The Drink – Company

The Drink - Company
The Drink ou le traité de l'inutilité de faire des classements de fin d'année au mois de novembre. Il y a quelques semaines le magasin londonien du label Rough Trade a décidé de laisser une place de choix au disque de ce groupe londonien. Jusque là rien d'étonnant. Un groupe, un disque et un disquaire : une possibilité. La particularité de The Drink ? Le groupe a des chansons magnifiques dans son escarcelle mais pas de label soit l'inverse d'une flopée de groupes plus ou moins connus. Rough Trade a donc été séduit par les chansons de ce groupe. Et on comprend rapidement le pourquoi du comment en même pas une écoute de Company.

The Drink

Dearbhla Minogue, Daniel Fordham et David Stewart ont donc réuni leurs trois premiers EPs (produits notamment par Tobias Warwick Jones) datant de 2013 et de 2014 en un superbe premier album nommé Company. Échappée de The Wharves, Dearbhla Minogue fait ici des miracles.
Comme faire aimer The Vampire Weekend à un fan de Metallica par exemple ? Tout simplement en lui faisant écouter Fever. Sans avoir l’air d’y toucher, le groupe déroule des morceaux de première division et ne se retourne même pas sur notre chemin.

A l’écoute de Microsleep, sensationnel morceau d’ouverture, on se retrouve projeté dans un univers « Odd Dark Folk Pop » comme l’indique la page Bandcamp du groupe.
La basse claque parfaitement et porte aux nues les refrains de ce beau disque.

Les pièces de choix de ce disque sont toutes tirées du troisième E.P du groupe. Dead Ringers, Demo Love et Haunted Place sont un bon coup de latte à une scène islandaise qui ne dit pas son nom. Les types de Seabear peuvent aller au vestiaire pour se rhabiller en pleurant.

Avec Company, nous assistons donc en direct à l’éclosion d’un groupe sur lequel il va falloir compter en 2015.

The Drink – Wicklow

Tracklist : The Drink - Company
  1. Microsleep
  2. Bantamweight
  3. Playground
  4. Dead Ringers
  5. Fever
  6. Wicklow
  7. At The Weekend
  8. Beasts Are Sleeping
  9. Demo Love
  10. Desert
  11. Junkyard
  12. Haunted Plac

The Drink – Company
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Adriannelenker-fool

Vidéo : Adrianne Lenker – fool

On ne sait pas si le futur est brillant, mais ce qui est sur c’est que la voix d’Adrianne Lenker éclaire une fois de plus notre nuit.
Maxinefunke

Maxine Funke, maximum de douceur

Maxine Funke est originaire de Dunedin en Nouvelle Zélande. A part cela, on ne sait pas grand chose et c’est sans doute mieux ainsi. La douceur de sa voix et son jeu gracile de guitare sont une merveille d’apaisement, une accalmie dans le fracas bavard du monde.
Flchelove-cetusavecchebanouar

Vidéo : Flèche Love – Cetus avec Cheb Anouar

Flèche Love revient avec un nouvel album en français dans son carquois. Son titre est sans ambiguïté. Guérison sera cathartique mais élargira assurément son public car nous sommes beaucoup en quête d’identité, de spiritualité et d’apaisement.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.