Angus Stone – Broken Brights

Angus Stone – Broken brights Angus Stone, sans la petite sœur Julia, on ne l’aurait jamais cru. Après sept ans de duo infaillible à enchaîner les concerts à guichets fermés et sans compter le million de disques vendus à ce jour, Angus se lance aujourd’hui sur sa propre route musicale avec un tout premier album solo, Broken Brights.


Ce sont 13 titres, poétiques et bien travaillés, qui relèvent une personnalité toujours en émerveillement et en méditation constante sur l’amour, la vie. Ce sont des souvenirs et des émois tirés de son pèlerinage personnel à la recherche du « moi » profond, à travers les inspirations vécus en Suisse ou aux confins des Indes.

Angus est pleins d’imprévus et de rebondissements. A travers des ballades parfois nostalgiques, parfois virulentes, on est à la fois en terrain familier et dans un endroit complètement nouveau. Sans compromettre son identité sonore, il a jonglé avec les influences piochant aussi bien dans la country, le rock alternatif que la folk ou encore l’indie. Les chansons s’équilibrent, avec l’arrivée de nouveaux instruments – tambourin, trompette, mandoline, glockenspiel, percussions, qui viennent envoûter les mélodies, tout comme le jeu de voix est extrêmement varié, avec des paroles parfois susurrées, d’autres qui viennent se claquer au micro.

Angus Stone – Bird On The Buffalo

Le point d’orgue de l’album, c’est quand même ce côté rock et vintage, jamais vraiment essayé chez Angus. Sur Was in blue, il se fait accompagner par une guitare saturée par des cordes angoissantes. De même que sur End of the world, le ton est beaucoup plus grunge, avec une distorsion qui se fait reine et termine l’album sur une note légèrement plus sinistre.
Le morceau qui donne son titre à l’album, Broken Brights est certes un très beau titre — une célébration nostalgique et rêveuse de notre jeunesse — mais Bird On the Buffalo est un morceau plus mordant, qui commence un peu comme un Coldplay très acoustique, truffé de riffs de guitares saturées, allègres et une basse bien groovy. Only a woman rappelle les thèmes rock/folk posés et tranquilles de Ben Harper au tourbillon de milles échos, accroché à une voix solo digne d’un Bob Dylan qui raconte des choses qui lui sortent des tripes.
Il y en a d’autres qui nous envoient tout droit dans des contrées celtiques avec les envolés violonesques de River love ou encore sur les horizons lointains d’un Far west américain The blue door qui offrent des touches très country avec la présence discrète de mandoline et de flûte.

Angus Stone – Wooden Chair

Mes préférées : Wooden chair, des claps et des sifflements old school, qui rappelle curieusement l’univers flottant des I’m from Barcelona, mais aussi Monsters, un morceau plein de surprises et d’insouciance sur lequel les accords au banjo s’enchaînent à un rythme effréné sur fond de solos de trompette noirs et majestueux, reflétant les sentiments d’espoir et de désespoir que nous éprouvons tous dans les moments les plus difficiles.

D’une guitare acoustique doucement caressée à la guitare électrique rugissante, sur des prouesses vocales fortes et variées, Angus nous dévoile bien de nouvelles facettes, et nous entraîne, au gré de ses chansons de surprises en surprises.

Angus Stone – Broken Brights
7/10

Cela pourrait vous intéresser

Grandblanc-pilulebleue

Vidéo : Grand Blanc – Pilule Bleue

On ignore ce que contient cette pilule bleue, mais elle provoque des hallucinations. Mad – Camille – Max joue de la harpe et un robot bringuebalant l’accompagne à la recherche d’un lieu secret.
Richarddawson

Dawson freak

Le morne mois de novembre touche à sa fin après le débilitant vendredi noir, bientôt Noël et sa frénésie de bénévolence. Alors pourquoi ne pas se cloîtrer dans une bulle en écoutant The Hermit, la première plage de 41 minutes du nouvel album de Richard Dawson, The Ruby Cord.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.