Catégories
Chroniques d'albums

Lana Del Rey – Ultraviolence

Lana Del Rey - Ultraviolence

Lana Del Rey - Ultraviolence
Lana Del Rey – Ultraviolence

Lana Del Rey nous avait laissé (sur notre faim ou pas) avec son Born to Die sensé poser les bases de son univers mélancolique de sirène qui cherche toujours la mer en tenant la carte à l’envers. Ultraviolence signe son retour avec son lot de beautés copiées collées et de mélodies paradisiaques. Reste à savoir si le paradis est artificiel.

Dan Auerbach des Black Keys aux commandes on est en droit d’attendre un peu plus de cet opus, peut-être même autre chose. Mais l’album ne cherche pas à surprendre, pas a dévoiler une autre facette de l’artiste. Auerbach la couvre de nappes et d’atmosphères comme on couvre une amante de fleurs, courtoisement. Les deux n’étaient pas fait pour se combattre, ils se comprennent c’est tout, et loin d’appuyer sur la gâchette, continuent de nettoyer le flingue, de le lustrer, de le charger. Le coup partira-t-il un jour ? Ou est-elle condamné à errer dans ces albums solitaires qui parlent du vide mais n’en ont pas la vasteté ? Le problème principal de Lana Del Rey serait-il de trop sonner comme du Lana Del Rey ? A l’image du titre Ultraviolence qui donne envie de dire : « tu me l’a déjà faite écouter celle là non ? Elle est bien… ».

Discographie :

Lana Del Rey – Ultraviolence

Ultraromantisme théâtralisé louable à l’époque de la pop porno le décor reste le même cependant, toujours, le même, quelques mouettes au loin, une plage déserte, une voiture abandonnée et l’Amérique quelque part perdue dans ses grandes villes. Ça donne envie de faire la cour à sa voisine même si l’on sait que cet amour finira mal, ou ne commencera jamais. C’est peut-être le problème de la musique de Lana del Rey sans commencement ni fin comme un amour déçu. L’album peut-être passé en boucle, il est un tout, presque une chanson unique, jamais ennuyeuse, toujours immensément mélodieuse, cohérent pour certains, par trop berceur pour d’autre.

Mais comment ne pas rester en suspend durant le touchant Is This Hapiness ? Comment ne pas s’arrêter de peler ses pommes de terre quand passe le beau et naïf Brooklyn Baby. Car cette naïveté des paroles n’est elle pas finalement le moyen de situer l’action en deux mots ? « My boyfriend is in a band, he plays guitar while sing Lou Reed », c’est pas du Faulkner mais c’est compréhensible, immédiatement situable, ça peut faire sourire doucement, ou ça peut créer un rapprochement direct. Il est finalement inutile d’attaquer Lana Del Rey sur ses tics, ses préciosités puisqu’elles sont l’âme même de sa musique. C’est cette candeur précisément, qui pour l’instant la porte.

Lana Del Rey – Brooklyn baby

Un joli album, encore, qui ne ressemble à rien d’actuel et dont la qualité ne se mesure qu’à l’aune de la résonance que ses notes peuvent provoquer en vous. Un joli album oui, mais qu’on pourra trouver un peu long et qui va doucement vers son propre essoufflement ou celui de l’auditeur.

Lana Del Rey – Ultraviolence
8/10
Vous avez aimé ? Partagez :
1 réponse sur « Lana Del Rey – Ultraviolence »

J’ai trouvé ce deuxième album chiant à mourir, pas du tout mélodique, trop plat et trop uni : un long morceau d’une heure qui donne envie de se pendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Vidéo : Lana Del Rey – Norman F***ing Rockwell

Lana Del Rey trône désormais au sommet de la chanson populaire. Et comme les bons vins, elle se bonifie avec le temps après six disques et ce golden album, ce classique immédiat, Norman F***ing Rockwell.
Lana Del Rey - Young and Beautiful

Vidéo : Lana Del Rey – Young and Beautiful

De la grandiloquence pour Lana la Magnifique et son Young and Beautiful, figurant sur la bande originale de la troisième version cinéma du roman de Francis Scott Fitzgerald, Gatsby le Magnifique paru en 1925.
Vidéo : Lana Del Rey - Bel Air

Vidéo : Lana Del Rey – Bel Air

Nouveau clip pour la chanteuse chamallow Lana Del Rey qui après s’en être allée revient avec ce Bel Air et sa moue boudeuse et enfumée. Le fond de l’air effraie ? Discographie : Lana Del Rey
Lana Del Rey - Ride

Clip : Lana Del Rey – Ride

Lana Del Rey – Ride « I’m fuckin’ crazy but I’m free… ». La petit fiancée de l’Amérique était finie, elle renaît de ses cendres pour une nouvelle chevauchée fantastique avec un clip de 10′ pour promouvoir la ressortie de son Born to die dans une Paradise edition le 12/11 avec 9 morceaux bonus (sic ! merci…

Plus dans Chroniques d'albums

Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout…
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.
Gruff Rhys - Seeking

Gruff Rhys – Seeking New Gods

Obsédé par le mont Paektu, un volcan situé à la frontière de la Chine et de la Corée, Gruff Rhys atteint des sommets avec son septième album solo, le bien nommé Seeking New Gods.
The Chills - Scatterbrain

The Chills – Scatterbrain

Détruit par l’industrie musicale dans les années 90, Martin Phillipps (l’écrivain qui se cache derrière ce groupe) vit une seconde vie (musicale) depuis 2015 grâce à Fire Records, label anglais qui ne jure que par lui.