Depuis 2007 et la sortie du magistral Roots & Echoes, la question est surtout de savoir si The Coral est capable de faire mieux que ce sommet de pop créative plein de finesse et d’énergie. Avec la publication de Distance Inbetween<, leur neuvième album à paraître demain, il est maintenant permis de penser que la réponse est non, mais que ce n'est peut-être pas si grave.

Le problème de The Coral est de donner l’impression de ne plus avoir trop d’idées. Ils font tourner la même formule en boucle depuis quelques années, pour rejouer dix fois la même (jolie) balade ou une énième envolée psyché. Ce n’est pas désagréable mais c’est un peu vain, et surtout ils nous avaient habitué à plus d’audace. Au moins ont-il eu la bonne idée de ressusciter The Curse of Love en 2014 – enregistré à une époque où ils osaient encore explorer des territoires foisonnants – pour démontrer qu’on n’était jamais à l’abri d’une bonne surprise. C’est d’ailleurs dans ce registre qu’ils semblent le plus à l’aise, quand la prédominance acoustique laisse la place à une production subtile et des arrangements classieux avec cordes, percussions, claviers. Malheureusement, peut-être parce qu’ils commençaient eux aussi à voir poindre l’ennui, les guitaristes-arrangeurs-en-chef Lee Southall et Bill Ryder-Jones, ont foutu le camp sur différents projets solo plus ou moins foireux. Et malheureusement, ça se sent, car Distance Inbetween est assez loin des Coraux originaux et innovants décrits plus haut.

The Coral – Miss Fortune

A l’écoute de ce dernier album, on est globalement surpris par une ambiance générale assez lourde et une rythmique quasiment identique sur tous les titres. En gros ça tape fort, les guitares sont pleines d’effets, et l’ensemble est un peu répétitif. Pourtant, même dans cet exercice de style un peu pauvret, les lads savent faire de bonnes chansons : Connector rappelle les bonnes heures de In The Rain, et Miss Fortune / Holy Revelation promettent de belles choses en live. Leur touche singulière attire quand même l’attention dès qu’ils sortent un peu du cadre qu’ils se sont eux mêmes imposés. Ils ne sont jamais aussi bons que quand ils se lâchent, comme en témoignent les dizaines de faces-b complètement indispensables qui peuplent leur discographie (coucou The Box, coucou Gina Jones, coucou The Voice). Ici, on se penchera donc surtout sur la chanson titre Distance Inbetween, sur l’aérienne Beyond The Sun, ou sur la bulancolique It’s You qui ont en commun de laisser un peu de place à des variations mélodiques et harmoniques bienvenues. Alors certes, la distance entre leurs plus grands moments et cet album semble assez lointaine, mais ce n’est pas une raison pour bouder les plaisirs qu’on y retrouve.

The Coral publiera Distance Inbetween le 4 mars 2016 via Ignition Records Ltd. / PIAS et sera en concert le 6 avril 2016 au Le Trianon à Paris.

Tracklist : The Coral - Distance Inbetween
  1. Connector
  2. White Bird
  3. Chasing The Tail Of A Dreal
  4. Distane Inbetween
  5. Million Eyes
  6. Miss Fortune
  7. Beyond The Sun
  8. It's You
  9. Holy Revelation
  10. She Runs The River
  11. Fear Machine
  12. End Credits
The Coral - Distance Inbetween
2.5Note finale
Avis des lecteurs 19 Avis