The Charlatans – Modern Nature

The Charlatans - Modern Nature

The Charlatans - Modern Nature
The Charlatans – Modern Nature

En 2015, les Charlatans sont toujours de la partie et sortent un disque aux antipodes de leurs derniers albums.
Revenus de l’enfer, accompagnés par une ribambelle d’invités, la bande de Tim Burgess publie donc un douzième disque qui tire un trait sur quelques années de rock mâtiné d’électro pour offrir une ambiance très californienne.
Modern Nature et son single So Oh réchauffent donc les cœurs de toute l’Angleterre en hiver. Et de quelques français…

The Charlatans

Ils vont finir par enterrer tout le monde ceux-là. Oasis dans les choux, Ocean Colour Scene dans le fumier et Blur dans un nuage d’alcool… Il nous reste les Charlatans, magnifiques perdants d’une époque révolue. Qui aurait parié un kopeck sur eux en 1999? En 2004? Personne.

Discographie

Modern Nature occupera une place à part dans l’œuvre du groupe. Premier disque après le décès de John Brooke, Modern Nature offre une parenthèse pop et ensoleillée à un groupe qui en avait forcément grand besoin.

Perdus après la disparation de leur batteur et surtout ami, les Charlatans ont été aidés par un casting cinq étoiles. A la batterie on retrouve Pete Salisbury des The Verve, Stephen Morris de New Order et Gabriel Gurnsey de Factory Floor. Les choristes de Kate Bush sont présentes (un régal sur Let The Good Times Be Never Ending) et Sean O’ Hagan assure les arrangements des cordes. Visiblement, la décision de faire ce disque s’est prise lors de la soirée au Royal Albert Hall, lorsque que tout le gratin du rock indé anglais des 90’s est venu boire une pinte pour rendre hommage à ce bon Brooke.

Enregistré aux studios Big Mushroom par Jim Spencer (Wonderland, Up At The Lakes, Simpatico et l’excellent You Cross My Path), Modern Nature est un exercice cathartique réussi. Les Charlatans survivants ont décidé de faire table rase du passé et ont voulu enregistrer un disque où ils se redécouvraient. On retrouve donc les deux forces du groupe qui s’entrelacent: le coté baggy mancunien du groupe et la part américaine de Burgess.

The Charlatans – So Oh

Modern Nature démarre sur les chapeaux de roue avec en guise des quatre premiers morceaux, quatre singles. Deux sont déjà parus (Talking In Tones et So Oh) : les deux autres devraient suivre.
Passé ce petit carré d’as agréable, le groupe enquille sept chansons où plane l’ombre de Brooke (Need You To Know) et un savoir-faire vieux de vingt ans.
Le Grand Duduche peroxydé de Burgess fera danser toutes les boites moisies du Grand Manchester avec Let The Good Times Be Never Ending. Comme depuis 1989.

Modern Nature sort le 26 janvier 2015 mais le 15 février chez nous. Et aucun concert n’est prévu pour le moment en France.

Tracklist : The Charlatans - Modern Nature
  1. Talking In Tones
  2. So Oh
  3. Come Home Baby
  4. Keep Enough
  5. Tall Grass
  6. Emilie
  7. Let The Good Times Be Never Ending
  8. Need You To Know
  9. Lean In
  10. Trouble Understanding
  11. Lot To Say

The Charlatans – Modern Nature
8.5/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Le diable se cache dans les chansons de Tim Burgess

La règle est simple avec Tim Burgess. C’est bien simple, il ne s’arrête jamais. Quand il a terminé de jouer avec ses Charlatans, Burgess part en solo pour jouer à l’Américain. Il sera de retour en mai 2020 avec un nouvel album (très anglais pour le coup).
Tim Burgess ITW - expo

Charmants Charlatans

Quatre ans après leur splendide Modern Nature, quasiment vingt ans après leur classique Us and Us Only et quelques mois après leur revigorant Different Days, les Charlatans ont pris leurs quartiers à La Maroquinerie le temps d’un concert parfait et qui affichait complet. Entretien avec Tim Burgess avant qu’il ne monte sur scène chanter ses […]
The Charlatans

Les beaux jours des Charlatans

On reprend les mêmes et on recommence. Les vétérans que sont les Charlatans ont annoncé une ribambelle d’invités présents sur leur treizième album qui sera publié à la fin du mois de mai.

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.