Mondrian -  Isn’t it fun (chronique)
Troisième sortie du label lyonnais Without My Hat Records mais surtout première sortie d’album chez ce label distingué, Isn’t it fun et ses cathédrales discrètes forcent le respect.
Without My Hat Records braconne de nouveau sur les terres parisiennes et ramène dans son escarcelle le groupe Mondrian.

Mondrian

Mondrian n’y va pas par quatre chemins et claque d’emblée 14 morceaux pour son premier album. Tant qu’on y est..
On a donc le temps de décortiquer ce groupe qui se situe à la confluence de Sufjan Stevens et de ce folk américain tant chéri par Pitchfork.
Débutant par le très classieux Paris (logique) qui n’a rien à envier aux maitres précédemment cités, les Mondrian envoient quelques titres qui servent d’apéritif aux deux ou trois pièces maîtresses du disque. Voire plus. Tout dépend de votre degré de raffinement. Les fans de M. Ward seront au nirvana, les fans d’Oasis perdus. Mais pourront l’atteindre sans attendre. Le nirvana. Suivez un peu.
Des types qui écrivent They don’t dance much in Idaho et A kiss a day ne peuvent être foncièrement mauvais. Ces deux morceaux envoient le groupe dans une autre stratosphère. Fini les élèves disciplinés de Best Kept Secret ou l’académisme de Bolt from the blue. Grandes chansons, grand groupe.Or Unicorn vous propulse dans les pâturages du Wyoming ou les trottoirs de Baltimore.
Les types ont dans les tuyaux des morceaux qui ne feraient pas rougir Grant Lee Buffalo. Retour aux 90’s.
Without My Hat Records chasse sur les terres des seigneuries pop parisiennes mais vient de frapper un grand coup en faisant le boulot d’un label anglo-saxon.
La suite. Et vite.

Mondrian – Isn’t it fun4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Whithout my hat records

Olivier Combes : I left with my interview

Whithout my hat records Créer un label en 2011 qui sort des disques en format vinyle, c’est complétement fou. C’est comme déposer le brevet d’invention de l’éclairage domestique à la bougie après l’invention d’Edison. C’est comme vouloir sortir un disque du calibre de Definitely Maybe à l’âge de 40 ans. On est dans cet ordre…

clip : Mondrian – Last breakfast on Planet Surf

Le groupe parisien Mondrian vous invite à goûter leur nouveau clip, « Last breakfast on Planet Surf » ! Si vous aimez les sandwichs pop sucrés / salés amoureusement préparés pour parfaire votre ligne avant l’été et si vous croyez au proverbe « la vengeance est un plat qui se mange froid », cette recette est pour vous !…

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…