Catégories
Chroniques d'albums

H-Burns – Night Moves

H-Burns - Night Moves

Passons à confesse de suite. Malgré les bons papiers du collègue Gui Mauve, je n’avais jamais écouté ce groupe.
Et puis par le plus grand hasard, je suis tombé sur Nowhere to Be, le premier single de Night Moves. Conséquence immédiate, je suis tombé amoureux de cette chanson. Comment faire autrement ? Qui peut résister à cette magnifique chanson ? Personne.

Enfin, savoir que Rob Schnapf a produit ce disque ajoute un zeste de curiosité à l’affaire.
La déception n’est pas au rendez-vous. Au contraire.
Avec Night Moves, on tient entre ses mains le cousin éloigné d’un disque de Cat Power habité par le fantôme de Smith et l’ombre de Granduciel. Et on en tombe à la renverse.

H-Burns

Qu’est-il arrivé au leader des H-Burns, Renaud Brustlein ?
Une rupture ? Des ruptures ? Une dépression ? Une impression se dégage de suite à l’écoute de son nouveau disque : quelle élégance !

H Burns – Nowhere To Be

Le niveau des compositions de Night Moves est diablement élevé. Avec une boite à rythmes et quelques cordes, le type tricote délicatement des pop songs qui frôlent la perfection (Silent Wars).
Ce n’est pas la même personne qui a écrit Off The Mapp et Night Moves ? Si si.
Il se dégage de l’odyssée californienne de ce garçon un disque somptueux aux parfums surannés.
Wolves et Signals sont des monstres de mélancolie qui vont faire pleurer les gens les plus heureux du monde. Quant à Night Moves, elle viendra donner le coup de grâce.
Qu’on ne vienne pas se plaindre! Les effets dévastateurs de ce beau disque nous ont été annoncés avec sa pochette.
Rajoutez aux compositions de Brustlein la mise en scène de Rob Schnapf et vous obtenez un disque qui vous fait naviguer dans Los Angeles à la tombée de la nuit. Le soleil se couche, les ombres commencent à se dessiner et Brustlein se met à chanter: Bang bang you’re dead!

Tracklist : H-Burns - Night Moves
  1. Nowhere to be
  2. Through the radar
  3. In the wee hours
  4. Silent Wars
  5. Night Moves
  6. Big Surprise
  7. Wolves
  8. Radio Buzzing
  9. Signals
  10. Too much hope
  11. Holding back

Night Moves sortira le 27/01/2015 (Vietnam/Because Music).
H-Burns sera en tournée les :

  • 05.02.15 : BIG BAND CAFE à Hérouville St Clair (Caen).
  • 06.02.15 : Festival Folk en scène à Donges.
  • 20.02.15 : L’Abordage à Evreux.
  • 19.03.15 : La Maroquinerie à Paris.
  • 18.04.15 : Festival Faveurs du printemps au Théâtre Denis à Hyères.
  • 24.04.15 : Carte Blanche – La Belle Électrique à Grenoble.
H-Burns – Night Moves4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

H-Burns

M. H-Burns

« Les mecs seuls sur scène sont les plus forts. » La preuve en a été faite avec Jason Molina à l’époque de Songs: Ohia. Et cette maxime est toujours vraie aujourd’hui grâce à Bill Callahan et Renaud Brustlein aka H-Burns. Auteur d’un des disques de l’année (Midlife), H-Burns est venu jouer ses belles chansons, accompagné de…
H-Burns feat. Kate Stables - Sister

This is the hit : H-Burns & Kate Stables

Il y a des duos de pure convenance pour faire joli sur les disques d’artistes en mal d’inspiration. E il y a des duos de pure connivence où deux artistes vous saisissent d’émotion. C’est évidemment le cas pour ce Sister d’H-Burns et Kate Stables.

Power to H-Burns !

Du 3 au 13 juillet 2019 se tiendra la dixième édition du festival Days Off avec une belle programmation. On pourra aller voir Kraftwerk 3D, Thom Yorke, Charlotte Gainsbourg, Cat Power, Jónsi (Sigur Rós) et bien d’autres. Et on ne cache pas notre impatience pour le concert Cat Power le 4 juillet 2019. La première…
h-burns_midlife

H-Burns out !

« La tigresse qui voit enlever sa portée, Est moins à redouter qu’une femme irritée » écrivit Tristan L’Hermite dans sa pièce Mariamne. Et quand en plus cette tigresse est au volant, c’est la mort au tournant assurée.
HOG HOG 2017

Hog Hog 2017 : Haut les cœurs !

On ne vous fera pas le coup du festival pas comme les autres et pourtant. Le festival Heart Of Glass Heart Of Gold, Hog Hog pour les intimes est un moment hors norme dans le paysage festivalier de l’été.

Plus dans Chroniques d'albums

Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…
Régina Demina - Hystérie

Régina Demina – Hystérie

On voudrait voir la dame blanche, en short serré, talons aiguilles et joli décolleté, on se trouverait probablement au bon endroit. On souhaiterait voir la Belle et la Bête monter une barre de pole dance, ou Atchoum se maquiller en princesse, on le serait probablement encore aussi. Car Régina Demina est un enchevêtrement de peut-être,…