Richard Walters – Regretless

Richard Walters - Regretless C’est un nom super-banal, qui sonne comme celui d’une figure contemporaine du cinéma. Richard Walters. Celui la, c’est un enfant d’Oxford qui fait parti de la lignée de tous ces p’tits gars, nature, simple et cœur d’artichaud qui parcourent le monde guitare en main, nez en l’air avec des trémolos dans la gorge.

Moins folky-famous que ses compères Patrick Watson, Bon Iver ou encore Ben Howard, Richard fait pourtant un sacré boulot, complet, bucolique et discret.
Dans son adolescence, il organise des soirées musico-acoustiques dans les bars de sa ville, et apprend plusieurs instruments. Au chant et à la guitare, il s’éclate avec les Polysoul, Theremin ou encore les Missing Pieces, sort quelques EP solo, se fait acheter un titre (le très beau « All at sea ») pour la soundtrack des Expert à Miami puis signe enfin son premier album chez Kartel, en 2008.

Fraichement débarqué à Paris avec sa compagne et ses valises pleines d’envies, il réunit tous ses grands copains musicos dans une colloc’ trop nice, et des nombreuses jam session ambiance mélancolique-nevrosée en sortira un nouvel opus très calme et intimiste fin septembre 2009 qu’il intitule The Animal.

Discographie

Puis deux ans plus tard, Walters se réveille. Il a la rage. Il nous pond un autre album, Pacing, très pop/rock, avec une énergie explosive mais de bonne augure qui lui sort d’on ne sait pas trop d’où. Ca marche de mieux en mieux pour notre gentil artiste bigleux au front dégarni. Même s’il se fait discret comme une souris sur la toile, on sait qu’il a rendu les clés de l’appart’ et qu’il s’est mis du vent sous les semelles en parcourant ça et là les chemins de bohème et en y puisant l’inspiration nécessaire pour nourrir ses prochains textes et mélodies romantiques.

Richard Walters – making of his album ‘regret less’

Aujourd’hui, avec Regretless, Walters est de retour, même douceur et même fausset languissant, mais plus sûr de lui. Ici, la mélancolie a laissé place à la nostalgie. Walters est heureux, il n’a plus peur de rien. Il ne regrette rien.
Avec des titres qui rappellent ni plus ni moins des ballades en forêt, Blossom, Redwoods, Snowdrifts, le « king of sleaves » a enveloppé ses poèmes du silence et de la beauté de ses errances hivernales… A l’inverse de Chris Bathgate, dont la voix se fait discrète, Walters sublime ses paroles. Sa voix inonde toute l’atmosphère en éclatant parfois en cascades multiples de tonalités qui nous emmènent loin, loin, sur des paysages oniriques. Derrière, les violons pleurent avec le sourire, le piano s’affirme gaiement et la batterie amène parfois un groove allègre et dynamique qui rappelle le blues jazzy de Paolo Nutini – Blossom.

Walter a une voix tellement éthéré qu’il en ferait pâlir le cristal. Lorsqu’il chante, seul, juste avec un fond de piano et quelques violons pour adoucir, on dirait qu’il soupire de soulagement. Que ça lui fait du bien de chanter ses peines, ses désillusions, ses souvenirs manqués…

Dans Tomorrow begins, on retrouve cet espèce de gigantesque croisée des mondes de Sufjan Stevens, lorsque tout monte en puissance dans l’explosion instrumentale.
Finalement, l’album est bien dosé. Un début dynamique et mélodieux, presque nerveux mais qui met dans le jus, suivi de ballades de plus en plus calmes, pour finir enfin sur des solos presque trop lentement épurés.

Qu’on ne se le cache pas. Après tout, Walters est un chanteur heartbroken. On ne change pas les gens, ni ce qu’il ont en dedans.

Cela pourrait vous intéresser

Richard Walters

[EXCLU] Richard Walters – Unconditional

On est fan inconditionnel de Richard Walters depuis une fameuse SK* session qui on l’espère aura une suite. En attendant on découvre en avant première son nouveau titre concentré de sensibilité.
Richard Walters

Le retour de Richard Walters

Richard Walters donne enfin des nouvelles. Après quatre années d’absence, le natif d’Oxford revient via la plate-forme Pledge avec un nouvel album sous le bras.
Anita Drake

Top SK* Sessions 2012

La saison 2012 des SK Sessions fut courte mais de qualité, seulement 22 sessions et j’aurais pu inclure dans ce top tout le monde, la douce Lisa Hannigan, la géniale Mina Tindle, la session qui finit en tempête avec Saint-Augustine, les Belleruche et la voix chaude de Kathrin DeBoer, ou les français Hyphen Hyphen avec […]
Vidéo : Richard Walters - Blossom

Vidéo : Richard Walters – Blossom

Blossom est extrait du magnifique album Regretless de Richard Walters, qu’on ne vous conseillera jamais assez. L’album est excellent, tous les titres, à l’instar de The Escape Artist (que nous avons filmé en version acoustique) sont d’une légèreté printanière. Le clip est beau, pas vraiment de saison mais c’est une raison supplémentaire pour voyager avec […]

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.