Catégories
Chroniques d'albums

Richard Walters – Regretless

Richard Walters - Regretless

C’est un nom super-banal, qui sonne comme celui d’une figure contemporaine du cinéma. Richard Walters. Celui la, c’est un enfant d’Oxford qui fait parti de la lignée de tous ces p’tits gars, nature, simple et cœur d’artichaud qui parcourent le monde guitare en main, nez en l’air avec des trémolos dans la gorge.

Moins folky-famous que ses compères Patrick Watson, Bon Iver ou encore Ben Howard, Richard fait pourtant un sacré boulot, complet, bucolique et discret.
Dans son adolescence, il organise des soirées musico-acoustiques dans les bars de sa ville, et apprend plusieurs instruments. Au chant et à la guitare, il s’éclate avec les Polysoul, Theremin ou encore les Missing Pieces, sort quelques EP solo, se fait acheter un titre (le très beau « All at sea ») pour la soundtrack des Expert à Miami puis signe enfin son premier album chez Kartel, en 2008.

Fraichement débarqué à Paris avec sa compagne et ses valises pleines d’envies, il réunit tous ses grands copains musicos dans une colloc’ trop nice, et des nombreuses jam session ambiance mélancolique-nevrosée en sortira un nouvel opus très calme et intimiste fin septembre 2009 qu’il intitule The Animal.

Puis deux ans plus tard, Walters se réveille. Il a la rage. Il nous pond un autre album, Pacing, très pop/rock, avec une énergie explosive mais de bonne augure qui lui sort d’on ne sait pas trop d’où. Ca marche de mieux en mieux pour notre gentil artiste bigleux au front dégarni. Même s’il se fait discret comme une souris sur la toile, on sait qu’il a rendu les clés de l’appart’ et qu’il s’est mis du vent sous les semelles en parcourant ça et là les chemins de bohème et en y puisant l’inspiration nécessaire pour nourrir ses prochains textes et mélodies romantiques.

Richard Walters – making of his album ‘regret less’

Aujourd’hui, avec Regretless, Walters est de retour, même douceur et même fausset languissant, mais plus sûr de lui. Ici, la mélancolie a laissé place à la nostalgie. Walters est heureux, il n’a plus peur de rien. Il ne regrette rien.
Avec des titres qui rappellent ni plus ni moins des ballades en forêt, Blossom, Redwoods, Snowdrifts, le « king of sleaves » a enveloppé ses poèmes du silence et de la beauté de ses errances hivernales… A l’inverse de Chris Bathgate, dont la voix se fait discrète, Walters sublime ses paroles. Sa voix inonde toute l’atmosphère en éclatant parfois en cascades multiples de tonalités qui nous emmènent loin, loin, sur des paysages oniriques. Derrière, les violons pleurent avec le sourire, le piano s’affirme gaiement et la batterie amène parfois un groove allègre et dynamique qui rappelle le blues jazzy de Paolo Nutini – Blossom.

Walter a une voix tellement éthéré qu’il en ferait pâlir le cristal. Lorsqu’il chante, seul, juste avec un fond de piano et quelques violons pour adoucir, on dirait qu’il soupire de soulagement. Que ça lui fait du bien de chanter ses peines, ses désillusions, ses souvenirs manqués…

Dans Tomorrow begins, on retrouve cet espèce de gigantesque croisée des mondes de Sufjan Stevens, lorsque tout monte en puissance dans l’explosion instrumentale.
Finalement, l’album est bien dosé. Un début dynamique et mélodieux, presque nerveux mais qui met dans le jus, suivi de ballades de plus en plus calmes, pour finir enfin sur des solos presque trop lentement épurés.

Qu’on ne se le cache pas. Après tout, Walters est un chanteur heartbroken. On ne change pas les gens, ni ce qu’il ont en dedans.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Richard Walters

Le retour de Richard Walters

Richard Walters donne enfin des nouvelles. Après quatre années d’absence, le natif d’Oxford revient via la plate-forme Pledge avec un nouvel album sous le bras.
Anita Drake

Top SK* Sessions 2012

La saison 2012 des SK Sessions fut courte mais de qualité, seulement 22 sessions et j’aurais pu inclure dans ce top tout le monde, la douce Lisa Hannigan, la géniale Mina Tindle, la session qui finit en tempête avec Saint-Augustine, les Belleruche et la voix chaude de Kathrin DeBoer, ou les français Hyphen Hyphen avec…
Vidéo : Richard Walters - Blossom

Vidéo : Richard Walters – Blossom

Blossom est extrait du magnifique album Regretless de Richard Walters, qu’on ne vous conseillera jamais assez. L’album est excellent, tous les titres, à l’instar de The Escape Artist (que nous avons filmé en version acoustique) sont d’une légèreté printanière. Le clip est beau, pas vraiment de saison mais c’est une raison supplémentaire pour voyager avec…
SK* Session : Richard Walters

SK* Session : Richard Walters

Richard Walters Richard Walters est anglais et francophile. Il a vécu à Paris avant de revenir à Oxford où il a enregistré son 2ème album Regret Less. C’est grâce à Carly Sings et leur projet commun, The Parade, que j’ai découvert Richard, compositeur et interprète de génie.
Richard Walters - The Escape Artist

clip : Richard Walters – The Escape Artist

Pas besoin de nom de groupe flashy quand on possède une voix piquée à une armada d’anges. Richard Walters vient d’Oxford, son second disque, Regret Less sort le 15 octobre enregistré dans une petite chapelle pleine d’instruments et de whisky au fin fond de la campagne anglaise. Alors avant d’écouter prochainement une SK session avec…
The Parade

SK Session : The Parade

Direction le Parc de la Villette pour retrouver Carly Sings et Richard Walters qui ont donné naissance à The Parade, projet parallèle à leurs projets solos respectifs . Le temps est orageux, on entend au loin les basses qui s’échappent d’un concert hip-hop au Zénith, le tout nous plonge dans une atmosphère particulière de ce…

Plus dans Chroniques d'albums

The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.