Floorplan – Paradise

Floorplan - Paradise

M. Hood nous fait un beau cadeau en ce début d’été avec la sortie du premier L.P. d’un de ses avatars, Floorplan, certainement le plus accessible et dancefloor de M. Minimal.

Floorplan - Paradise
Floorplan – Paradise

Floorplan

L’ancien Ministre de l’Information d’Underground Resistance se montre sous son jour le plus groovy et dansant avec Floorplan. « Paradise » comme s’il était en paix avec lui-même et sa ville qui ne cesse de se désespérer. Ce disque est gorgé de funk, de soul, de gospel, de deep-house sombre comme un jour d’orage sur le lac Saint Clair. C’est là tout le talent de Robert Hood, faire une musique taillée pour les dancefloor les plus exigeants qui reste d’une insondable tristesse sans totalement plomber l’ambiance. Les musiciens de Detroit sont, à mon humble avis de fan total, les plus doués pour réaliser cette alchimie entre la techno la plus dark et la house la plus joyeuse.
« Paradise » est un sérieux prétendant au titre d’album de l’année dans la catégorie melancholic house qui reste encore à créer même s’il recèle de belles échappées techno hypnotisantes à souhait, « Change, « Eclipse » et « Higher ». La conclusion du disque est pour le moins surprenante, en s’aventurant du côté du reggae-dub, Robert Hood prouve une fois de plus au monde qu’il n’est pas que le pape de la minimale roborative qu’on peut être tenté de voir en lui.

EPM Podcast #6 – Robert Hood | M-Plant Mix

Discographie

Floorplan – Let’s Ride

Floorplan – Never Grow Old

Floorplan – Eclipse

Floorplan – Confess

Floorplan – Paradise
10/10
Vous avez aimé ? Partagez !
1 réponse sur « Floorplan – Paradise »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Top 2012 - SOUL KITCHEN

Top album & more 2012

Bon sang de bonsoir, pensais-je hier, en me renversant sur mon fauteuil en cuir, un verre de scotch dans une main et une attachée de presse dans l’autre, l’année 2012 était enfin terminée. Trois cent soixante-cinq jours de dur labeur à trimer pour le plaisir de vos oreilles, esclave de la musique enchaîné à mon […]
Robert Hood - Sanctified EP

Robert Hood – Sanctified E.P.

Ouh la, il a pris quoi Rob Hood ? Quand je pense à ce mec, désolé mais je pense au personnage peu amène créé par Hergé, Lazlo Carreidas l’homme qui ne sourit jamais.
Robert Hood : Omega

Robert Hood – Omega

Etrange de savoir que Robert Hood est un fan absolu d’un film de 1971 de Boris Sagal avec Charlton Heston, acteur plutôt démocrate dans sa jeunesse et virant réac et républicain en 1972 sans doute sur les conseils d’un autre acteur célèbre lui aussi : Ronald Reagan. Pas si étrange si l’on sait que les […]

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.