Slow Joe nous a quitté le 1er mai 2016 à 73 ans, il venait de terminer ce troisième disque, Let me be gone : personne n’avait envie de le laisser partir.

Slow Joe à Lyon est une figure locale qui pourtant vient du far east. Si l’on croisait son histoire dans un film, on penserait immédiatement que les scénaristes ont un peu forcé sur l’opium. C’était sans doute le karma de Cédric de la Chapelle, musicien lyonnais en voyage du côté de Goa en 2007 de tomber sur ce clochard céleste, ce fou chantant dans la rue un blues indien d’une voix sépulcrale. Le trip alors commence grâce à l’oreille avertie de Jean-Louis Brossard des Transmusicales de Rennes en 2009 pour un show mémorable. Suivront avec The Ginger Accident une nuée de concerts et deux albums, Sunny Side Up en 2011 et Lost for love en 2014.

Slow Joe & The Ginger Accident – My Sway

Let me be gone aurait dû consacrer le prince de la place Sathonay, roi d’un blues hybride et d’une poésie pantagruélique. Dès la première écoute, impossible de ne pas imaginer ces titres sur scène tant ce disque est monumental. Il s’ouvre sur un chant traditionnel en Kontani, la langue de Goa qui évoque une idylle impossible. Oui, ce disque parle d’amour (Swing your love). Ce mot irrigue les textes, c’est sa seule religion (Temple Mosque Church). My Sway swingue sévère, Joe malicieux s’adressant à son complice Cédric. I was a stooge, ode aux outlaws bouleverse, Candy sparkles illumine la mer d’Arabie, God damn the pusherman et son sax surinent les dealers de ‘slow’ et l’amour charnel triomphe avec She makes love like crazy. Et comment ne pas être submergé par un tsunami d’émotions avec Silent Waves, supplique ultime à la mort, ascenseur pour le paradis. Sinatra de Goa, crooner pas crâneur, Slow, laisse-nous te garder dans nos cœurs.

The Ginger Accident rendra hommage à Slow Joe le 13 avril au Transbordeur.

Slow Joe & the Ginger Accident — Let Me Be Gone

Slow Joe & The Ginger Accident - Let Me Be Gone

Tracklist : Slow Joe & The Ginger Accident - Let Me Be Gone
  1. Tambde roza
  2. Swing your love
  3. Temple mosque church
  4. My sway
  5. I was a stooge
  6. Candy sparkles
  7. Black moon
  8. God damn the pusherman
  9. She makes love like crazy
  10. Silent waves

Slow Joe & The Ginger Accident – Let Me Be Gone5.0
10/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Home 2017 © Marcel Hartmann

Home sweet Home !

C’était comme une évidence. Jouer Home, le projet commun de Chiara Mastroianni et Benjamin Biolay à la maison, enfin presque, au festival les Vendanges Musicales sur le parvis accueillant du château aux pierres dorées de Charnay en Beaujolais, à quelques encablures de sa natale Villefranche sur Saône le 16 septembre.
Photos : Hommage à Slow Joe par The Ginger Accident @ Club Transbo, Lyon | 13.04.2017

Photos : Hommage à Slow Joe par The Ginger Accident @ Club Transbo, Lyon | 13.04.2017

Quelle belle soirée ! Des sourires avant tout pour rendre hommage très simplement et très sincèrement à Slow Joe sur sa terre d’adoption lyonnaise. Beaucoup de tendresse, de respect, d’amour pour cet homme qui a bouleversé à jamais les excellents musiciens du Ginger Accident même si la gorge fût maintes fois nouée comme par exemple…
Joe à Goa

Le retour du roi

Joe nous a quitté mais son âme plane toujours au dessus de la place Sathonay à Lyon.
Slow Joe

Slow Joe’s resurrection

On pourrait être triste. On l’est. Mais pourtant quelle chance de pouvoir écouter à nouveau Slow Jow nous ouvrir les portes de son temple personnel et syncrétique.
Slow Joe © Baghir

Say it ain’t so, Slow Joe

Rendre hommage. Simplement. A un personnage, une gueule, une voix. Slow Joe nous a quitté comme il est arrivé dans nos vies, par accident.
Les Vendanges Musicales 2015

Bon cru aux vendanges musicales

Deuxième édition les 11 et 12 septembre pour le festival Les Vendanges Musicales à Charnay en Beaujolais dans un site magnifique à peine 20 minutes de Lyon.

Plus dans Chroniques d'albums

The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…