Catégories
Chroniques d'albums

The War On Drugs – Lost in the Dream

The War On Drugs - Lost in the Dream

Grand Dieu : Adam Granduciel s’apprête à sortir un chef d’œuvre. Le patron des War On Drugs balaye d’un revers de main ses précédentes livraisons et vient jouer dans la cour des grands.
Deux ans d’enregistrement pour un disque inclassable d’une classe folle. Lost In The Dream tape à tous les étages et entraîne tout son petit monde vers des sommets sublimes.
A ranger entre le vinyle de Born To Run et la V.H.S de Serpico.

The War On Drugs était jusque là connu pour être l’ancien groupe d’un certain Kurt Vile.
Les deux premiers disques montrent un groupe sympathique. Bien sous tout rapport. Sans plus.
Pour le troisième, c’est une autre affaire. Lost in the Dream montre un groupe incisif et porteur de sublimes compositions.

The War On Drugs – Under The Pressure (Live on WXPN)

Les dix titres de Lost In The Dream ont été enregistrés avec la garde rapprochée de Granduciel : le fidèle Dave Hartley, le pianiste Robbie Bennett et l’ingénieux Jeff Zeigler.
Deux ans de travail acharné où les types ont épuisé une demi-douzaine de studios. Pour un résultat impressionnant.
Les 8 minutes 51 du morceau d’ouverture, le bien nommé Under The pressure, montre déjà la couleur. On arrête la deuxième division. On enlève le pied de la pédale du frein. On appuie sur l’accélérateur et on file droit à la poursuite d’un certain Kurt Vile. 8 minutes 51 de pop US somptueuse. Vile peut s’inquiéter. Il a la cavalerie dans le rétroviseur.
Granduciel et ses Heartbreakers font dans le stratosphérique. An Ocean in between the Waves et ses guitares à la Knopfler pourraient donner une suite décente à un groupe indécent. Cherchez l’erreur.
Eyes To The Wind calme les effusions de décibels. Et le Granduciel Street Band remet les potards en marche avec le bien nommé Burning. Le tout à la sauce shoegaze s’il vous plaît.

The War On Drugs – Red Eyes

On ne sort pas indemne de l’écoute de Lost in the Dream.

Un des disques de l’année. Ou le disque de l’année. C’est au choix.

Tracklist : The War On Drugs - Lost In The Dream
  1. Under The Pressure
  2. Red Eyes
  3. Suffering
  4. An Ocean In Between The Waves
  5. Disappearing
  6. Eyes To The Wind
  7. The Haunting Idle
  8. Burning
  9. Lost In The Dream
  10. In Reverse
The War On Drugs – Lost in the Dream4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
7 réponses sur « The War On Drugs – Lost in the Dream »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The War on Drugs @ le Bataclan, Paris, 06/11/2017

The War on Drugs à la conquête du Bataclan

Forts d’un très beau dernier album, A Deeper Understanding sorti en août dernier, les surdoués de The War on Drugs étaient lundi soir sur la scène du Bataclan pour défendre leur nouveau bébé face à un public parisien visiblement déjà conquis.
The War on Drugs

L’addiction The War on Drugs

Une question nous obsédait depuis la sortie de Lost in the Dream des The War on Drugs en 2014. Et si Adam Granduciel avait tout donné avec ce disque ? Et si Lost in the Dream restait sans suite ?

The War on Drugs au Bataclan

C’est que ça commence à se remuer du côté de Philadelphie. Adam Granduciel et ses The War On Drugs ont publié un morceau il y a quelques jours et viennent d’annoncer les dates de leur tournée mondiale.
Franck Annese © Louis Teyssedou

Good Morning Vietnam !

En 2012, Franck Annese a lancé le label Vietnam pour publier un disque de H-Burns. En 2016, alors que l’industrie musicale peine à se remettre de son entrée dans l’ère numérique, le label Vietnam tient toujours debout et se porte bien. Il est passé d’une signature à huit et compte bien ne pas s’arrêter là.…

Heron Oblivion, héros bruyants

Supergroupe formé par Meg Baird (Espers), Charles Sauffley (Assemble Head in Sunburst Sound), Noel von Harmonson (Comets on Fire, Six Organs of Admittance, Sic Alps, The Lowdown) et Ethan Miller (Comets on Fire), Heron Oblivion a tout pour réussir avec son premier album. On s’explique.

Plus dans Chroniques d'albums

The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.