Catégories
Chroniques d'albums

J/B/M – Stray Ashes : Mélancolique gifle canadienne

J/B/M – Stray Ashes
J/B/M – Stray Ashes
J/B/M – Stray Ashes

J’avais un ami qui habitait à côté du label Fargo Records, rue de la folie Méricourt, un petit appartement, avec un piano, des bouquins. Il ne causait pas beaucoup, et on partait faire de longues balades silencieuses, jusqu’à Bastille, et retour. Invariablement, avant d’arriver chez lui, je rentrais chez Fargo. Petite boutique boisée, pleine de vinyles, un fauteuil en cuir, des affiches, partout, des disques.

J’en voyais sortir des jeunes filles, guitares sous le bras, de grands types aux cheveux longs, barbus. Peut-être Alela Diane, un jour, qui sait. Son histoire est assez indissociable de Fargo, et elle venait de signer avec le label lorsque j’ai commencé à traîner mes basques dans la rue. Fargo a toujours eu ce petit brin de quelque chose, un talent fou pour dénicher les futurs grands, Alela Diane, bien sur, dont tout amateur de Folk a du tomber amoureux une fois, mais aussi Emilie Loizeau, disque d’or, comme sa grande soeur avec Fargo. Quatre ans plus tard, le label continue son fastidieux travail de défricheur, et leur dernière signature est une petite pépite.

J/B/M

J/B/M est d’origine canadienne, et généralement c’est bon signe. Il vient tout juste de rejoindre Fargo pour la diffusion française de ses titres, bien que son album, Stray Ashes soit sorti en 2012 chez Western Vinyle. Et laissez-moi vous dire qu’en matière de folk-pop atmosphérique, ça se pose là, avec force et beauté.

JBM – Forest

C’est ce titre, en particulier, qui nous passionne, Forest, ce lent constat de l’attente amoureuse, et ses guitares électriques qui s’éteignent à petit feu, un titre impuissant à raviver la flamme de celui qui chante la mélancolie ardente. Mais on doit aussi écouter Ferry, l’ouverture de l’album et sa rage latente, réprimée, et superbe. Go Canada. Le rapprochement avec les aînés et facile, et l’on entend la lignée dans la voix de Jesse Marchant. Mais c’est beau, et ça fonctionne. Le tout a été produit par John Congleton, responsable entre autres de petits chefs-d’oeuvre comme St. Vincent, ou Shearwater, alors si ça ça ne vous suffit pas, là je ne sais plus. Mais il va y avoir un moment, dans le mois de soleil à venir, où rien n’aura correspondu à vos plans, à vos attentes. Vous vous retrouverez, clefs en main et seul, sur un parking dont vous auriez voulu repartir accompagné. Ça ne se sera pas fait parce que la vie nous marche dessus. Montez en voiture, et écoutez JBM. Merci Fargo, comme d’habitude.

JBM – On Fire On A Tightrope

Partager cet article
1 réponse sur « J/B/M – Stray Ashes : Mélancolique gifle canadienne »

Dommage que ça ne sorte (officiellement) en France qu’une fois que le projet n’est plus d’actualité… Le nouvel album est étiqueté Jesse Marchant ! Mais bon, mieux vaut tard que jamais, et ce n’est pas très surprenant que Fargo soit le sauveur sur ce coup-là :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Portrait : Laétitia Shériff

Portrait : Laetitia Shériff

Rencontre avec Laetitia Shériff dont les chansons et le son m’ont tapé dans l’oreille depuis son premier album Codification. Laetitia vient de boucler son « Winter Tour », une tournée intimiste en trio, de quoi tester auprès du public ses nouvelles compositions destinées à son troisième album en cours de préparation. A suivre donc !
Dawn Landes

Portrait : Dawn Landes

Dawn Landes Avec son dernier EP « Mal habillée » Dawn Landes nous apporte un souffle frais et espiègle d’outre-atlantique. Dawn Landes Session photo réalisée à “La fabrique des balades sonores” (www.baladessonores.com) © Rémy Grandroques – Tous droits réservés – Merci de ne pas récupérer ou utiliser ces photos sans autorisation.
Sallie Ford & the Sound Outside

Sallie à Paris

Sallie Ford & the Sound Outside – photo Renaud Monfourny On la croirait échappée du film Ghost World de Terry Zwigoff, Sallie Ford & the Sound Outside prend ses quartiers d’été à Paris en juillet avec 5 concerts gratuits le mardi 17 juillet aux Arènes de Montmartre (18e), le vendredi 20 juillet au Parc de…

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.