Catégories
Chroniques d'albums

Chris Garneau sur les ondes

On avait découvert l’attachant Chris Garneau avec Music for tourists et un concert à emporter magique où il faisait taire progressivement les conversations d’un bistrot parisien en reprenant en apesanteur le Between the Bars d’Elliot Smith.

Revoilà donc le globe trotter funambule, le hobbit francophile, bostonien d’origine avec son nouvel album, El Radio, encore plus riche dans les arrangements que son prédécesseur, mêlant voix, orgues en tous genres, cordes, percussions, cor, trompette, boites à musique ou encore harmonica, accordéon et flûte.

Ce little big man vous touche au cœur, constamment sur le fil de l’émotion. Sa voix frémit, vous frole, ondule, palpite, vibre, suspend le temps. Les silences sont aussi importants que les notes cristallines de son Fender Rhodes. Les mots s’égrènent, entre spleen et idéal. Il distille ses chansons comme autant de polaroids qu’il affectionne tant, autant de tableaux d’une exposition de son for intérieur. Il chuchote ses comptines acides et acidulées comme un entomologiste de l’âme. Sa pop rêveuse et introspective devient cathartique au fil des écoutes. Ce second disque est sans doute plus badin que le précédent, avec le sautillant Dirty night clown et ses pizzicati ou le rigolard et ‘paradesque’ No more Pirates, l’enjoué Fireflie et ses claquements de doigts ou ses glissando au violoncelle,  l’enfantin, Over and over et ses fuckin’ t’ing ou encore le swingue malicieux de Cats & Kids avec son refrain romantique et désabusé, She is not coming back…

La mélancolie élégiaque est bien sûr toujours présente dans les valses lentes comme sur Raw & awake ou sur le jazzy Hometown Girls, I’m sorry mum s’excuse t-il sur un filet de trompette dans Things She Said. La diction peut peut être énerver certains mais la sincérité est bien présente, il convainc avec le motif récurent de la croche pointée double claudicante qui irrigue l’album comme si ce voyageur solitaire et vulnérable tombait et se relevait sans cesse. Le disque se clôt sur une Black hawk walz, mini symphonie en apnée au fond de la piscine qui donne vraiment envie de s’immerger avec ce farfadet tendre et espiègle.

El Radio (Absolutely Kosher / Fargo) sort le 15 septembre.

Chris Garneau sera en concert aux Nuits de Fourvière à Lyon le 22 juillet avec Howard Hughes et Cocoon.

Chris Garneau - El Radio

chris_garneau_el_radio_cover-500x4411

Tracklist : Chris Garneau - El Radio
  1. Fireflies (french version)
  2. The Leaving Song
  3. Dirty Night Clowns
  4. Raw and Awake
  5. Hands on the Radio
  6. No More Pirates
  7. Fireflies
  8. Home Town Girls
  9. Over and Over
  10. Cats and Kids
  11. Lucioles En Ré Mineu
  12. Things She Said
  13. Pirates Reprise

Plus d’informations : http://chrisgarneau.com/.

Chris Garneau sur les ondes5.0
10/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article
1 réponse sur « Chris Garneau sur les ondes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Chris Garneau © Fabrice Buffart

Chris et chuchotements

Quel concert de Chris Garneau à l’Épicerie Moderne de Feyzin ! Un moment d’intense intimité, de mise à nu avec pour seul paravent, ce nouveau disque, Yours qui est déjà le notre.
Chris Garneau 2018 © Mark Garneau

Chris Garneau – Yours

On est tombé en amour pour le fragile et touchant Chris Garneau depuis son premier album Music for Tourists en 2006 puis avec sa reprise magique du between the bars d’Elliot Smith pour la Blogothèque.
Chris Garneau © Matthew Placek

Chris Garneau, quatrième !

Le séraphique Chris Garneau vient de finir son quatrième album aux studios Mikrokosm à Villeurbanne près de Lyon avec Benoit Bel qui a fait ses classes en Islande aux studios Greenhouse et travaillé entre autres avec Björk, Bonnie « Prince » Billy ou Kate Nash.
Chris Garneau - Winter Games

Chris Garneau en forme olympique

L’hiver est à la mode, demandez à Ólafur Arnalds, l’iceman au piano de soie. Mais Chris Garneau vise les Olympiades du cœur, et point besoin d’aller à Sotchi.
Chris Garneau

Chris Garneau à vendre

On aime beaucoup la musique délicate de Chris Garneau sur SK alors voici une vidéo où il nous convie à financer son prochain album. Comment un type aussi talentueux peut être sans label, mystère.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…