Catégories
Chroniques d'albums

Erland and the Carnival – Closing Time

Erland & The Carnival - Closing Time

Erland & The Carnival - Closing Time
Erland And The Carnival – Closing Time

Sans avoir l’air d’y toucher, le duo Cooper-Tong avait frappé juste en 2011 avec son deuxième album Nightingale. Entrelacement parfait de pop vénéneuse et de psychédélisme bucolique, la musique d’Erland and the Carnival avait touché en plein cœur les gens qui aiment les belles choses.


Après une pause (intitulée The Magnetic North), ils reviennent pour la rentrée des classes 2014. Et frappent encore plus fort en écrivant le chaînon manquant entre le Roots & Echoes des Coral et un disque des Pale Fountains. Quand on est doué…

Erland and the Carnival

Ceux qui ont croisé le chemin de Nightingale en 2011 cherchent toujours la clef de ce disque. La pochette, les petites églises en forme de cathédrale, les mélodies, Nightingale avait de quoi désarçonner avec son psychédélisme pour aristocrates désargentés. Et impossible de quitter ce disque! Aimanté par les ombres de Tonton Syd et attiré par les traces de Lee Mavers (au hasard), l’auditeur médusé tente encore de trouver la porte de sortie de ce labyrinthe pop.

Erland And The Carnival – Quiet Love

Les choses devraient être plus simples avec Closing Time. Quoique ce disque est sûrement un faux ami qui devrait changer de masque à chaque écoute. Un faux ami mais un vrai compagnon de route ce Closing Time.

Erland And The Carnival – Wrong (East India Youth Remix)

Le nouveau disque d’Erland and the Carnival est d’un classicisme renversant.
Simon Tong et Erland Cooper ont pour la première fois décidé de coopérer lors de l’écriture des paroles et des musiques. Les conséquences sont immédiates. Si nous perdons logiquement le coté dérangeant et désuet des premiers disques, nous récupérons au passage une solidité exceptionnelle. Pas de fioriture, pas d’effet de manche. De vrais parpaillots de la pop ces deux-là. Des conservateurs puritains prêchant le retour aux premiers temps de la Mélodie. Wrong et Quiet Love sont du plus bel effet dans leur petite tenue respective.
On navigue à vue sur les dix titres du disque, les dix rescapés d’une quarantaine de chansons écrites pour l’occasion. Plus les morceaux défilent, plus l’ambiance s’assombrit, plus la voix de Cooper prend de l’importance. Heureusement que Daughter arrive, on se serait retrouvé avec un Erland à capella…
Dixième titre de Closing Time, il sonne la fin d’un grand disque. Et comme ces deux types ont tout pour plaire, c’est eux qui régalent l’addition. Retournez le disque et vous verrez.
Quand on est doué…

Tracklist : Erland and the Carnival - Closing Time
  1. Closing Time
  2. Wrong
  3. Quiet Love
  4. I Am Joan
  5. Radiation
  6. Is It Long 'Til It's Over?
  7. Birth of a Nation
  8. That's the Way It Should Have Begun (But It's Hopeless)
  9. They're Talking About You
  10. Daughter
Erland and the Carnival – Closing Time5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Erland Cooper

Erland Cooper prend le large

Erland Cooper se lance en solo. Après avoir illuminé nos journées et nos nuits avec Erland and The Carnival et The Magnetic North, Cooper prend tout le monde de court et prend le large.
Jackson C. Frank - Complete Recrodings

Formule complète chez Jackson C. Frank

Ba Da Boum ! Le label new-yorkais Ba Da Bing a réédité en toute discrétion l’intégralité des enregistrements de Jackson C. Frank l’an passé… La discrétion a été telle que nous nous en rendons compte seulement maintenant ! Et encore, c’est une personne aimable et élégante qui nous a soufflé l’information. The Complete Works est…
Magnetic North - Prospect Of Skelmersdale

The Magnetic North – Prospect of Skelmersdale

The Magnetic North déménage et quitte les Orcades, îles du nord de l’Écosse d’où est originaire Erland Cooper (le premier tiers masculin du groupe) pour le Lancashire. Le groupe pose ses valises à Skelmersdale, ville nouvelle crée dans les années 60.
The Magnetic North

Promenons nous dans les bois avec The Magnetic North !

Le nouveau disque des The Magnetic North prendra place dans la ville de Skelmersdale, ville nouvelle créée dans les années 60 pour redistribuer la population anglaise. Cette information géographique ET artistique explique donc pourquoi on trouve un morceau intitulé Cergy Pontoise dans le nouvel album de ce groupe.
Full Time Hobby

Full Time Hobby fête ses 10 ans

Full Time Hobby C’est jour de fête à Paris et à Londres. Pour ses 10 ans d’existence, le label Full Time Hobby offre sa tournée. A Londres, les Leisure Society ont joué avec des jeunes pousses du label comme Samantha Crain. On retrouve d’ailleurs cette dernière à la soirée de gala (gratuite) donnée à la…
Erland & The Carnival - Quiet Love

Vidéo : Erland and The Carnival – Quiet Love

Erland & The Carnival vient des Orcades, c’est à dire un coin paumé au delà du mur (pas celui de Game Of Thrones, celui d’Hardrien, puis d’Antonin), le bout du bout de l’Ecosse. Erland & The Carnival – Quiet Love

Plus dans Chroniques d'albums

The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…