Angus Stone – Broken Brights

Angus Stone – Broken brights
Pow - 07/11/2012

Angus Stone – Broken brights

Angus Stone, sans la petite sœur Julia, on ne l’aurait jamais cru. Après sept ans de duo infaillible à enchaîner les concerts à guichets fermés et sans compter le million de disques vendus à ce jour, Angus se lance aujourd’hui sur sa propre route musicale avec un tout premier album solo, Broken Brights.

Ce sont 13 titres, poétiques et bien travaillés, qui relèvent une personnalité toujours en émerveillement et en méditation constante sur l’amour, la vie. Ce sont des souvenirs et des émois tirés de son pèlerinage personnel à la recherche du « moi » profond, à travers les inspirations vécus en Suisse ou aux confins des Indes.

Angus est pleins d’imprévus et de rebondissements. A travers des ballades parfois nostalgiques, parfois virulentes, on est à la fois en terrain familier et dans un endroit complètement nouveau. Sans compromettre son identité sonore, il a jonglé avec les influences piochant aussi bien dans la country, le rock alternatif que la folk ou encore l’indie. Les chansons s’équilibrent, avec l’arrivée de nouveaux instruments – tambourin, trompette, mandoline, glockenspiel, percussions, qui viennent envoûter les mélodies, tout comme le jeu de voix est extrêmement varié, avec des paroles parfois susurrées, d’autres qui viennent se claquer au micro.

Angus Stone – Bird On The Buffalo

Le point d’orgue de l’album, c’est quand même ce côté rock et vintage, jamais vraiment essayé chez Angus. Sur Was in blue, il se fait accompagner par une guitare saturée par des cordes angoissantes. De même que sur End of the world, le ton est beaucoup plus grunge, avec une distorsion qui se fait reine et termine l’album sur une note légèrement plus sinistre.
Le morceau qui donne son titre à l’album, Broken Brights est certes un très beau titre — une célébration nostalgique et rêveuse de notre jeunesse — mais Bird On the Buffalo est un morceau plus mordant, qui commence un peu comme un Coldplay très acoustique, truffé de riffs de guitares saturées, allègres et une basse bien groovy. Only a woman rappelle les thèmes rock/folk posés et tranquilles de Ben Harper au tourbillon de milles échos, accroché à une voix solo digne d’un Bob Dylan qui raconte des choses qui lui sortent des tripes.
Il y en a d’autres qui nous envoient tout droit dans des contrées celtiques avec les envolés violonesques de River love ou encore sur les horizons lointains d’un Far west américain The blue door qui offrent des touches très country avec la présence discrète de mandoline et de flûte.

Angus Stone – Wooden Chair

Mes préférées : Wooden chair, des claps et des sifflements old school, qui rappelle curieusement l’univers flottant des I’m from Barcelona, mais aussi Monsters, un morceau plein de surprises et d’insouciance sur lequel les accords au banjo s’enchaînent à un rythme effréné sur fond de solos de trompette noirs et majestueux, reflétant les sentiments d’espoir et de désespoir que nous éprouvons tous dans les moments les plus difficiles.

D’une guitare acoustique doucement caressée à la guitare électrique rugissante, sur des prouesses vocales fortes et variées, Angus nous dévoile bien de nouvelles facettes, et nous entraîne, au gré de ses chansons de surprises en surprises.

Angus Stone – Broken Brights
3.5

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Baxter Dury - The Night Chancers

Baxter Dury – The Night Chancers

La carrière de Baxter Dury a débuté en 2001 avec Oscar Brown, un single magistral et claustrophobe. Elle aurait dû connaitre son acmé avec trois concerts parisiens trois soirs d’avril qui devaient accompagner la sortie de The Night Chancers. Le sacre du fils prodigue est reporté.

Cornershop - Engaland is a Garden

Cornershop – England is a Garden

Révélés au grand public en 1997 par le très dansant Brimful Of Asha (deuxième morceau de l’impeccable When I Was Born For The 7th Time), les Cornershop ont depuis enchaîné des phases de silence prolongé entrecoupées par des sorties de disques brillants. Cornershop n’est pas un groupe qui tourne beaucoup. Par contre, leurs disques tournent…

Bleu – Sweet Coldness

Sweet Coldness est un instant entre deux. C’est la musique d’une chambre d’hôtel. D’un regard. D’une fenêtre. Confiné là, c’est la couleur du dehors. Entre gris, entre bleu. Ça oscille. Et de nouveau, il pleut. C’est une attente. Lascive. À compter le temps qu’il reste. À imaginer un peu tout, la suite en mieux.

Honey Harper - Starmaker

Honey Harper – Starmaker

Rien ne va dans le monde mais tout va bien en Georgie qui est en passe de devenir l’État le plus important des États-Unis. Après le Super Tuesday, après la reformation des Black Crowes, le quatrième état américain fêtera la sortie de Starmaker, le premier album d’Honey Harper.

The Orielles - Disco Volador

The Orielles – Disco Volador

Le label Heavenly Recordings (Saint Etienne, Mark Lanegan) fête dignement ses trente ans avec la sortie de Disco Volador, le deuxième disque des Orielles qui, on le souhaite, ne sera pas leur second.

Greg Dulli - Random Desire

Greg Dulli – Random Desire

Greg Dulli n’a jamais déçu. Que ce soit avec les Afghan Whigs ou The Twilight Singers ou encore avec Mark Lanegan le temps de The Gutter Twins. Ce n’est pas avec son premier album solo que la déception va pointer le bout de son nez.

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.