnante du chanteur, Jose Reis Fontao.

Cet album n’est pas une Madeleine de Proust qui ferait ressurgir des souvenirs simplement en imitant « le bon vieux temps » et Stuck in the Sound ne font pas du neuf avec du vieux. Les influences sont subtiles et latentes ; elles ne sautent jamais aux yeux (aux oreilles ?) et je me demande même si on n’y trouve pas un peu ce qu’on veut tant elles sont subliminales. Pour l’auditrice que je suis et qui avait quinze ans tout juste à la mort de Kurt Cobain (souvenirs émus…), des présences spectrales planent sur cet album : The Cure, My Bloody Valentine, Pearl Jam, Jeff Buckley (souvenirs tout aussi émus…) mais ce n’est peut-être que mon imagination.

N’ayons pas peur de le dire : Stuck In The Sound, avec d’autres excellents groupes français (Brooklyn, Neïmo, Syd Matters…) marquent l’avènement d’un nouveau son rock français. Ils ouvrent enfin des portes, restées fermées trop longtemps, en commettant l’ultime transgression : écrire en anglais. Et on les en remercie chaleureusement car l’utilisation de l’anglais s’impose comme une évidence dans ce rock indie qui n’est pas plus « français » que du flamenco peut être finlandais.

J’avoue être soulagée d’avoir réussi à caser deux références littéraires que le rock français ait des perspectives d’avenir plus enthousiasmantes que les BB Brunes. Et si vous préférez un son un peu plus brut de décoffrage, ne les ratez pas en concert. Excellent groupe de scène, ils seront encore en tournée en France en avril et mai – le 6 mai au Bataclan à Paris avec I am un chien en 1ère partie – et on les retrouvera après une escapade allemande dans de nombreux festivals cet été.

Et pour voir les Stuck en live, voici une vidéo enregistrée par l’équipe du Hiboo, à l’EMB (Sannois), le 23 janvier 2009.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.