Gaz Coombes peut remercier le capital sympathie qu'il a soigneusement accumulé depuis le début de l'aventure Supergrass. La règle est la suivante: si on ne pardonne pas Gaz, on ne pardonne personne. En effet son premier disque solo, Here Come The Bombs, avait été un superbe coup d'épée dans l'eau et portait au final très mal son nom. L'envie de rééditer l'expérience était quasiment nulle et l'idée de voir sombrer l'auteur de Caught By The Fuzz ou de Mary était assez insupportable. Mais comme c'est Gaz.... Et quelle bonne idée nous avons eu là : Matador est un disque inspiré et rédempteur. A en faire la même tête que Gaz sur la pochette de son disque.


La situation devenait inquiétante. Voilà quelques années que Gaz Coombes n’était guère enclin à écrire une bonne chanson. Le dernier Supergrass était assez anecdotique et ses membres avaient eu la bonne idée de se séparer. Gaz, tête de gondole de l’affaire, avait alors vécu quelques heures difficiles et on se demandait comment tout cela allait finir. Si c’est avec Matador, le bouclage est parfait.
Gaz Coombes retrouve enfin sa plume et son rang de picador pop. The Girl Who Fell To Earth et To The Wire sont deux superbes ballades qui nous promènent dans la campagne anglaise. Coombes avoue avoir perdu ses repères et avoir trouvé une seule route: nous l’empruntons bien volontiers. La fin de la route, signalée par la chanson Matador, est sensationnelle.

Gaz Coombes – 20/20 (live)

Au final, il réussit là où beaucoup d’autres ont échoué. Matador est à la confluence d’un courant pop et d’une production assez exigeante. Qui a dit que Gaz Coombes faisait l’entremetteuse entre Noel Gallagher et Colin Greenwood?
Joyeux bordel organisé, ce disque alterne les décharges soul et les confidences pop. Paul Weller a été envoyé au Panthéon du rock anglais avec English Rose: même punition pour Gaz Coombes avec The English Ruse.

Discographie

Piqué au vif, Coombes agite donc une magnifique cape devant les orphelins de Supergrass et ces derniers (ainsi que les autres) peuvent foncer tête baissée dessus. Caught by Gaz!

Tracklist : Gaz Coombes - Matador
  1. Buffalo
  2. 20/20
  3. The English Ruse
  4. The Girl Who Fell To Earth
  5. Detroit
  6. Needle’s Eye
  7. Seven Walls
  8. Oscillate
  9. To The Wire
  10. Is It On?
  11. Matador

Matador de Gaz Coombes sortira le 26 janvier 2015.
Gaz Coombes sera en concert à La Maroquinerie (Paris) le 18 février 2015.

Gaz Coombes – Matador
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Gaz Coombes

Plein Gaz !

Les choses s’étaient très bien terminées avec Supergrass et avaient très mal commencé avec Gaz Coombes. On s’explique. Conscient qu’ils n’avaient plus grand chose à dire, le groupe d’Oxford décida d’arrêter les frais après Diamond Hoo Ha leur sixième album en 2008. Supergrass avait eu le chic de ne pas infliger à son public de […]
The Strypes @ Oüi FM Festival, Paris, 24/06/2015

Photos : Oüi FM Festival, Paris | 24.06.2015

Gaz Coombes peut remercier le capital sympathie qu’il a soigneusement accumulé depuis le début de l’aventure Supergrass. La règle est la suivante: si on ne pardonne pas Gaz, on ne pardonne personne. En effet son premier disque solo, Here Come The Bombs, avait été un superbe coup d’épée dans l’eau et portait au final très mal son nom. L’envie de…
Thurston Moore - TINALS 2015

TINALS fait mal Jour#1

Point d’entrée en douceur pour la troisième édition du festival This is NOT a love song.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.