Mondrian - Isn’t it fun (chronique)
Troisième sortie du label lyonnais Without My Hat Records mais surtout première sortie d’album chez ce label distingué, Isn’t it fun et ses cathédrales discrètes forcent le respect.
Without My Hat Records braconne de nouveau sur les terres parisiennes et ramène dans son escarcelle le groupe Mondrian.

Mondrian

Mondrian n’y va pas par quatre chemins et claque d’emblée 14 morceaux pour son premier album. Tant qu’on y est..
On a donc le temps de décortiquer ce groupe qui se situe à la confluence de Sufjan Stevens et de ce folk américain tant chéri par Pitchfork.
Débutant par le très classieux Paris (logique) qui n’a rien à envier aux maitres précédemment cités, les Mondrian envoient quelques titres qui servent d’apéritif aux deux ou trois pièces maîtresses du disque. Voire plus. Tout dépend de votre degré de raffinement. Les fans de M. Ward seront au nirvana, les fans d’Oasis perdus. Mais pourront l’atteindre sans attendre. Le nirvana. Suivez un peu.
Des types qui écrivent They don’t dance much in Idaho et A kiss a day ne peuvent être foncièrement mauvais. Ces deux morceaux envoient le groupe dans une autre stratosphère. Fini les élèves disciplinés de Best Kept Secret ou l’académisme de Bolt from the blue. Grandes chansons, grand groupe.Or Unicorn vous propulse dans les pâturages du Wyoming ou les trottoirs de Baltimore.
Les types ont dans les tuyaux des morceaux qui ne feraient pas rougir Grant Lee Buffalo. Retour aux 90’s.
Without My Hat Records chasse sur les terres des seigneuries pop parisiennes mais vient de frapper un grand coup en faisant le boulot d’un label anglo-saxon.
La suite. Et vite.

Mondrian – Isn’t it fun4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Whithout my hat records

Olivier Combes : I left with my interview

Whithout my hat records Créer un label en 2011 qui sort des disques en format vinyle, c’est complétement fou. C’est comme déposer le brevet d’invention de l’éclairage domestique à la bougie après l’invention d’Edison. C’est comme vouloir sortir un disque du calibre de Definitely Maybe à l’âge de 40 ans. On est dans cet ordre…

clip : Mondrian – Last breakfast on Planet Surf

Le groupe parisien Mondrian vous invite à goûter leur nouveau clip, « Last breakfast on Planet Surf » ! Si vous aimez les sandwichs pop sucrés / salés amoureusement préparés pour parfaire votre ligne avant l’été et si vous croyez au proverbe « la vengeance est un plat qui se mange froid », cette recette est pour vous !…

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.