Catégories
Interviews

Sosh aime les inRocKs Lab : Louis Aguilar, guitar (folk) hero

On retrouve donc Louis Aguilar quelques jours avant la finale du concours Sosh aime les inRocKs Lab. Finaliste, le type est déjà le gagnant pour la rédaction de Soul Kitchen. Son dernier Ep (It’s all gonna be fine) est un petit récital de folk parfaitement maitrisé.
C’est que le garçon connait son boulot et sa partition… Et surtout ce type arrive à mettre une patine sur ces morceaux. C’est peut-être là sa carte maitresse.
Son dernier single « When I’m gone » a ce petit truc invisible qui vous fait chavirer de suite.
Le capitaine Aguilar est donc aux commandes du navire.

Tu la sens comment cette finale ?

Louis Aguilar : Je la sens comment… Je stresse un peu. Surtout parce que je n’ai pas vraiment l’esprit de compétition.
On y va la cool. On veut gagner c’est sûr mais il y a des bons groupe en face. On n’a pas trop étudié la question des autres groupes. On n’est absolument pas dans la compétition et on n’étudie pas les points faibles des autres; on préfère se concentrer sur nos points forts.

Comment as-tu eu l’idée de t’inscrire ?

Louis Aguilar : J’ai vu ce concours sur Internet. Je me suis dit que ça serait une bonne idée d’essayer
Et puis j’aime bien le principe de ce concours. Pas besoin d’appeler tout ton entourage pour qu’il vote et te garde dans un classement…

Tiens comment on gagne ?

Louis Aguilar : Il y a deux prix. Celui du jury et celui du public. Pour le public, ça se passe sur Twitter. Les gens qui nous soutiennent pourront participer avec les hashtags #soshinrockslab #jevote #louisaguilar.
Faut qu’on bosse la communication mais ça nous permet de nous rapprocher des gens qui nous suivent sur Internet et aux concerts. Ça implique tout le monde comme ça.

Tu es finaliste de concours et tu as fait appel au site KissKissBankBank pour financer ton EP. Tu n’as toujours pas de label. C’est volontaire ?

Louis Aguilar : Pas vraiment, mais ça arrivera en temps voulu. Nous avons des propositions que nous étudions mais on fait attention.
Cela fait presque dix ans que je fais ça alors c’est pas maintenant que je vais me précipiter.
La question du label est très importante pour n’importe quel groupe On te propose un contrat… Et si tu oublies de lire les petites lignes en bas du contrat… Tu te fais avoir. Donc je prends mon temps.

Tu peux m’en dire plus sur la pochette de ton EP ? Il y a des photos de 1914-1918 ?

Louis Aguilar : J’ai emménagé à Amiens il y a deux ans et on parle beaucoup de ce conflit par ici, la Somme était un peu au centre.
Au final les thèmes abordés dans mes chansons sont assez proche de ceux de la guerre. Le départ, les histoires d’amour qui finissent mal, la mort…

Et le dessin ?

Louis Aguilar : C’est de moi !

Où a été enregistré cet EP ?

Louis Aguilar : A Rennes.

Louis Aguilar

Avec qui ?

Louis Aguilar : Avec Olivier Bastide (Concrete Knives). Son studio s’appelle Avant Garde.
On s’est rencontré par hasard à Caen. Je jouais à un festival juste avant Expø et comme il faisait le son et qu’il avait l’air cool on a vite sympathisé.

Il a duré combien de temps ?

Louis Aguilar : Cinq jours pour l’enregistrement et cinq jours pour le mix. On a fait que des prises « live ». Maximum quatre prises par chanson. Certaines ont été enregistrées en une prise seulement.
Pour cet Ep, je me suis beaucoup plus investi et beaucoup plus assumé. J’ai écrit toute les chansons et le groupe a bien bossé pour se les approprier.

Pourquoi avoir choisi When I’m Gone comme premier single ?

Louis Aguilar : C’est le plus vieux morceau de l’Ep. C’est aussi celui qui me touche le plus. J’ai mis du temps à l’arranger et le groupe a bien aidé. Je suis bien fier de ce morceau.

Louis Aguilar – When I’m Gone

Et l’album ?

Louis Aguilar : Je le peaufine. On l’enregistrera au cours de l’été 2016. Toujours avec Olivier Bastide. On va se mettre au vert pour l’enregistrer. Avec le groupe, on se voit peu au final. On aime bien se mettre à l’écart du monde pour enregistrer.

TOP 10

1) Ton disque préféré disque de 2015 ?

Louis Aguilar : Sound & Color d’Alabama Shakes. Le dernier Villagers est bien aussi. Mais j’achète très peu de disques. Si un disque me plait, je l’écoute pendant 6 mois. Alors…
Mais mon disque de 2015 n’est pas sorti en 2015. C’est le disque de Mikhael Paskalev, un songwriter folk norvégien hongrois.

2) Le disque que tu attends le plus ?

Louis Aguilar : Celui de Tom Waits s’il en refait un un jour.

3) Le disque que tout le monde a écouté sauf toi ?

Louis Aguilar : Tame Impala. Tout le monde m’en a parlé et moi quand on me parle trop d’un groupe… Je me braque. C’est sûrement très bien mais ça me parle pas trop.
Le dernier Mac DeMarco aussi. Je l’ai écouté. Mais sous la douche donc j’en ai entendu que la moitié.
Mais j’adore DeMarco.

4) La meilleure salle pour voir un concert ?

Louis Aguilar : La Lune des Pirates et Le Grand Mix.

5) La meilleure salle pour faire un concert ?

Louis Aguilar : La Lune des Pirates et Le Grand Mix. Sérieux, la qualité d’accueil et la qualité du son y sont incroyables. Dès fois, tu joues dans une salle… Et tu te dis que tu serais bien mieux dans une de ces deux salles.

6) Si tu pouvais tourner un rockumentaire sur quelqu’un…

Louis Aguilar : Tom Waits. Il manque un truc sur lui comme le No Direction Home de Scorcese.

7) Un écrivain qui aurait dû chanter ?

Louis Aguilar : > Romain Gary/Emile Ajar. Son phrasé est sensationnel et il dit plein de belles choses.
Dans Gros-Câlin, c’est concis, intéressant. Pas de longueur dans les descriptions qui te font lâcher le livre.

8) Si tu pouvais créer un festival, quel nom lui donnerais tu et qui inviterais tu ?

Louis Aguilar : Scande la Navy avec tous les meilleurs groupes de folk de Scandinavie.

9) Ta B.O.F préférée ?

Louis Aguilar : Je mentirai si je ne disais O’Brother.

10) Le métier de l’industrie musicale que tu ne comprends pas ?

Louis Aguilar : Community Manager. Être payé pour animer une page Facebook…
Salut Mouf c’est une blague !

Louis Aguilar sera en concert les

  • 19 septembre 2015 au Trianon (Paris)
  • 25 septembre 2015 à La Taverne Electrik (Amiens)

Louis Aguilar est en résidence à La Lune Des Pirates en ce mois de septembre 2015.

Louis Aguilar - It's all gonna be fine

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Louis Aguilar - It's All Gonna Be Fine

Louis Aguilar is coming

Louis Aguilar ou comment être plus royaliste que le roi. Ou plus américain que certains américains… Si ce jeune Lillois continue sur sa lancée, il va bientôt pouvoir donner des leçons de prononciation à Chris Robinson (The Black Crowes) et des cours de civilisation américaine à Kurt Wagner (Lambchop). Sur son EP It’s All Gonna…

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…