Ira Kaplan, Georgia Hubley, James McNew et le revenant Dave Schramm (membre du groupe de 1984 à 1986) ont eu l’excellente idée de reprendre le concept de Fakebook, un de leurs albums les plus mythiques : des reprises, des reprises et quelques titres réarrangés issus du sérail Yo La Tengo.

Vingt cinq ans séparent donc Fakebook et Stuff Like That There mais rien n’a changé : les Yo La Tengo ont toujours un talent certain pour faire des reprises et un look toujours aussi incertain (chemises trop grandes et Converses trop usées pour tout le monde).
En 1990, ils avaient fait découvrir à la génération Nirvana les Flamin’Groovies avec leur sensationnelle reprise de You Tore Me Down. En 2015, ils feront découvrir aux jeunes les Lovin’ Spoonful avec leur version très élégante de Butchie’s Tune.

Le 06 décembre 1993, Yo La Tengo vint très discrètement mettre le feu à Paris. Lors d’une black session diffusée par France Inter, ces gens eurent la bonne idée de reprendre Can’t Seem To Make You Smile des Seeds. Les murs de la Maison de La Radio ne tinrent même pas jusqu’au premier couplet…
Ira Kaplan peut, quand il le veut, faire autant de bruit qu’un J Mascis. Il peut aussi être d’une délicatesse absolue. C’est le cas en 2015 avec la parution de Stuff Like That There. Sur ce disque, le groupe formé à Hoboken (New Jersey) il y a 25 ans se présente sous ses aspects les plus calmes.

Yo La Tengo – Friday I’m in Love

Yo La Tengo reprend donc du très grand (The Cure, Hank Williams) et du tout petit (Great Plains, Special Pillow et Antieta).
Le trio redevenu quatuor reprend aussi quelques titres de son propre répertoire. Il offre une nouvelle vie à All Your Secrets (présent sur Popular Songs en 2009 et rapidement oublié) et rend très sympathique The Ballad of Red Buckets (Electro-o-Pura).

Mais ce qu’on retiendra surtout de Stuff Like That There, c’est le chant de Georgia Hubley. Elle tient le disque à elle seule (avec les arrangements).
Sa prestation sur Friday I’m in Love et Butchie’s Tune est hallucinante. Avec simplicité et détachement, elle rend impossible toute autre reprise d’un de ses deux titres. La perfection est ici.
Alors quand Kaplan et elle se mettent à chantonner sur Automatic Doom de Special Pillow (l’autre groupe hobokenien de l’Histoire), c’est Byzance à Hoboken.

Stuff Like That There est disponible depuis le 28 août 2015 via Matador/Beggars.
Les Yo La Tengo seront en concert le 23 octobre 2015 à La Cigale (Paris).

Yo La Tengo - Stuff Like That There

Tracklist : Yo La Tengo - Stuff Like That There
  1. My Heart's Not In It
  2. Rickety
  3. I'm So Lonesome I Could Cry
  4. All Your Secrets
  5. The Ballad Of Red Buckets
  6. Friday I'm In Love
  7. Before We Stopped To Think
  8. Butchie's Tune
  9. Automatic Doom
  10. Awhileaway
  11. I Can Feel The Ice Melting
  12. Naples
  13. Deeper Into Movies
  14. Somebody's In Love
Yo La Tengo – Stuff Like That There4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « Yo La Tengo – Stuff Like That There »

Tombé amoureux de Fakebook il y a 25 ans, qui a été pendant tout ce temps l’un de mes disques de chevet. Retombé amoureux aujourd’hui de ce disque qui reprend la même formule avec la même élégance. Aussi indispensable que le principe à l’air éminemment dispensable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Yo La Tengo - Stuff Like That There

Une Cure de Yo La Tengo pour l’été

La capacité des Yo La Tengo n’est plus à démontrer depuis Fakebook il y a maintenant 25 ans. En 2015, Ira Kaplan s’attaque à Robert Smith. Et le sublime.
Yo La Tengo - Stuff Like That There

Yo La Tengo se reprend

Les Yo La Tengo seront de retour pour nous donner une leçon d’élégance comme à l’heure habitude avec un nouvel album. Trente ans que c’est la même chanson avec ce groupe du New Jersey…
Yo La Tengo - Fade

Vidéo : Yo La Tengo – Before We Run

Yo La Tengo – Fade Yo la tengo en fonction depuis 1984 sort son… énième album, Fade en janvier, le trio pourrait mettre tout le monde d’accord en 2013 et ‘effacer’ la concurrence.

Plus dans Chroniques d'albums

Mansfield.TYA – Monument Ordinaire

Sans vraiment savoir pourquoi, dans Monument Ordinaire, on s’attendrait à voir des trucs. Et rien ne nous surprendrait. En écoutant, vaguement, comme ça, quelques minutes au hasard. Peut-être déjà parce que Mansfield. TYA ça ne respire pas toujours follement la joie, ça a même quelques fois une tête de sonnerie aux morts. Ou bien celle…
Mogwai - As The Love Continues

Mogwai – As The Love Continues

Sorte de bizarrerie électrique à ses débuts, Mogwai s’impose aujourd’hui comme un grand fournisseur de chansons et endosse le statut de meilleur groupe écossais.
Brisa Roché & Fred Fortuny - Freeze Where U R

Brisa Roché & Fred Fortuny – Freeze Where U R

A ma gauche, Brisa Roché, chanteuse américaine installée à Paris depuis quelques années. A ma droite, Fred Fortuny, musicien ayant travaillé avec une kyrielle d’artistes dont Da Silva. Au milieu, ce disque, Freeze Where U R, qui réchauffe les cœurs et qui a le parfum des notes de Carole King.
Kiwi Jr. - Cooler Returns

Kiwi Jr. – Cooler Returns

Pour les radins qui ont refusé de débourser une vingtaine d’euros pour Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983 – 1987 (Captured Tracks), les Kiwi Jr. représentent la solution de secours et l’ultime chance de se rattraper. Pour une dizaine d’euros, Cooler Returns, le nouveau disque de ces Canadiens promet beaucoup et donne……
Chevalrex - Providence

Chevalrex – Providence

Écrit en partie l’hiver dernier sur l’île de la Désirade (Guadeloupe), Providence prend élégamment la suite d’Anti Slogan et nous fait espérer des jours meilleurs avec des chansons puissantes et tenaces.
Strum & Thrum

Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987

Attention. Grande compilation. Concoctée par Mike Spiner, le patron de Captured Tracks, Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987 soulève le couvercle d’un passé riche mais totalement oublié. En effet, dans les années 80, le rock indépendant américain avait des têtes de pont formidables mais avec toute une tripotée de seconds couteaux tout…