Nos petits cœurs fragiles encore tout secoués par l’arrivée prochaine de deux nouveaux Islands, l’idée saugrenue de réécouter un des albums passés les plus inaperçus de 2015 nous a semblé être la meilleure de la journée. Et elle le fût.

Petit rappel historique pour ceux qui dorment au fond : Nick Diamonds est un des membres fondateurs du trio le plus génial de l’indie-pop des années 2000, The Unicorns. Plutôt que de préparer un digne successeur à l’ovni Who Will Cut Our Hair When We’re Gone ?, les petits gars de Montréal ont préféré s’engueuler comme du poisson pourri, à une époque où Arcade Fire fait encore leurs premières parties et foutre par terre un destin prometteur.

C’est donc sur les cendres encore fumantes de The Unicorns que se monte Islands, récupérant au passage deux des membres originels et quelques compos prévues pour un deuxième album qui ne verra donc jamais le jour. Return To The Sea, sorti en 2006, sera le premier album d’une discographie prolifique et Islands verra son line-up changer régulièrement pour s’adapter aux envies stylistiques du facétieux leader. Histoire de fêter dignement la réédition augmentée de Who Will Cut Our Hair When We’re Gone ? à l’été 2014, The Unicorns se reforment le temps d’une mini-tournée en ouverture d’Arcade Fire. L’ironie de la vie, les rôles inversés 10 ans après, tout ça. Les fans n’en peuvent plus, les concerts sont fous, les rumeurs de nouvel album sont persistantes, et puis finalement non, rien, les mecs se prennent la tête encore une fois et retournent vaquer à leurs occupations.

Parmi ces occupations, justement, il y a un album solo dans les cartons très chargés de Nick Diamonds. Or, si on a insisté si lourdement sur The Unicorns dans le paragraphe précédent, c’est précisément parce que cet album est paradoxalement ce qu’il y a de plus proche de l’univers unicornesque. City of Quartz regorge en effet de mélodies immédiates et de chœurs hallucinés, de synthés vintage maltraités, de guitares sautillantes, de rythmiques chaloupées, bref, de trouvailles improbables et redoutablement efficaces.

Nick Diamonds - City of Quartz

L’instrumental d’ouverture donne parfaitement le ton du disque qui porte son nom : quelques nappes de synthés irriguent une boîte à rythme et une basse qui groove, dans une ambiance de maison hantée cheap et rigolote. Suivent ensuite Love Is Stranger et Witch Window, dont les boucles et les choeurs excitent la curiosité avec surtout la première très bonne surprise de l’album : Where Is The Elephant et son hip pop sautillant que n’aurait pas renié Why?.

La deuxième partie du disque va crescendo : Bohemian Groove sent le tropicalia, Something About The Moon déborde de funk mélancolique et Hit The Skids, le véritable sommet de l’album, se lance dans une cavalcade froide et épique que seul le libidineux The Sting peut venir calmer. City of Quartz termine en roue libre, dans la frénésie electro de I’m Nobody et les boucles contemplatives de God Internet. Comme toujours avec Nick Diamonds, on aime la manière dont il créé le contraste entre des paroles blasées (« Like a wave, I crash into you, all day » sur Bohemian Groove, « You’re wrong, the dream is over, the magic is gone » dans l’outro de Something About The Moon) et des mélodies euphoriques, légères ou parfaitement joyeuses. Soyons donc rassurés : il n’y aura jamais de deuxième album de The Unicorns, mais ce City of Quartz en est une suite presque parfaite.

Nick Diamonds - City of Quartz

Tracklist : Nick Diamonds - City of Quartz
  1. City of Quartz
  2. Love is Stranger
  3. Witch Window
  4. Where is the Elephant
  5. Ungrievable Lives
  6. The Mind Reels
  7. Bohemian Groove
  8. Something About the Moon
  9. What Can the Sun
  10. Hit the Skids
  11. The Sting
  12. I'm Nobody
  13. God Internet
Nick Diamonds – City Of Quartz4.5
9/10
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Meute © Fabrice Buffart

Au Yeah! 2017 – Day #3

Troisième journée du Yeah! festival à Lourmarin avec un final dantesque qui a vu Laurent Garnier en uniforme rejoindre la Meute pour son The Man with the Red Face.
Paléo festival 2017 - Manu Chao

Photos : Paléo Festival 2017 @ Nyon, Suisse

Une sélection des photos des concerts de : Arcade Fire, Broken Back, Foals, Julien Doré, Justice, Midnight Oil, Petit Biscuit, Radio Elvis, Red Hot Chili Peppers, Rocky, Rone, Temples, The Inspector Cluzo, Tryo, Vianney, Vitalic ainsi que du public, de cette édition 2017 du Paléo Festival.
photos : Arcade Fire @ Paléo Festival, Nyon, 19/07/2017

Paléo Festival, Nyon | 19.07.2017

Deuxième jour en photos au Paléo Festival de Nyon avec des vieux, des jeunes, des moins vieux, des moins jeunes, des vieux qui se rêvent jeunes, des jeunes qui espèrent bien vieillir comme certains vieux. Au choix.
Metronomy @ Primavera Sound 2017 © Eric Pamies

Primavera Sound Barcelona 2017

Primavera Sound, c’est ce festival de grande ampleur à Barcelone qui, chaque année, réserve son lot de surprises et de folies. Cette édition n’a pas manqué à ses obligations : des découvertes aux têtes d’affiches, les apparitions et les révélations inattendues se sont succédées d’un bout à l’autre du festival, à ne plus savoir où…
yeah2017_bandeau_sk

Oh Yeah !

Cinquième édition pour le festival Yeah ! à Lourmarin dans son cadre sublime du parc naturel du Lubéron.
Why? – This Ole King

Vidéo : Why? – This Ole King

Why? nous fait tourner la tête avec son clip à 360°. On peut se balader à la recherche de Yoni Wolf et l’on prend un bon coup de soleil vocal.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…