Nouvelle signature du label Vietnam (qui a déjà eu l’heureuse idée de signer H-Burns), Pharaon de Winter risque de rendre plus joyeux l’automne et l’hiver 2015.
Récupérant le nom d’un peintre qui peignait à cheval, Maxime Chamoux fait dans le saut d’obstacles pop. Ayant oublié de mettre bombe sur la tête, ce cavalier se fiche de toutes les convenances et monte à cru son premier disque et dompte l’auditeur.

Pharaon de Winter n’est pas une perdrix de l’année. Maxime Chamoux a déjà officié dans différents groupes plus ou moins connus ((Please) Don’t Blame Mexico et Toy Fight) et a écrit dans des journaux comme Voxpop. Ce qui est sûr, c’est que son nouveau projet devrait faire parler de lui. Pourquoi? Parce que c’est lui.

Pharaon de Winter – Pointillisme

Visiblement débarrassé de tous les interdits que la bienséance impose, Chamoux a décidé d’écrire un disque sous influence de William Sheller et de Steely Dan.
Le résultat est très bon. Aidé ponctuellement par Mina Tindle, Pharaon de Winter manie habilement les influences et peut mettre KO le public en un refrain.

https://soundcloud.com/pharaondewinter/le-feu-au-jardin

Pharaon de Winter de Pharaon de Winter sortira le 06 novembre 2015 via les labels Vietnam/Because Music.
Pharaon de Winter sera en concert à la Cigale (Paris) le 8 octobre 2015 avec les H-BURNS et Aline.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « Pharaon de Winter, le fils de l’aurore »

Oh !! « le feu au jardin » avec ce piano , ces divines trompettes (de la renommée ?) et cette batterie avenante et est un joli instrumental que je découvre . Ce Pharaon -peintre qui , jadis peignait à cheval est un as de pique qui tombe..à pique !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Les faits d’hiver musicaux de Pharaon de Winter

Le 9 mars 2018 est le jour de sortie des belles plumes françaises. Dominique A, Chevalrex, Thousand et Pharaon de Winter se sont tous donnés rendez-vous pour nous donner de leurs nouvelles. Maxime Chamoux, alias Pharaon de Winter nous avait retourné avec son premier disque en 2015. Il revient, accompagné d’Angy Laperdrix avec un EP,…
Pharaon de Winter - Ton Coeur

Pharaon de Winter, L’Attrape-cœurs estival

Cette année nous partirons en vacances avec la traditionnelle serviette de plage, le tube de crème solaire ET un EP gorgé de tubes. En effet, le nouvel Ep de Pharaon de Winter en est gorgé et sera l’accessoire ultime pour passer de bonnes vacances (et une bonne rentrée des classes). SK* vous propose en avant-première…
Franck Annese © Louis Teyssedou

Good Morning Vietnam !

En 2012, Franck Annese a lancé le label Vietnam pour publier un disque de H-Burns. En 2016, alors que l’industrie musicale peine à se remettre de son entrée dans l’ère numérique, le label Vietnam tient toujours debout et se porte bien. Il est passé d’une signature à huit et compte bien ne pas s’arrêter là.…
Field Music - Commontime

Field Music – Commontime

Notre histoire d’amour avec Peter et David Brewis a commencé dès leurs débuts en 2005. Le premier disque des Field Music fut une belle surprise pop, le suivant (Tones of Town en 2007) fit encore plus fort et fut une véritable idylle. En plus d’être des surdoués de la pop, les frères Brewis sont des…
O

Histoire d’O

Nouvelle signature du label Vietnam, O publie son premier album solo en ce début d’année. Derrière O se cache Olivier Marguerit, membre de Syd Matters et fine gachette du paysage musical français. Un disque de Mina Tindle ? Il le produit. Le disque sensationnel de Stéphane Milochevitch alias Thousand ? Il tient la basse dessus.
Pharaon de Winter

Pharaon, Pyramide Pop

Pharaon de Winter vient de réussir l’improbable alliance du rigorisme de Donald Fagen et de la fausse légèreté des chansons d’Alain Souchon. Son disque vogue à travers les flots et une route balisée par des influences clairement assumées.

Plus dans Découvertes

Ela Minus

Maximus Ela Minus

Ela Minus est maousse costaud. Pas seulement parce qu’elle vient de Bogotá et a joué dès ses 12 ans et pendant 10 ans de la batterie pour Ratón Pérez, un groupe punk hardcore décolleur de tympan. Elle signe chez Domino un premier album addictif, Acts Of Rebellion, fruit de son expérience à la Berklee College…
OBI © Frank Loriou

La force d’OBI

Obi-Wan Kenobi affirme « l’œil ne voit que la surface des choses, ne t’y fie pas ». Alors il faut écouter OBI et suivre son odyssée jusqu’au collège Maurice-Scève délabré de la Croix Rousse à Lyon, métaphore ironique de nos sociétés sans valeurs.
Slight Of © Gracie Pendleton

Slight Of par petits bouts

On a découvert Slight Of avec Winter’s Maze et son clip poético -humaniste qui va à la rencontre des autres de son quartier, Brooklyn, ces Other people qu’on ne voit pas d’habitude. Il vient de sortir un album qui sent bon les 90′, sans Trump et virus.

Vote for Kiwi Jr. !

A cheval entre les Strokes et Pavement, les Canadiens de Kiwi Jr. font coup double avec leur nouveau single. En plus de nous faire remuer la tête comme au bon vieux temps, ces natifs de Toronto viennent de signer chez Sub Pop.
Mottron @Heart and Guts

L’intrusion de Mottron

Mottron n’est pas carré, il ne rentre pas dans les cases de la pop policée à la française. Il s’apprête à sortir son premier album, Giants le 30 octobre chez Pias Le Label.
Lomelda-Hannah © Tonje-Thilesen

Her name is Hannah !

Lomelda fait des merveilles de chansons. On avait beaucoup aimé M for Empathy l’an dernier, Hannah Read revient déjà avec Hannah, une collection de chansons bouleversantes.

Solaire Solaris Great Confusion

Accompagné par Elise Humbert au violoncelle, Yves Béraud à l’accordéon, Aurel Troesch aux guitares, Jérôme Spieldenner à la batterie, Foes Von Ameisedorf à la basse et Jacques Speyser aux chœurs, Stephan Nieser aka Solaris Great Confusion signe le disque le plus élégant de cette rentrée 2020.