Nous allons donc tranquillement ranger les disques de Kurt Vile et de Beirut sous le tapis du salon. En effet, inutile de chercher plus loin, c’est Mark Lanegan qui signe sans le savoir le disque de la rentrée. Le bougre ne savait qu’en enregistrant ces chansons en 2002, il signerait le disque qui mettrait au tapis toute la concurrence de la rentrée des classes.

En 2002, la carrière solo de Mark Lanegan est encore confidentielle. Les Screaming Trees viennent de se séparer et seulement quelques milliers de personnes s’intéressent aux errements de Mark Lanegan. Pourtant à défaut d’avoir enregistré un disque d’envergure avec son groupe, l’Américain a déjà signé quelques beaux disques dont l’indispensable Whiskey for the Holy Ghost. Mais nous sommes en 1994 et le projecteur s’est déplacé de Seattle à Manchester…

Mark Lanegan – No Cross To Carry

Houston (Publishing Demos 2002) réussit le tour de force de nous projeter violemment en 2002.
A cette époque, la mue médiatique de Mark Lanegan n’a pas encore commencée. Révélé au grand public avec le succès de Songs for the Deaf des Queens of the Stone Age quelques mois plus tard, Mark Lanegan n’est pour l’instant qu’un gentil second couteau de l’indie américain. On peut donc voir par l’entrebâillement de la porte la naissance d’un grand monsieur et se délecter de petites merveilles comme High Life et Two Horses.

D’ailleurs, sa mue artistique est encore au point mort. Avec ce disque, nous sommes encore loin du son de Bubblegum ou de la production de Blues Funeral. On se retrouve donc face à un Lanegan brut de décoffrage dont le coffre fait voler en éclat toutes les compositions. Sur Blind et I’ll Go Where You Send Me, on peut percevoir le début du changement de ton qui marquera les prochains disques. Mais Houston magnifie les ondes poisseuses de Field Songs: le Lanegan 2.0 n’est pas encore né.

Enregistré en quelques jours au mois d’avril 2002, ces morceaux ont donc échoué sur une bande originale de film (Cook County) ou dans la pénombre d’un concert du Lanegan Band. Le label Ipecac rattrape donc la sauce et évite un gâchis monumental.

L’écoute de ce disque se révèle difficile puisqu’il faut une trentaine d’écoutes de No Cross To Carry, premier morceau sensationnel, pour espérer passer au suivant. De démos, ces pistes n’en ont que le nom…
La production de Randall Jamail est sensationnelle et sublime la voix de Lanegan qui est déjà un régal à l’état brut.

Mark Lanegan - Houston (Publishing Demos 2002)

Houston (Publishing Demos 2002) de Mark Lanegan est disponible depuis le 21 août 2015.
Mark Lanegan sera en concert les

  • 25 août 2015 au Grand Mix (Lille)
  • 30 août au Festival Rock En Seine (Paris)
Tracklist : Mark Lanegan - Houston (Publishing Demos 2002)
  1. No Cross
  2. Two Horses
  3. When It's in You (Methamphetamine Blues)
  4. High Life
  5. I'll Go Where You Send Me
  6. Grey Goes Black
  7. The Primitives
  8. Blind
  9. Halcyon Daze
  10. Nothing Much to Mention
  11. A Suite for Dying Love
  12. Way to Tomorrow
Mark Lanegan – Houston (Publishing Demos 2002)5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Inigo Montoya - Nuit Blanche

Inigo Montoya en pleine lumière

Vous n’avez pas pris assez de couleurs cet été ? Inigo Montoya nous allume dans un jardin des délices aux néons évocateurs.
We Are Match - Shores

Shark attack !

Shark, nouvel extrait du premier album de We Are Match à paraître le le 25/09.
We Are Match

We Are Match fait le point

La déferlante We Are Match inondera nos rivages pour prolonger l’été fin septembre. Un premier album et un passage attendu à Rock en Seine, l’occasion de faire le point avec le quintette normand.
Stereophonics - Keep The Village Alive

Stereophonics – Keep The Village Alive

Avec une précision d’horloger suisse, les Gallois sortent un nouveau disque le mois prochain. Revigorés par les ventes de son dernier disque (Graffiti on the Train), la machine de guerre de Kelly Jones voit grand. La biographie fournit par le label aussi. Extrait choisi: « Ils sont le huitième groupe à placer consécutivement cinq albums à…

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…