Catégories
Chroniques d'albums

Enter Shikari – The Mindsweep

Enter Shikari - The Mindsweep

Enter Shikari - The Mindsweep
Enter Shikari – The Mindsweep

Après avoir utilisé son coutumier procédé marketing en laissant échapper quelques morceaux avant l’heure, le groupe britannique au style hybride particulier sort en ce début d’année le successeur de A Flash Flood Of Colour (2012).

Enter Shikari

Ainsi, sur The Mindsweep, on reconnaît dans un premier temps la très réussie Anaesthetist, réelle condamnation du système de santé outre manche à la Prodigy, la positive et plus mélodieuse (mais pas moins complexe) The Last Garrison – avec son récurrent « still alive, still air in my lungs, still blood in my veins » – et Never Let Go Of The Microscope, sorte de nouvelle Tribalism avec son côté rap prononcé mais réussi par Reynolds.

Enter Shikari – Slipshod

Si le reste de l’album est donc une découverte, on admet déjà que l’une de leurs grandes qualités est toujours présente : la diversité de styles musicaux, entremêlés avec brio et logique, est unie par un fil conducteur de l’humanisme, de valeurs sociales défendues avec véhémence, mais également par des mots qui touchent. Musicalement, le contraste There’s A Price On Your Head (dans un premier temps très System of A Down mais à la finalité très Refused) / Dear Future Historians ne laisse pas de marbre mais en tous cas, atteste de la maturité d’un groupe qui a commencé jeune, très jeune, et qui aujourd’hui, est composé d’hommes qui aiment explorer la musique en en condamnant les frontières. Ainsi, There’s A Price On Your Head se fout des codes des classes sociales (« I am lower class, I – I am lower class, Upper Middle lower class, I am upper lower class ; I am living in the past. « We must have structure Mr Reynolds » ») alors que Dear Future Historians continue sur la très douce lancée de Constellations, positive et apaisante .
Le duo Myopia/Torn Apart décontenance au premier abord avec une mélodie portée par une voix de Reynolds très (trop) soignée ; tout ne reste pourtant pas si propre et les deux chansons deviennent une réussite de malaise parce que criantes d’une réalité dérangeante, dépeinte et fabulée avec de tristes archétypes.

Enter Shikari – Anaesthetist

Enfin, comme à leur habitude, les quatre anglais encadrent leur œuvre ; The Appeal & The Mindsweep I & II font donc office d’introduction et de conclusion à un appel à la prise de conscience, nouvelle étape de la construction d’un univers musical à part entière, dans lequel l’expression artistique devient pouvoir et nos quatre musiciens les membres d’une humanité en pleine décadence qu’ils aiment malgré tout.

Enter Shikari – The Last Garrison

Dans un contexte socio-politique oppressant, nos petits explorateurs audacieux, avides d’expériences, deviennent, à travers des discours sinistres et anti-capitalistes, mais également de respect d’autrui et du monde dans lequel nous évoluons et de la connaissance, émissaires. Au final, aucune nouveauté là-dedans, mais le message nous parvient toujours parce que spontané dans sa forme punk. The Mindsweep est d’ailleurs une grande réussite, peut-être davantage que A Flash Flood Of Colour : risqué et intelligent, cet album nous permet des retrouvailles avec Rou, Rob, Rory et Chris, ces jeunes adultes qui, entre deux remerciements pour Noam Chomsky ou George Orwell, n’ont pour autant pas oublié le petit délire entre amis Slipshod.
Et puisque le savoir et l’esprit de chacun sont au centre des attentions du groupe dans The Mindsweep, il semble approprié de conclure ces lignes ainsi : « Nothing was your own except the few cubic centimetres inside your skull » (George Orwell, 1984). Eux auront choisi de clore leurs propos par le proverbe latin d’Horace « mutato nomine, de te fabula narratur » (« change le nom, ce sera ton histoire »).

Enter Shikari - The Mindsweep

Enter Shikari – The Mindsweep4.0
8/10
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Enter Shikari - A Flash Flood of Colour

Enter Shikari – A Flash Flood of Colour

Enter Shikari – A Flash Flood of Colour Reconnu ces dernières années pour faire s’allier avec brio idéaux punk et sonorités métal versus dubstep, le groupe anglais nous propose ici son troisième album, que le chanteur Rou affirme, à sa sortie, comme n’étant pas politique, au magasine anglais NME.

Plus dans Chroniques d'albums

Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.