Nous allons donc tranquillement ranger les disques de Kurt Vile et de Beirut sous le tapis du salon. En effet, inutile de chercher plus loin, c’est Mark Lanegan qui signe sans le savoir le disque de la rentrée. Le bougre ne savait qu’en enregistrant ces chansons en 2002, il signerait le disque qui mettrait au tapis toute la concurrence de la rentrée des classes.

En 2002, la carrière solo de Mark Lanegan est encore confidentielle. Les Screaming Trees viennent de se séparer et seulement quelques milliers de personnes s’intéressent aux errements de Mark Lanegan. Pourtant à défaut d’avoir enregistré un disque d’envergure avec son groupe, l’Américain a déjà signé quelques beaux disques dont l’indispensable Whiskey for the Holy Ghost. Mais nous sommes en 1994 et le projecteur s’est déplacé de Seattle à Manchester…

Mark Lanegan – No Cross To Carry

Houston (Publishing Demos 2002) réussit le tour de force de nous projeter violemment en 2002.
A cette époque, la mue médiatique de Mark Lanegan n’a pas encore commencée. Révélé au grand public avec le succès de Songs for the Deaf des Queens of the Stone Age quelques mois plus tard, Mark Lanegan n’est pour l’instant qu’un gentil second couteau de l’indie américain. On peut donc voir par l’entrebâillement de la porte la naissance d’un grand monsieur et se délecter de petites merveilles comme High Life et Two Horses.

D’ailleurs, sa mue artistique est encore au point mort. Avec ce disque, nous sommes encore loin du son de Bubblegum ou de la production de Blues Funeral. On se retrouve donc face à un Lanegan brut de décoffrage dont le coffre fait voler en éclat toutes les compositions. Sur Blind et I’ll Go Where You Send Me, on peut percevoir le début du changement de ton qui marquera les prochains disques. Mais Houston magnifie les ondes poisseuses de Field Songs: le Lanegan 2.0 n’est pas encore né.

Enregistré en quelques jours au mois d’avril 2002, ces morceaux ont donc échoué sur une bande originale de film (Cook County) ou dans la pénombre d’un concert du Lanegan Band. Le label Ipecac rattrape donc la sauce et évite un gâchis monumental.

L’écoute de ce disque se révèle difficile puisqu’il faut une trentaine d’écoutes de No Cross To Carry, premier morceau sensationnel, pour espérer passer au suivant. De démos, ces pistes n’en ont que le nom…
La production de Randall Jamail est sensationnelle et sublime la voix de Lanegan qui est déjà un régal à l’état brut.

Mark Lanegan - Houston (Publishing Demos 2002)

Houston (Publishing Demos 2002) de Mark Lanegan est disponible depuis le 21 août 2015.
Mark Lanegan sera en concert les

  • 25 août 2015 au Grand Mix (Lille)
  • 30 août au Festival Rock En Seine (Paris)
Tracklist : Mark Lanegan - Houston (Publishing Demos 2002)
  1. No Cross
  2. Two Horses
  3. When It's in You (Methamphetamine Blues)
  4. High Life
  5. I'll Go Where You Send Me
  6. Grey Goes Black
  7. The Primitives
  8. Blind
  9. Halcyon Daze
  10. Nothing Much to Mention
  11. A Suite for Dying Love
  12. Way to Tomorrow
Mark Lanegan – Houston (Publishing Demos 2002)5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Inigo Montoya - Nuit Blanche

Inigo Montoya en pleine lumière

Vous n’avez pas pris assez de couleurs cet été ? Inigo Montoya nous allume dans un jardin des délices aux néons évocateurs.
We Are Match - Shores

Shark attack !

Shark, nouvel extrait du premier album de We Are Match à paraître le le 25/09.
We Are Match

We Are Match fait le point

La déferlante We Are Match inondera nos rivages pour prolonger l’été fin septembre. Un premier album et un passage attendu à Rock en Seine, l’occasion de faire le point avec le quintette normand.
Stereophonics - Keep The Village Alive

Stereophonics – Keep The Village Alive

Avec une précision d’horloger suisse, les Gallois sortent un nouveau disque le mois prochain. Revigorés par les ventes de son dernier disque (Graffiti on the Train), la machine de guerre de Kelly Jones voit grand. La biographie fournit par le label aussi. Extrait choisi: « Ils sont le huitième groupe à placer consécutivement cinq albums à…

Plus dans Chroniques d'albums

Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.