Kitty, Daisy And Lewis – The Third

Après les sœurs Staveley-Taylor des Staves, on reste en famille avec Kitty, Daisy et Lewis Durham, une fratrie de Londres qui aime le rock et le roll des années 50 comme leurs parents. Ils vont publier fin janvier The Third, leur troisième album.


Ce dernier a été produit par Mick Jones. Et à contrario des Libertines, l’ancien des Clash a vraiment travaillé. Il n’a pas laissé les jeunes du coin faire n’importe quoi. Il faut dire que les Durham n’ont pas le même pedigree de Doherty. Et à l’écoute de ce disque, on se dit qu’il faudrait peut-être inclure Pete ou Carl dans ce groupe très propre sur lui.

Kitty Daisy & Lewis

Il est emmerdant ce disque.
Mick Jones et le label qui alimente Kitty Daisy & Lewis ont mis les moyens. Niveau enregistrement, c’est du petit salé aux petits oignons.
Third est gorgé de références blues, boogie-woogie et de jazz. Le groupe se défend de faire dans la nostalgie et se targue de connaître Adele et Beyonce. Qu’importe.
Donc on écoute. Et il ne se passe pas grand chose.

Kitty Daisy & Lewis – Baby Bye Bye

On se surprendra à taper du pied sur Good Looking Woman et à vouloir bouger ses orteils Baby Bye Bye.
Il n’empêche. Ces jeunes gens sont vraiment parfaits. Tellement parfaits qu’on en doute. L’amoncellement des chansons fait visiter à l’auditeur, qui court comme un demeuré derrière ces triplés du groove, trente ans de musique américaine. Et au final c’est ce coté Disney qui fatigue. On nous trimballe à droite, à gauche, le manège jazz par ici, la grande roue blues par là.
Bref. Le pop corn Dolly Parton, c’est par où ?
Ces premiers de la classe sont promis à un avenir radieux. Mais sans nous. Nous retournons écouter l’intégrale de The Fall et de Guided By Voices. Ou Third de Portishead.

Vraiment emmerdant ce disque.

Tracklist : Kitty, Daisy And Lewis - Third
  1. Whenever You See Me
  2. Baby Bye Bye
  3. Feeling of Wonder (Feat. Mick Jones)
  4. No Action
  5. Good Looking Woman
  6. Turkish Delight
  7. It Ain't Your Business
  8. Ain't Always Better Your Way
  9. Never Get Back
  10. Bitchin' In The Kitchen
  11. Whiskey
  12. Developer's Disease

Pouet? Tsoin. Évidemment.
1 réponse sur « Kitty, Daisy And Lewis – The Third »

Pas vraiment d’accord…
J’ai trouvé plus névrosé que moi !
C’est bon donc c’est pas bon..
Putain, on choisit pas sa famille, mais bon, entre Riri, Fifi et Loulou, si j’avais pu choisir, je veux bien qu’il m’adoptent (trop tard pour les Ramones et y avait pas les vieux…)!!!!

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

photos : Rock en Seine 2014 - 22/08/2014

Rock en Seine 2014 : live report du 22 août

Rock en Seine le vendredi 22, on y était (courtoisie de nos amis de chez Martini), retour sur quelques événements marquants qui ont traversé cette journée étrange. La rédaction tient à préciser que tout placement de produit serait fortuit et involontaire.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.