Catégories
Chroniques d'albums

Björk – Vulnicura

Björk - Vulnicura

Björk - Vulnicura
Björk – Vulnicura

Originellement prévu pour Mars le dernier Album de Björk, Vulnicura a « leaké » et voit sa sortie avancée au 20 janvier. Du coup qu’en est-il de ce nouvel opus que la chanteuse définit comme un retour au Songwritting traditionnel. Bon de ce côté là, alerte spoiler, traditionnel, c’est peut-être pas le mot.

Björk

Dès le début de l’album on comprend qu’il ne s’agira pas là d’une écoute aisée, rendue possible par la simple ouverture de notre ouïe. On comprend qu’il faudra un peu plus qu’une paire d’oreilles pour se confronter à ce son là, à ce chant désossé, sans pareil. On connaît Björk depuis de nombreuses années, on connaît son génie mais à chaque fois, bêtement, trivialement, on se dit : qu’est-ce qu’il fout le violoniste, il se sent mal ? … c’est absurde mais c’est humain, c’est là qu’encore une fois, se profile une chose, une idée, il y a Björk et y’a le reste.

Vulnicura est une autopsie des tréfonds, une analyse, un constat de deux êtres, à ceci près que cette autopsie n’a pas pour but de disséquer le corps froid mais dans faire ressortir la vie, par les entailles, ce qu’il en reste, dans la peau vide.
Dès Stone Milket son chant ressemble à la voix d’une femme amoureuse qui ne trouve pas exactement les mots pour retenir ou faire partir celui qu’elle aime, qui cherche, hésite, souffle, retrouve sa candeur, la perd, devient finalement éloquente, à la lumière de vieux souvenirs. Tant de choses se passent.
Le chant de Björk a ceci de glaçant qu’il nous empêche d’attendre, comme à l’habitude, les salves successives couplets/refrain, de s’y préparer, pour ne pas être surpris et renversé. Peut-être nous rappelle-t-elle au détour de cette oeuvre à quel point la musique ambiante est parfois confortable, compréhensive envers son auditeur, pas dérangeante.

Ici, c’est : reptation lente des claviers, sons d’outre-monde, d’abord invisibles, inaudibles puis apparaissant d’un coup et devenant impossible à ignorer dans ce qu’ils ont d’infiniment litaniques, de souverains. Comme une aube arctique, tout semble venir d’en bas, lentement, tout semble sourdre et apparaître, pour éblouir, pour apaiser, éblouir sombrement parfois, comme dans le terrifiant Family qui ne s’érige que pour créer son propre surplomb, d’où il se jettera plus tard. Ce que Vulnicura rappelle aussi, si cela était nécessaire par ses arrangements de violons hallucinants, c’est que l’ami à quatre cordes n’a pas pour seule vocation d’être un gentil ornement émouvant mais aussi qu’il a une palette profonde, de grincements, de frappements, de battements…
En d’autres temps et d’autres albums on pouvait se demander si elle se foutait pas tout simplement de notre gueule avec cette manière, parfois, de nous dire : t’es pas d’mon monde toi, qu’est-ce tu fous là ?
Mais Vulnicura est assez féerique et mystérieusement beau pour qu’on ne reste pas simplement dans le vestibule, son oreille à la main, à se demander où la poser. A la place on atteint cette sorte de perplexité songeuse, cet envie de capter les nuances, de les faire siennes ; il ne s’agit pas de tout comprendre, de tout posséder, dans cette création là, car on ne saisira finalement que les notes assez curieuses et peu farouches pour s’être approchées de notre crâne hébété ; les autres, continueront de flotter dans cet entre-deux-mondes qui existe entre la musique de Bjork et notre perception…
Album extraordinairement humain de Bjork, Vulnicura, revient après une décennie de musique plus cryptique pour nous parler de sensation d’homme et de femme, sans violence mais avec une puissance rare. Une évidence finalement, malgré l’expertise, la précision, la complexité.

Partager cet article
4 réponses sur « Björk – Vulnicura »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Fufanu

La folle furie froide de Fufanu

Dirigé par Kaktus Einarsson et Gulli Einarsson, ce quintet islandais ne perd pas son temps. Repéré par Damon Albarn en 2014, ce groupe a publié en novembre 2015 son premier album et va se lancer à l’assaut de l’Europe en 2016.
Nuits de Fourvière 2012

Les Nuits de Fourvière en plein jour

Nuits de Fourvière 2012 La programmation complète des Nuits de Fourvière vient de tomber. Les nuits de Fourvière demeurent le rendez-vous incontournable de l’été lyonnais alliant très grand public (lire très grosses daubes variétoches), artistes sur le retour et pépites pour amateurs de musique ciselée.
The Stone Roses

Le jour et la nuit à Fourvière

The Stone Roses aux Nuits de Fourvières 2012 Les Nuits de Fourvière 2012 seraient plus belles que nos journées, pas sûr pour l’instant avec les premiers noms de l’évènement lyonnais de l’été.
Bjork – Biophilia

Björk – Biophilia

Biophilia, le nouvel album de Björk originellement prévu pour sortir en septembre, s’est fait attendre jusqu’au 10 Octobre.

Plus dans Chroniques d'albums

Chevalrex - Providence

Chevalrex – Providence

Écrit en partie l’hiver dernier sur l’île de la Désirade (Guadeloupe), Providence prend élégamment la suite d’Anti Slogan et nous fait espérer des jours meilleurs avec des chansons puissantes et tenaces.
Strum & Thrum

Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987

Attention. Grande compilation. Concoctée par Mike Spiner, le patron de Captured Tracks, Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987 soulève le couvercle d’un passé riche mais totalement oublié. En effet, dans les années 80, le rock indépendant américain avait des têtes de pont formidables mais avec toute une tripotée de seconds couteaux tout…

Half Japanese – Crazy Hearts

Fondé en 1975 par les frères Fair, Half Japanese est une créature artistique singulière qui possède un répertoire totalement biscornu. Adulée par Kurt Cobain, adorée par les soeurs Deal et aimée par tous les grands noms de la pop écossaise, la discographie de ce groupe s’enrichit d’un dix-neuvième disque cette semaine. Et comme depuis 1975,…
The Smashing Pumpkins - Cyr

The Smashing Pumpkins – CYR

Revenus à un son décent avec Shiny and Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun en 2018 grâce à Rick Rubin, les Smashing Pumpkins prennent tout le monde à contre-pied en laissant Billy Corgan voguer vers son groupe préféré, New Order et donc changer d’identité sonore.
The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.