The War On Drugs – Lost in the Dream

The War On Drugs - Lost in the Dream
Grand Dieu : Adam Granduciel s'apprête à sortir un chef d’œuvre. Le patron des War On Drugs balaye d'un revers de main ses précédentes livraisons et vient jouer dans la cour des grands. Deux ans d'enregistrement pour un disque inclassable d'une classe folle. Lost In The Dream tape à tous les étages et entraîne tout son petit monde vers des sommets sublimes. A ranger entre le vinyle de Born To Run et la V.H.S de Serpico.

The War On Drugs était jusque là connu pour être l’ancien groupe d’un certain Kurt Vile.
Les deux premiers disques montrent un groupe sympathique. Bien sous tout rapport. Sans plus.
Pour le troisième, c’est une autre affaire. Lost in the Dream montre un groupe incisif et porteur de sublimes compositions.

The War On Drugs – Under The Pressure (Live on WXPN)

Discographie

Les dix titres de Lost In The Dream ont été enregistrés avec la garde rapprochée de Granduciel : le fidèle Dave Hartley, le pianiste Robbie Bennett et l’ingénieux Jeff Zeigler.
Deux ans de travail acharné où les types ont épuisé une demi-douzaine de studios. Pour un résultat impressionnant.
Les 8 minutes 51 du morceau d’ouverture, le bien nommé Under The pressure, montre déjà la couleur. On arrête la deuxième division. On enlève le pied de la pédale du frein. On appuie sur l’accélérateur et on file droit à la poursuite d’un certain Kurt Vile. 8 minutes 51 de pop US somptueuse. Vile peut s’inquiéter. Il a la cavalerie dans le rétroviseur.
Granduciel et ses Heartbreakers font dans le stratosphérique. An Ocean in between the Waves et ses guitares à la Knopfler pourraient donner une suite décente à un groupe indécent. Cherchez l’erreur.
Eyes To The Wind calme les effusions de décibels. Et le Granduciel Street Band remet les potards en marche avec le bien nommé Burning. Le tout à la sauce shoegaze s’il vous plaît.

The War On Drugs – Red Eyes

On ne sort pas indemne de l’écoute de Lost in the Dream.

Un des disques de l’année. Ou le disque de l’année. C’est au choix.

Tracklist : The War On Drugs - Lost In The Dream
  1. Under The Pressure
  2. Red Eyes
  3. Suffering
  4. An Ocean In Between The Waves
  5. Disappearing
  6. Eyes To The Wind
  7. The Haunting Idle
  8. Burning
  9. Lost In The Dream
  10. In Reverse

The War On Drugs – Lost in the Dream
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
7 réponses sur « The War On Drugs – Lost in the Dream »

C’est un chef d’oeuvre. Grandiose opus. J’avais oublié que parfois on peut frissonner comme ça, avec un disque. Wow, fucking wow.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

The War on Drugs @ le Bataclan, Paris, 06/11/2017

The War on Drugs à la conquête du Bataclan

Forts d’un très beau dernier album, A Deeper Understanding sorti en août dernier, les surdoués de The War on Drugs étaient lundi soir sur la scène du Bataclan pour défendre leur nouveau bébé face à un public parisien visiblement déjà conquis.
The War on Drugs

L’addiction The War on Drugs

Une question nous obsédait depuis la sortie de Lost in the Dream des The War on Drugs en 2014. Et si Adam Granduciel avait tout donné avec ce disque ? Et si Lost in the Dream restait sans suite ?
The War on Drugs

The War on Drugs au Bataclan

C’est que ça commence à se remuer du côté de Philadelphie. Adam Granduciel et ses The War On Drugs ont publié un morceau il y a quelques jours et viennent d’annoncer les dates de leur tournée mondiale.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.