Il y a quelques années, les Smith Westerns étaient les héros pop de Chicago. Protégés de Christopher Owen (Girls), ces quatre petits gars de l’Illinois enchaînaient les hits avec une facilité déconcertante. Après deux beaux albums pop, ces « Beautiful Losers » des années 2000 publièrent leur disque le plus abouti en 2013 avec l’aide de Chris Coady (Grizzly Bear, Beach House). Soft Will réussit l’exploit de se vendre moins bien que ses deux prédécesseurs… Les Smith Westerns arrêtèrent les frais en se séparant. Les Temples se précipitèrent pour occuper la place vacante et obtinrent un succès inespéré. Chienne de vie.
Du divorce des Smith Westerns est né deux projets : le projet solo de Cullen Omori et les Whitney avec Max Kakacek et Julien Ehrlich.

On va donc souhaiter tous nos vœux de réussite au jeune Cullen Omori qui s’apprête à publier un premier disque solo de fort bonne facture. Comme sur Dye It Blonde et surtout Soft Will, Cullen Omori récite parfaitement sa vulgate pop. Avec sa mèche à la Brett Anderson, Cullen Omori enquille les refrains avec une facilité déconcertante.

Produit par Shane Stoneback (Sleigh Bells, Vampire Weekend, Fucked Up), New Misery a tout pour faire hérisser le poil des snobinards des beaux quartiers. Cullen Omori braconne sur des terres interdites (Supertramp, Oasis) et mixe le tout sans sourciller.

Cullen Omori – Sour Silk

Il y a chez ce garçon un savoir-faire rare : Omori écrit des chansons qui font se sentir bien. On trouve des hits en puissance (Cinnamon), des mélodies en béton armé (Two Kinds) et une certaine urgence dans le propos qui fait s’éloigner les nuages dans le ciel. Il n’y a rien de révolutionnaire sur ce disque. Les partisans de l’expérimentation peuvent passer leur chemin. Par contre, on recommande ce disque à tous les gens qui ont une petite baisse de moral. Et à tous les autres ! Comme So Much For The City des Thrills, ce disque est un rayon de soleil permanent.

Cullen Omori – Cinnamon

New Misery de Cullen Omori sera publié le 18 mars 2016 via Sub Pop Records/PIAS.

Tracklist : Cullen Omori - New Misery
  1. No Big Deal
  2. Two Kinds
  3. Hey Girl
  4. And Yet the World Still Turns
  5. Cinnamon
  6. Poison Dart
  7. Sour Silk
  8. Synthetic Romance
  9. Be a Man
  10. Lom
  11. New Misery
Cullen Omori – New Misery4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Nathalie Prass

[Micro-Photos] Magnifique Mazzoni

C’est l’heure de la rentrée ! On va filer droit avec Philippe Mazzoni et ses portraits. Réalisant ses portraits avec des appareils argentiques, Philippe Mazzoni défend une certaine idée de la photographie et nous permet de sonder l’intime des plus belles plumes du rock.

Allo Houston, ici Whitney !

Ça se bouscule au portillon pour les ex Smith Westerns ! Le label Sub Pop a donné des signes concrets d’existence de vie de Cullen Omori la semaine dernière. C’est au tour de Max Kakacek de nous donner des signes de vie avec son nouveau projet intitulé Whitney.
Cullen Omori

Les misères de Cullen Omori

Les Smith Westerns ont, le temps de trois disques, défendu une certaine idée de la pop il y a quelques années. Totalement influencés par Bowie et Noel Gallagher, Cullen Omori et son groupe avaient livré quelques belles chansons (tout l’album Dye It Blonde en gros) avant de séparer en 2014 Cullen Omori, fraîchement signé chez…
DIIV

DIIV ne divise pas

Autrefois Zachary Cole Smith pigeait pendant les tournées des Beach Fossils en tant que guitariste. Et puis un jour, Cole Smith a décidé d’écrire des chansons. Et il se pourrait bien que le pigiste soit un tantinet plus doué que ses anciens patrons.
Thurston Moore - TINALS 2015

TINALS fait mal Jour#1

Point d’entrée en douceur pour la troisième édition du festival This is NOT a love song.
TINALS 2015

Huge TINALS 2015 !

Troisième édition pour le festival This is not a love song et l’on s’écrie, Cucurrucucu en parcourant la programmation !

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.