Vidéo : Ladybug and the Wolf – Animals

Ladybug and the Wolf - Animals
Il y a Pierre et le loup de Prokofiev et dorénavant Ladybug and the Wolf de Saint-Etienne.

Après deux EP en 2013 et 2015, c’est l’heure pour Ladybug and the Wolf d’intégrer le grand zoo musical avec un premier album, Mammatus en octobre prochain. Ce mot désigne cet étrange et féerique phénomène qui se forme parfois à la base de certains nuages et qui ressemble à des « mamelles » qui tombent.

« Si les animaux n’existaient pas, ne serions-nous pas encore plus incompréhensibles à nous-mêmes ? » se demandait le biologiste Buffon. Animals est le premier extrait de ce futur disque mais rien à voir avec le cochon flottant floydien. Ici les animaux sont plutôt les hommes, blessés, aveugles, en solitude, en quête d’alter ego. Le titre à son acmé se teinte alors de sonorités électro qui augurent d’une belle évolution.

Ladybug and the Wolf – Animals

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Ladybug and the Wolf

5 questions à … Ladybug & the Wolf

SK* a demandé à une vingtaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Ladybug and the Wolf dont le premier album, Mammatus est sorti en octobre dernier. Celui-ci nous avait laissé de belles morsures […]
Festival des 7 Collines 2013

De la musique aux 7 collines

C’est déjà la 19ème édition du festival des 7 Collines à St-Etienne et dans ses environs. L’an dernier, c’est plus de 12 000 personnes qui ont été accueillies chaleureusement pour cet événement centré sur la danse et le cirque contemporain mais qui propose aussi des concerts.

Plus dans Son du jour

Mattelliott-januaryssong

Vidéo : Matt Elliott – January’s Song

En Janvier, on voudrait du repos. Oublier les amours défuntes, les décès prématurés, les vœux hypocrites, les réformes iniques. Alors on écoute l’immense Matt Elliott avec désormais un saxophone envoûtant.