Erland and the Carnival – Closing Time

Erland & The Carnival - Closing Time
Sans avoir l'air d'y toucher, le duo Cooper-Tong avait frappé juste en 2011 avec son deuxième album Nightingale. Entrelacement parfait de pop vénéneuse et de psychédélisme bucolique, la musique d'Erland and the Carnival avait touché en plein cœur les gens qui aiment les belles choses.


Après une pause (intitulée The Magnetic North), ils reviennent pour la rentrée des classes 2014. Et frappent encore plus fort en écrivant le chaînon manquant entre le Roots & Echoes des Coral et un disque des Pale Fountains. Quand on est doué…

Erland and the Carnival

Ceux qui ont croisé le chemin de Nightingale en 2011 cherchent toujours la clef de ce disque. La pochette, les petites églises en forme de cathédrale, les mélodies, Nightingale avait de quoi désarçonner avec son psychédélisme pour aristocrates désargentés. Et impossible de quitter ce disque! Aimanté par les ombres de Tonton Syd et attiré par les traces de Lee Mavers (au hasard), l’auditeur médusé tente encore de trouver la porte de sortie de ce labyrinthe pop.

Erland And The Carnival – Quiet Love

Les choses devraient être plus simples avec Closing Time. Quoique ce disque est sûrement un faux ami qui devrait changer de masque à chaque écoute. Un faux ami mais un vrai compagnon de route ce Closing Time.

Erland And The Carnival – Wrong (East India Youth Remix)

Le nouveau disque d’Erland and the Carnival est d’un classicisme renversant.
Simon Tong et Erland Cooper ont pour la première fois décidé de coopérer lors de l’écriture des paroles et des musiques. Les conséquences sont immédiates. Si nous perdons logiquement le coté dérangeant et désuet des premiers disques, nous récupérons au passage une solidité exceptionnelle. Pas de fioriture, pas d’effet de manche. De vrais parpaillots de la pop ces deux-là. Des conservateurs puritains prêchant le retour aux premiers temps de la Mélodie. Wrong et Quiet Love sont du plus bel effet dans leur petite tenue respective.
On navigue à vue sur les dix titres du disque, les dix rescapés d’une quarantaine de chansons écrites pour l’occasion. Plus les morceaux défilent, plus l’ambiance s’assombrit, plus la voix de Cooper prend de l’importance. Heureusement que Daughter arrive, on se serait retrouvé avec un Erland à capella…
Dixième titre de Closing Time, il sonne la fin d’un grand disque. Et comme ces deux types ont tout pour plaire, c’est eux qui régalent l’addition. Retournez le disque et vous verrez.
Quand on est doué…

Tracklist : Erland and the Carnival - Closing Time
  1. Closing Time
  2. Wrong
  3. Quiet Love
  4. I Am Joan
  5. Radiation
  6. Is It Long 'Til It's Over?
  7. Birth of a Nation
  8. That's the Way It Should Have Begun (But It's Hopeless)
  9. They're Talking About You
  10. Daughter

Erland and the Carnival – Closing Time
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Erland Cooper

Erland Cooper prend le large

Erland Cooper se lance en solo. Après avoir illuminé nos journées et nos nuits avec Erland and The Carnival et The Magnetic North, Cooper prend tout le monde de court et prend le large.
Jackson C. Frank - Complete Recrodings

Formule complète chez Jackson C. Frank

Ba Da Boum ! Le label new-yorkais Ba Da Bing a réédité en toute discrétion l’intégralité des enregistrements de Jackson C. Frank l’an passé… La discrétion a été telle que nous nous en rendons compte seulement maintenant ! Et encore, c’est une personne aimable et élégante qui nous a soufflé l’information. The Complete Works est […]
Magnetic North - Prospect Of Skelmersdale

The Magnetic North – Prospect of Skelmersdale

The Magnetic North déménage et quitte les Orcades, îles du nord de l’Écosse d’où est originaire Erland Cooper (le premier tiers masculin du groupe) pour le Lancashire. Le groupe pose ses valises à Skelmersdale, ville nouvelle crée dans les années 60.
The Magnetic North

Promenons nous dans les bois avec The Magnetic North !

Le nouveau disque des The Magnetic North prendra place dans la ville de Skelmersdale, ville nouvelle créée dans les années 60 pour redistribuer la population anglaise. Cette information géographique ET artistique explique donc pourquoi on trouve un morceau intitulé Cergy Pontoise dans le nouvel album de ce groupe.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.