Catégories
Chroniques d'albums

H-Burns – Night Moves

H-Burns - Night Moves

Passons à confesse de suite. Malgré les bons papiers du collègue Gui Mauve, je n’avais jamais écouté ce groupe.
Et puis par le plus grand hasard, je suis tombé sur Nowhere to Be, le premier single de Night Moves. Conséquence immédiate, je suis tombé amoureux de cette chanson. Comment faire autrement ? Qui peut résister à cette magnifique chanson ? Personne.

Enfin, savoir que Rob Schnapf a produit ce disque ajoute un zeste de curiosité à l’affaire.
La déception n’est pas au rendez-vous. Au contraire.
Avec Night Moves, on tient entre ses mains le cousin éloigné d’un disque de Cat Power habité par le fantôme de Smith et l’ombre de Granduciel. Et on en tombe à la renverse.

H-Burns

Qu’est-il arrivé au leader des H-Burns, Renaud Brustlein ?
Une rupture ? Des ruptures ? Une dépression ? Une impression se dégage de suite à l’écoute de son nouveau disque : quelle élégance !

H Burns – Nowhere To Be

Le niveau des compositions de Night Moves est diablement élevé. Avec une boite à rythmes et quelques cordes, le type tricote délicatement des pop songs qui frôlent la perfection (Silent Wars).
Ce n’est pas la même personne qui a écrit Off The Mapp et Night Moves ? Si si.
Il se dégage de l’odyssée californienne de ce garçon un disque somptueux aux parfums surannés.
Wolves et Signals sont des monstres de mélancolie qui vont faire pleurer les gens les plus heureux du monde. Quant à Night Moves, elle viendra donner le coup de grâce.
Qu’on ne vienne pas se plaindre! Les effets dévastateurs de ce beau disque nous ont été annoncés avec sa pochette.
Rajoutez aux compositions de Brustlein la mise en scène de Rob Schnapf et vous obtenez un disque qui vous fait naviguer dans Los Angeles à la tombée de la nuit. Le soleil se couche, les ombres commencent à se dessiner et Brustlein se met à chanter: Bang bang you’re dead!

Tracklist : H-Burns - Night Moves
  1. Nowhere to be
  2. Through the radar
  3. In the wee hours
  4. Silent Wars
  5. Night Moves
  6. Big Surprise
  7. Wolves
  8. Radio Buzzing
  9. Signals
  10. Too much hope
  11. Holding back

Night Moves sortira le 27/01/2015 (Vietnam/Because Music).
H-Burns sera en tournée les :

  • 05.02.15 : BIG BAND CAFE à Hérouville St Clair (Caen).
  • 06.02.15 : Festival Folk en scène à Donges.
  • 20.02.15 : L’Abordage à Evreux.
  • 19.03.15 : La Maroquinerie à Paris.
  • 18.04.15 : Festival Faveurs du printemps au Théâtre Denis à Hyères.
  • 24.04.15 : Carte Blanche – La Belle Électrique à Grenoble.
H-Burns – Night Moves4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

H-Burns

M. H-Burns

« Les mecs seuls sur scène sont les plus forts. » La preuve en a été faite avec Jason Molina à l’époque de Songs: Ohia. Et cette maxime est toujours vraie aujourd’hui grâce à Bill Callahan et Renaud Brustlein aka H-Burns. Auteur d’un des disques de l’année (Midlife), H-Burns est venu jouer ses belles chansons, accompagné de…
H-Burns feat. Kate Stables - Sister

This is the hit : H-Burns & Kate Stables

Il y a des duos de pure convenance pour faire joli sur les disques d’artistes en mal d’inspiration. E il y a des duos de pure connivence où deux artistes vous saisissent d’émotion. C’est évidemment le cas pour ce Sister d’H-Burns et Kate Stables.

Power to H-Burns !

Du 3 au 13 juillet 2019 se tiendra la dixième édition du festival Days Off avec une belle programmation. On pourra aller voir Kraftwerk 3D, Thom Yorke, Charlotte Gainsbourg, Cat Power, Jónsi (Sigur Rós) et bien d’autres. Et on ne cache pas notre impatience pour le concert Cat Power le 4 juillet 2019. La première…
h-burns_midlife

H-Burns out !

« La tigresse qui voit enlever sa portée, Est moins à redouter qu’une femme irritée » écrivit Tristan L’Hermite dans sa pièce Mariamne. Et quand en plus cette tigresse est au volant, c’est la mort au tournant assurée.
HOG HOG 2017

Hog Hog 2017 : Haut les cœurs !

On ne vous fera pas le coup du festival pas comme les autres et pourtant. Le festival Heart Of Glass Heart Of Gold, Hog Hog pour les intimes est un moment hors norme dans le paysage festivalier de l’été.

Plus dans Chroniques d'albums

The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.