The Duckworth Lewis Method – Sticky Wets

The Duckworth Lewis Method – Sticky Wets
Les Duckworth Lewis Method vont avoir du mal à franchir la Manche tellement ils sont britanniques. A coté d'eux, les Manic Street Preachers font figure d'auvergnats ou de bourguignons... Derrière ce doux nom emprunté au cricket se cachent Thomas Walsh de Pugwash et surtout Neil Hannon de qui on sait. Accompagnés d'invités prestigieux (Daniel Radcliffe, Matt Berry et Stephen Fry), le Jiminy Cricket de la pop irlandaise revient donc à l'assaut des charts et du terrain de cricket après un premier disque (The Duckworth Lewis Method, 2009) assez génial. On reste dans le même esprit : pop et folie sportive.

The Duckworth Lewis Method

Qu’est ce que c’est que cet O.V.N.I ? Qu’est ce que c’est que ce truc ?
Un disque qui mélange les chevaliers des Monty Python, Tommy des Who et Jeff Lynne des Electric Light Orchestra. On avait déjà entendu beaucoup de choses. Des laides, des atroces et des fantastiques. Mais alors là.
Les The Duckworth Lewis Method viennent de décrocher le gros lot. Sticky Wets est l’album foutraque de cet été et on risque de ne pas y comprendre grand chose. Comme les règles du cricket: il y a de la logique dans l’illogique ma bonne dame.
L’album commence très fort avec Sticky Wickets et Boom Boom Afridi. Déjà rien que le nom des titres fait peur. Derrière la sacro-sainte thématique de ce beau sport qu’est le cricket, voilà que les deux zigottos déroulent en puissance le panthéon du rock britannique. Des accents de Who par ici, des accents d’E.L.O par là…

The Duckworth Lewis Method - It's Just Not Cricket
The Duckworth Lewis Method – It’s Just Not Cricket

Il faut attendre quelques minutes pour découvrir des petits chefs-d’oeuvre à la Hannon avec The Umpire. Caché dans le vestiaire, ce morceau nous rappelle le sort injuste de ce type. Lourdé par sa maison de disques, il évolue désormais en deuxième division et produit lui même ses disques pour éviter de rester trop longtemps sur le banc. Quand on entend ce morceau, on peut se demander si ces anciens patrons ont été éclairés. Après cette petite pause, Sticky Wets repart dans ses effluves de folie.

Quand la fête retombe de nouveau, nous tombons nez à nez avec des chansons de grande qualité (Out in the middle). Et puis les types arrivent à vous emporter dans leur farandole d’après match et vous voilà embarqué dans le train du Mystery Man sans le savoir.

Voici le clip. Non, vous n’avez pas bu.
The Duckworth Lewis Method – It’s Just Not Cricket

The Duckworth Lewis Method – Sticky Wets
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn – Optimism

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.