Gentiment affublés du sobriquet de dignes héritiers des Happy Mondays avec leur premier disque, les Kasabian aimeraient bien changer la donne avec ce disque. Comme avec les précédents. Les nouveaux Fleetwood Mac ? Pourquoi pas.
48:13, cinquième disque du groupe, se veut être le disque de la rupture. Tête d’affiche de Glastonbury, Kasabian en veut encore plus. Toujours plus.

Serge Pizzorno a éjecté Christopher Karloff (responsable de l’ambiance de Kasabian) et a congédié Dan The Automator (producteur de West Ryder Pauper Lunatic Asylum et du dernier en date dont tout le monde a jugé bon d’oublier le nom). En 2014, on se retrouve avec un Pizzorno omnipotent qui chante, qui produit et qui oublie d’écrire des chansons.

Éternel outsider, Kasabian se rêve en machine de guerre mainstream. 48:13 est réalisé dans ce but.
C’est bien connu, les disques ne se vendent plus. Alors on refile une pochette au goût douteux. 48:13 gagne déjà le NME Award de la pochette hideuse de l’année.
Et on se retrouve à se gratter la tête sur la majorité des titres. Bouillie électro ? Délire électro ?
Eez-Eh, premier single de ce must have chez les ennemis des Arctic Monkeys, annonce la couleur. Au moins, les Stone Roses ont eu la bonne idée d’exploser avec Second Coming… Là, ça sert juste de passe-plat à des morceaux douteux.

Kasabian – Eez-Eh

Serge Pizzorno était rigolo. On se doutait de l’adolescent fan d’Ennio Morricone et de Primal Scream jouant de la chaussette devant un poster de Liam Gallagher. Là… On se retrouve avec des morceaux qui ont oublié les chansons sur le bord du trottoir et un type qui ne cesse de chanter. Il joue de la chaussette comme Noel Gallagher. Mais laisse le chanter qu’on lui disait du temps d’Oasis en parlant de Liam. Même chose en 2014 chez Kasabian. Laisse le chanter. Après le très bon Doomsday où Meighan envoie tout valser, on se prend une gueule de bois avec une rasade de Glass où Pizzorno endort les troupes.
On sauvera donc de la Bérézina ambiante, Stevie, Doomsday et SPS. Le reste devrait accompagner quelques publicités de la Coupe du Monde de football ou les ruptures sentimentales des adolescents boutonneux de Leicester.
Il fallait se douter de la plantade de 48:13. C’est Mark « Spike » Stent qui a mixé le disque. Sachant qu’il a sévi sur les pires disques du modèle Oasis…

Tracklist : Kasabian - 48:13
  1. Shiva
  2. Bumblebee
  3. Stevie
  4. Mortis
  5. Doomsday
  6. Treat
  7. Glass
  8. Explodes
  9. Levitation
  10. Clouds
  11. Eez-Eh
  12. Bow
  13. SPS
Kasabian – 48:132.0
4/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
2 réponses sur « Kasabian – 48:13 »

Je découvre votre site par hasard.
100% d’accord avec la critique de Louis. Le CD m’est tombé des mains. J’ai écouté cette bouillie en faisant autre chose. Aucun morceau n’a retenu mon attention (à part le très – trop ? – easy « eez-eh ». Et dire que je fulminais de ne pas avoir pu avoir une place pour leur récent passage à Paris ! Et dire que j’ai réussi à avoir une place pour leur concert au Zénith de Paris le 7 novembre !! Et dire que le 7 novembre, c’est mon anniversaire !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Kasabian - For Crying Out Loud (2017)

Kasabian – For Crying Out Loud

En juin 1997, Radiohead s’apprêtait à prendre la tête du rock anglais avec son album OK Computer. Vingt ans plus tard, on annonce la réédition de ce fantastique album. La même semaine, Kasabian fait son retour en fanfare avec un album au titre prémonitoire. Et comme son équipe de football, le groupe de Leicester coule.…
Photos : Le Rock dans tous ses États 2014

Photos : Le Rock dans tous ses États | 27.06.2014

Le 31e Rock démarre fort avec un premier jour mêlant gros noms et gros sons : Kasabian retourne l’hippodrome, bien sûr, mais derrière, le reste de l’affiche est à la hauteur : Birth of Joy rageurs, The Dillinger Escape Plan survoltés ― même quand la sono à sauté pendant un titre et demi sans qu’ils arrêtent de…
best of 2013 SK

Best of photos 2013

Quatre ans et demi après sa création, Soul Kitchen continue son chemin en essayant de vous faire vivre les meilleures découvertes musicales, en photos et en textes. Toute l’équipe vous souhaite une très belle année 2014 avec ce « Best of photos » de nos photographes.
Photos concert : Kasabian @ Casa Bacardi Live, Milan | 30.05.2013

Kasabian @ Casa Bacardi Live, Milan | 30.05.2013

Plus de 50 000 personnes ont envahi jeudi la place de la cathédrale de Milan pour la seule apparition italienne de Kasabian cette année ; un concert gratuit, dans un décor historique fabuleux, coup d’envoi du Casa Bacardi Live, projet de Bacardi visant à associer musique et cocktails. L’invitation était belle, on ne pouvait que l’accepter.

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.