J/B/M – Stray Ashes : Mélancolique gifle canadienne

J/B/M – Stray Ashes
J’avais un ami qui habitait à côté du label Fargo Records, rue de la folie Méricourt, un petit appartement, avec un piano, des bouquins. Il ne causait pas beaucoup, et on partait faire de longues balades silencieuses, jusqu’à Bastille, et retour. Invariablement, avant d’arriver chez lui, je rentrais chez Fargo. Petite boutique boisée, pleine de vinyles, un fauteuil en cuir, des affiches, partout, des disques.


J’en voyais sortir des jeunes filles, guitares sous le bras, de grands types aux cheveux longs, barbus. Peut-être Alela Diane, un jour, qui sait. Son histoire est assez indissociable de Fargo, et elle venait de signer avec le label lorsque j’ai commencé à traîner mes basques dans la rue. Fargo a toujours eu ce petit brin de quelque chose, un talent fou pour dénicher les futurs grands, Alela Diane, bien sur, dont tout amateur de Folk a du tomber amoureux une fois, mais aussi Emilie Loizeau, disque d’or, comme sa grande soeur avec Fargo. Quatre ans plus tard, le label continue son fastidieux travail de défricheur, et leur dernière signature est une petite pépite.

J/B/M

J/B/M est d’origine canadienne, et généralement c’est bon signe. Il vient tout juste de rejoindre Fargo pour la diffusion française de ses titres, bien que son album, Stray Ashes soit sorti en 2012 chez Western Vinyle. Et laissez-moi vous dire qu’en matière de folk-pop atmosphérique, ça se pose là, avec force et beauté.

JBM – Forest

C’est ce titre, en particulier, qui nous passionne, Forest, ce lent constat de l’attente amoureuse, et ses guitares électriques qui s’éteignent à petit feu, un titre impuissant à raviver la flamme de celui qui chante la mélancolie ardente. Mais on doit aussi écouter Ferry, l’ouverture de l’album et sa rage latente, réprimée, et superbe. Go Canada. Le rapprochement avec les aînés et facile, et l’on entend la lignée dans la voix de Jesse Marchant. Mais c’est beau, et ça fonctionne. Le tout a été produit par John Congleton, responsable entre autres de petits chefs-d’oeuvre comme St. Vincent, ou Shearwater, alors si ça ça ne vous suffit pas, là je ne sais plus. Mais il va y avoir un moment, dans le mois de soleil à venir, où rien n’aura correspondu à vos plans, à vos attentes. Vous vous retrouverez, clefs en main et seul, sur un parking dont vous auriez voulu repartir accompagné. Ça ne se sera pas fait parce que la vie nous marche dessus. Montez en voiture, et écoutez JBM. Merci Fargo, comme d’habitude.

JBM – On Fire On A Tightrope

1 réponse sur « J/B/M – Stray Ashes : Mélancolique gifle canadienne »

Dommage que ça ne sorte (officiellement) en France qu’une fois que le projet n’est plus d’actualité… Le nouvel album est étiqueté Jesse Marchant ! Mais bon, mieux vaut tard que jamais, et ce n’est pas très surprenant que Fargo soit le sauveur sur ce coup-là :)

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Sebmartel-mybestfriend

Vidéo : Seb Martel – My Best Friend

La guitare comme meilleure amie. Seb Martel nous propulse sur Saturne avec My Best Friend et son ballet de guitares, cérémonie païenne entêtante en noir et blanc.
H-burns-morningflight

Vidéo : H-Burns – Morning Flight

Paix et tranquillité. H-Burns tutoie l’horizon et se rapproche encore davantage d’Elliott Smith avec ce Morning Flight premier titre de Sunset Park à paraître le 3 février 2023.
Kramies – 4:44am

Vidéo : Kramies – 4:44am

Se perdre pour mieux trouver le chemin du retour ? 4:44am clôt le nouvel album féerique de Kramies paru en septembre dernier chez VanGerrett Records et Hidden Shoal avec aux claviers Jason Lytle de Grandaddy.
Myriam Gendron

2X1 places pour Myriam Gendron à l’Opéra Underground

On ne cherchera pas à analyser de façon érudite ce merveilleux et miraculeux disque qu’est Ma délire – Songs of love, lost & found de Myriam Gendron. Car un disque cela s’écoute plutôt que de lire la litanie des influences et des emprunts à la tradition folk. On ne veut au final rien savoir de […]

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.