Fred Woods vient de la belle province du Québec qui nous abreuve ces dernières années d’artistes de qualité. Son premier album Documenta est sorti en octobre en France, il sera en concert au Divan du Monde le 24 octobre, il répond à quelques questions lors de son passage remarqué au MaMa 2014.

Fred Woods © Janek Barb
Fred Woods © Janek Barb

Peux-tu te présenter en quelques mots pour le public français ? Fred Woods est-il ton vrai nom ? quel est ton parcours musical ?

Allo Allo, je m’appelle Fred Woods, Je suis québécois. J’écris des chansons depuis que j’ai 11 ans, et j’ai lancé mon premier album en album en 2013, le prochain est en route! Et puis, Fred c’est mon vrai nom et Woods c’est la traduction anglaise de mon nom de famille.

Tu viens du Canada, comment expliques-tu l’extraordinaire vitalité et l’essor de la scène canadienne qui s’exporte très bien, Patrick Watson, Arcade Fire pour les plus connus ou Salomé Leclerc, Monogrenade, Half Moon Run, Caribou, Rich Aucoin, Peter Peter, A Silver Mt. Zion, Timber Timbre, The Unicorns, Suuns, Malajube ? tous ces artistes font de la musique très différentes mais pourtant vu d’ici, on a l’impression d’une unité et d’un vivier. Comment êtes-vous aidés dans votre pays pour vous développer ? M For Montréal par exemple est-il un festival qui permet des opportunités ?

Je crois que toute bonne musique trouve son chemin peu importe le lieu d’où elle vient mais c’est vrai qu’au Québec particulièrement, on est assez choyé au niveau de la qualité de ce qui sort. C’est pas cher d’y vivre donc on peut facilement travailler à temps partiel et faire de la musique le reste du temps. M for Montréal est certainement une bonne façon de se faire remarquer par l’industrie musicale provenant de partout dans le monde tout comme Pop Montréal et suoni per il popolo.

Fred Woods – Schools

Tu fais une musique minimaliste, voire introspective, on t’imagine composant et écrivant ces titres comme Bon Iver pour For Emma dans une cabane perdue au fond des bois ou comme dans le film Old Joy. En tout cas on a l’impression d’un univers loin du monde urbain. Comment fabriques-tu tes chansons, quelles sensations veux-tu faire partager à ceux qui t’écoutent ?

Étrangement, pour moi Documenta est un disque de ville ! La plupart des morceaux ont été composés dans mon appartement à Montréal. C’est effectivement un disque assez introspectif mais c’est fait de façon très naturelle et honnête. Jamais je ne me suis dit qu’il fallait que je fasse quelque chose de dark ou mélancolique. C’est les commentaires de ceux qui l’écoutent ça. Je ne veux en aucun cas dicter aux gens ce qu’ils devraient ressentir en écoutant ma musique, ce serait bizarre non?

Il y a de très beaux arrangements sur certains titres de l’album Documenta, mais c’est fait de façon subtil, pour magnifier ta voix, comment as-tu travaillé cela ?

On a essayé pleins d’instruments sur cet album mais seulement 3 ou 4 sont restés puisque c’est ce que j’entendais dans ma tête. Je n’aime pas quand c’est surchargé en général. C’est facile de rajouter pleins de couches pour masquer des trucs qu’on aime moins mais j’avais pas envie de masquer quoique ce soit.

Comment écris-tu ? les chansons prennent forme rapidement ou au contraire noircis-tu des pages pour obtenir celles-ci ?

C’est assez variable, la plupart du temps ça vient d’une courte mélodie que je transforme en une chanson complète et ensuite je colle des mots à cette mélodie. Les paroles viennent assez rapidement mais j’utilise 15 % de ce que j’écris parce que le reste c’est de la merde plus souvent qu’autrement. Ensuite, l’arrangement c’est la partie la plus longue et compliquée pour moi. Ça peut durer des mois et ça peut me rendre fou!

Fred Woods - Documenta

Si tu avais le choix, avec quel(s) artiste(s) aimerais-tu collaborer ?

J’adorerais collaborer avec Actress, Vladislav Delay ou James Holden, j’adore l’idée qu’un musicien électronique m’aide à produire un album.

Tu es en tournée en France actuellement, est-ce ta première venue en France ? en Europe ? quel est ton ressenti ? des différences avec tes concerts à Montréal ?

Ça fait pas mal de fois que je viens en France puisque ma femme est française mais pour jouer c’est la troisième fois. J’adore jouer en Europe, c’est tellement différent puisque je connais pratiquement personne dans le publique et parce que l’accueil est incroyable. On bouffe bien, on boit bien et les gens sont tellement sympathiques ! Montréal c’est génial aussi mais c’est bien d’avoir la chance de pouvoir aller partager ma musique ailleurs.

Qu’attends tu comme retombée de ta tournée en France ? Une sortie de Documenta en physique sur un label est-elle envisageable ou sera-ce pour le deuxième album ?

Je veux simplement que ma musique soit entendue par le plus de monde possible. Pour ce qui est d’une sortie physique en France, pourquoi pas mais mon focus est plutôt sur le deuxième disque.

Fred Woods - Tournée 2014
Fred Woods – Tournée 2014

Tu reprends le Strange Form Of Life de Bonnie Prince Billy, qu’est-ce qui te touche chez lui ? as-tu écouté son dernier album, Singer’s Grave : A Sea of Tongues et si oui qu’en penses-tu ?

Il a une des meilleures voix de tout les temps! J’adore la façon dont il structure ses chansons, ce n’est jamais évident et ça va toujours de l’avant. Jamais ‘’couplet refrain couplet refrain ‘’. Je n’ai malheureusement pas encore bien écouté son dernier album mais j’ai très hâte!

Si tu étais le programmateur d’un festival en France avec des artistes exclusivement canadiens, qui inviterais-tu ?

Technical Kidman, Jerusalem in my heart et euh Neil Young hehe !

Quelle est ta playlist du moment ?

Vatican Shadow – Boiler Room

https://www.youtube.com/watch?v=uo6kFOs4JzA

The Coral – The Curse of Love

John Coltrane – Olé

Vincent Gallo - When

Nick Cave & The Bad Seeds – Higgs Boson Blues

Cluster – Caramelt

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Patrick Watson - Drive

Vidéo : Patrick Watson – Drive

Patrick Watson roule sur sa Lost Highway et sa voix volute en suivant la ligne jaune. Et l’on veut se perde avec Patrick, glisser majestueusement sur cette route dans une nuit sans fin.
Half Moon Run

Quand le sage montre la lune…

La prochaine pleine lune aura lieu le 9 mars, mais Half Moon Run viendra jouer son troisième album, Blemish In The Great Light ce jeudi 5 mars à L’Épicerie Moderne de Feyzin.

Vidéo : Patrick Watson – Dream For Dreaming

Wave, le nouvel album de Patrick Watson, sortira le 18 Octobre chez Domino.Il risque d’être plus sombre que le précédent, Love Songs for Robots, pendant son enregistrement, Patrick a perdu sa mère, son batteur historique a quitté le groupe, et lui et sa compagne se sont séparés. Ambiance.
PITCHFORK_2018

Le Pitchfork 2018 fait fort !

Ah…Novembre. L’heure d’hiver. Les matins où il fait encore nuit quand on part travailler et déjà noir quand on en revient. La Toussaint. Le froid qui s’installe. Les écharpes et les manteaux. Le gel sur la voiture le matin. Le repli dans l’entre soi de 4 murs et d’un radiateur. Alors pour lutter contre la…

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…