Michael Head & The Strands – The Magical World of the Strands

Michael Head & The Strands - The Magical World of the Strands
Louis - 07/07/2015

Après le coffret de Lloyd Cole & The Commotions, voici venu le temps des rééditions de Michael Head et de ses fantastiques Strands. Si on survit économiquement et artistiquement à cet été 2015, on peut survivre à tout.

Publié en mai 1998, The Magical World of the Strands aurait pu être un clap de fin pour son auteur. En effet, seul sans ses Fountains et ses Shack, Head publie peut-être ici son album le plus intime et le plus difficile à appréhender. On peut être fan absolu du premier Pale Fountains et ne pas comprendre The Magical World of the Strands. Et inversement. Certaines personnes adorent ce disque et s’intéressent peu à son auteur.
En 1998, le tiercé gagnant de la Brit Pop a un sérieux coup dans le nez et la morosité gagne l’Angleterre. La couronne de Liam Gallagher chavire dans le caniveau et se noie dans la bière. Il en va de même pour Coxon.
Pulp siffle la fin de la partie avec This Is Hardcore et Ladies and Gentlemen We Are Floating in Space de Jason Pierce donne désormais le ton.
Du haut de sa colline, The Magical World of the Strands symbolise parfaitement cette atmosphère.

En juillet 2015, on connait la suite de l’histoire. On ne peut pas s’empêcher dans dire deux mots. The Magical World of the Strands ne fait pas de Michael Head un millionnaire mais permet d’attirer un regard anglais sur sa carrière. C’est en effet Noel Gallagher qui l’aide à rentrer dans le nouveau siècle en le signant sur son label (Sour Mash) le temps d’un disque (On the Corner of Miles and Gil) et de quelques premières parties pour Oasis. L’affaire est encore un échec commercial (le single Tie Me Down atteint péniblement la 114 ième place du top anglais). Mais peut-être galvanisé par une nouvelle scène liverpuldienne qui sait ce qu’elle lui doit (The Coral en tête), Michael Head tient plus ou moins le choc.
Et tel le phénix qui renait de ses cendres, il est remis sur pied par le label Violette Records et le Red Elastic Band en 2012.
Mais pour l’instant nous sommes en 1998…

Michael Head And The Strands

Quel disque. Mais quel disque nom de Dieu !
Écouter plus de deux fois The Magical World of the Strands fait de vous un élu. La première écoute s’avère plus ou moins quelconque. Tiens, encore un type qui a écouté Nick Drake et qui veut se la jouer Neil Young. Les gens pressés et indélicats sont donc sélectionnés naturellement.
Quant aux autres, ils mettent la main dans le pot de confiture. Une deuxième écoute, puis une troisième…
The Magical World of the Strands délivre tous ses parfums à la cinquantième écoute et cache encore des secrets à la cinq centième. Un disque à l’ancienne, un disque de laborieux qui aime l’ouvrage bien fait. A chaque écoute de The Magical World of the Strands, un nouveau détail apparait et une nouvelle émotion surgit.

Michael Head And The Strands – Something Like You

S’il y a bien un disque étrange dans une discographie, c’est The Magical World of the Strands. Inventeur de la mondialisation avant tout le monde, Michael Head trouve de nouveau la solution à l’étranger. Les deux derniers disques de Shack avaient été financés par des labels étrangers (le fameux label allemand Marina pour le sensationnel Waterpistol). Cette fois, la solution vient de l’autre coté du Rhin, c’est à dire la France. Stéphane Bismuth (et un certain Frédéric Monvoisin) mettent le Head et sa troupe (composée de son frère John, du fidèle Iain Templeton, des nouvelles recrues que sont Michelle Brown et Leslie Roberts) en studio avec Mark Coyle (le producteur responsable de la meilleure chanson d’Oasis à savoir Supersonic). Quant à Helen Caddick, elle assure l’orchestration. Tout un programme.

Enregistré à Sheffield et à Liverpool, ce disque renferme donc des trésors inclassables. The Magical World of the Strands contient la lecture prolétarienne d’un pan de la musique américaine. Michael Head met dans une même pinte les arpèges de la paire Arthur LeeBryan MacLean et les mélodies d’un Loner dépressif. Le tout avec une pincée de jazz. Avec ses Strands, Head ne se cache pas derrière les cuivres des Pale Fountains et les bizarreries de Shack.
Le jazzy X Hits The Spot fait toujours son petit effet. Quant à Hocken’s Hey, la millionième écoute de l’a toujours pas abimé. Quant à l’entame du disque (Queen Matilda & Something Like You), on a jamais fait mieux depuis…

Quasiment introuvable, ce disque était la chasse gardée des gens de bon goût ou des gens riches. La réédition va donc permettre de se payer un chef d’œuvre à un prix décent (avec deux bonus – la face B Green Velvet Jacket et la démo de Queen Matilda – et un livret de 20 pages).

Deuxième salve du label Megaphone, la compilation The Olde World qui renferme les inédits de l’enregistrement de The Magical World of the Strands. La pochette de The Olde World reprend la même police que celle de The Magical World of the Strands et plus ou moins le même thème. On se cogne surtout la tête contre le mur et on se demande surtout ce que fait la police. Qui a laissé l’assistant manipuler Paint et qui a validé cette chose?
Enfin, peu importe le flacon, pourvu l’ivresse…
On se retrouve donc face à des versions alternatives et des inédits. Derrière le mot « inédit » on entendra évidemment des morceaux jugés plus ou moins bons à l’époque et donc absents de The Magical World of the Strands.
Comme la partie est menée par Head, on est encore au dessus de la concurrence et le plaisir est encore au rendez-vous.
Fin, Sophie, Bobby And Lance aurait peut-être pu avoir sa place en première division et Poor Jill rappelle énormément Shack.
Les versions instrumentales devraient ravir les plus cinglés de Shacknet, fan club du Monsieur. Idem pour les versions acoustiques.

https://www.youtube.com/watch?v=ccRyxu0ns-U

Et maintenant il faut mettre une note. Réfléchissons.
The Olde World aurait eu sa place sur une édition augmentée de The Magical World of the Strands. Comme Mojo, on pourrait lui coller 3/5. Il faut dire qu’on a passé l’âge des versions instrumentales.
Et la réédition de The Magical World of the Strands? 10/5 en toute objectivité.

Et avant de nous quitter il faut émettre un souhait à l’aide de quelques mots: Michael Head, Classix Nouveaux et Gaîté-Lyrique. On a le droit de rêver d’un monde magique ?

Tracklist : Michael Head And The Strands - The Magical World of the Strands
  1. Queen Matilda
  2. Something Like You
  3. And Luna
  4. X Hits the Spot
  5. The Prize
  6. Undecided (Reprise)
  7. Glynys and Jaqui
  8. It's Harvest Time
  9. Loaded Man
  10. Hocken's Hey
  11. Fontilan
  12. Green Velvet Jacket - Michael Head
  13. Queen Matilda
Tracklist : Michael Head And The Strands - The Olde World
  1. It's Harvest Time (Band Version)
  2. Fin; Sophie; Bobby and Lance
  3. Poor Jill
  4. Something Like You
  5. Glynys and Jaqui
  6. Hocken's Hey
  7. And Luna
  8. Lizzie Mullally
  9. Wrapped Up in Honour
  10. The Olde World

The Magical World of the Strands sera publié le 20 juillet 2015 via le label Megaphone.
The Olde World sera publié le 21 août 2015 via le label Megaphone en France mais bien avant au Royaume-Uni.

Michael Head & The Strands – The Magical World of the Strands
5.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.