Vidéo : Sarh – U And I

Sarh - U And I
Il fallait des corps et de la peau pour incarner ce titre ultra sensuel de Sarh, U and I du duo composé de DJ Pone et de José Reis Fontao.

Avec ses mouvements démultipliés chorégraphiés par Ani Taj de la compagnie The Dance Cartel, le U and I de Sarh est une lente et puissante montée vers l’extase, un corps à corps charnel et vocal qui dessine des volutes luxuriantes pour un nouvel hymne à l’amour extrait de l’excellent premier album de Sarh.

Sarh – U And I

Discographie

Sarh - Sarh

Sarh sera en concert le 7 novembre à La Gaîté Lyrique à Paris.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
1 réponse sur « Vidéo : Sarh – U And I »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Sarh

L’éveil de Sarh !

Il fallait des corps et de la peau pour incarner ce titre ultra sensuel de Sarh, U and I du duo composé de DJ Pone et de José Reis Fontao. Avec ses mouvements démultipliés chorégraphiés par Ani Taj de la compagnie The Dance Cartel, le U and I de Sarh est une lente et puissante montée vers l’extase, un corps…
Sarh - Sailing With Lost Souls

vidéo : Sarh – Sailing With Lost Souls

Vous voulez quelque chose de nouveau ? marre des élucubrations de Thom Yorke ou Damon Albarn ? Sarh est fait pour vous. Certes c’est une ville du Tchad, mais c’est surtout la rencontre musicale entre la carpe DJ Pone et le lapin José Reis Fontao (Stuck in The Sound). Sailing With Lost Souls est une […]

Plus dans Son du jour

Augustincharnet-pleasedontdie

Vidéo : Augustin Charnet – Please don’t die

Augustin Charnet enfin dans la lumière. Après Kid Wise puis After Marianne et des mélodies pour Disiz et Damso ou Dinos, le voilà en solo avec un extrait de son premier album, Please don’t die .
Mattelliott-januaryssong

Vidéo : Matt Elliott – January’s Song

En Janvier, on voudrait du repos. Oublier les amours défuntes, les décès prématurés, les vœux hypocrites, les réformes iniques. Alors on écoute l’immense Matt Elliott avec désormais un saxophone envoûtant.