Catégories
Chroniques d'albums

Damon Albarn – Everyday Robots

Damon Albarn - Everyday Robots

Damon Albarn, couteau suisse de Parlophone avec Blur et Gorillaz, commence sa véritable carrière solo cette année à 46 ans.
Il faut bien un début à tout ma bonne dame. Cependant la chose n’est pas évidente pour le Monsieur. C’est Richard Russell, patron du label XL Recordings, qui est le pousse au crime de l’affaire. Pas simple pour Albarn de voir son nom sur une pochette de disque. Il aurait sûrement dû s’écouter.
Car si l’affaire n’est pas simple pour Albarn, elle n’est pas simple pour nous non plus : Russel ne ment pas en disant qu’Everyday Robots ne sonne comme aucun autre disque d’Albarn. Peut être une touche de The Good, The Bad And The Queen. Qui devait-être un disque solo au départ. Chasser le naturel…

Damon Albarn - Everyday Robots
Damon Albarn – Everyday Robots

Damon Albarn

Damon Albarn fait dans l’introspection. Les nouvelles technologies le perturbent. Alors il nous chante ses doutes et son incompréhension.
Eternel travailleur, Everyday Robots est superbement produit. Le processus d’enregistrement est excellent. Tout va bien de ce coté là.
Il confesse avoir eu quelques difficultés concernant les paroles. Pour la musique, non. Ah. Bah si.
Albarn s’est donc acharné sur les paroles et a peut être oublié en chemin, et c’est même sûr, quelques mélodies. Dieu que l’on s’ennuie sur ce disque. Les amoureux de la pop pourront manger leur chapeau, les autres pourront tenter d’aimer ce disque.

Damon Albarn – Lonely Press Play

Après les trois premiers morceaux, nous sommes sauvés de notre douce léthargie par un éléphant…
Mr Tembo, chanson écrite pour cet animal, permet de retrouver un Albarn ingénieux et malicieux. On ne crie pas au génie pour autant. On fait dans l’amusette. Mais après un single comme Lonely Press Play, c’est plus ou moins Byzance.
Le prochain single à paraître, Hollow Ponds, devrait faire des ravages dans les pubs de Londres à l’heure de l’happy hour. Des ribambelles de cockneys vont pioncer dans leur pinte.
On passe le cap aussi de la case Eno qui vient nous assommer sur le morceau de clôture. Au moins, Richard Ashcroft avait eu le chic de nous ennuyer avec Brian Wilson sur Human Conditions.

La doublette Photographs (You Are Taking Now) et History Of A Cheating Heart sauve l’affaire du naufrage. Avec la pochette.

Liam Gallagher et Damon Albarn possèdent donc un point commun en ce qui concerne leur dernier disque respectif : avoir une production de première bourre et oublier d’écrire quelques chansons.

Tracklist : Damon Albarn - Everyday Robots
  1. Everyday Robots
  2. Hostiles
  3. Lonely Press Play
  4. Mr Tembo
  5. Parakeet
  6. The Selfish Giant
  7. You & Me
  8. Hollow Ponds
  9. Seven High
  10. Photographs (You Are Taking Now)
  11. The History Of A Cheating Heart
  12. Heavy Seas Of Love
Damon Albarn – Everyday Robots3.0
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
2 réponses sur « Damon Albarn – Everyday Robots »

je reconnais bien la critique artistique partisane du formatage cultivé/culturel a la petite catéchaise teleramesque …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Magnetic North

Cap sur le Magnetic North

Leçon de mathématiques : Erland & the Carnival = Erland Cooper + Simon Tong. The Magnetic North = Erland & the Carnival + Hannah Peel. Erland & the Carnival + The Magnetic North = 5 grands disques de pop anglaise.
Arcade Fire @ le Zénith, Paris | 03.06.2014

Top photos 2014

J’espère que le père Noël vous a gâté, que vous avez slalomé entre les embuches en tous genres, crise de foi(e), chute sur le verglas et grippes hivernales. Tout s’est bien passé pour nous, les photographes de Soul Kitchen ont bien travaillé cette année 2014 et m’ont réclamé à corps et à cris leur minute…
Festival Inrocks / Philips

Le festival inRocks / Philips 2014

Le festival les inRocks / Philips aura lieu du 11 au 18 novembre avec un paquet d’artistes que nous aimons beaucoup. Festival Inrocks / Philips
Damon Albarn

Damon Albarn place la barre haut

Damon Albarn – Everyday Robots Et la plus belle pochette de disque de ce début d’année est celle du prochain album solo de Damon Albarn. Parka, Clarks et un Albarn tête basse. Sobre et efficace. Et beau accessoirement. La délivrance aura lieu le 28 avril 2014.

Plus dans Chroniques d'albums

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.