Hazel English – Just Give In / Never Going Home

Originaire de Melbourne, Hazel English s’est expatriée en Californie il y a quelques années et se lance aujourd’hui à l’assaut de l’Europe avec ses chansons contenues dans un double EP qui rythmera notre été et qui nous bercera cet hiver.

Il parait qu’Oakland est la ville la plus dangereuse des États-Unis… Cela n’a pas empêché cette jeune australienne de Melbourne de s’installer définitivement dans cette ville qui grandit à l’ombre de San Francisco.
Hazel English y a rencontré Jackson Phillips et y a enregistré des chansons pop incroyables. La recette est pourtant connue et les qualificatifs surgissent assez rapidement quand on écoute Fix ou That Thing : Hazel English fait de la dream pop, Jackson Philips fait dans la lo-fi… Mais ce n’est pas le plus important.

Hazel English – Fix It

On connaît les chansons de Never Going Home depuis 2016. It’s Not Real ou Control ne sont pas des plaisirs superficiels dont l’espérance de vie ne dépasse quelques jours. Ces chansons résistent à l’épreuve du temps.
Sur les nouvelles chansons (Just Give In), l’écriture et la force mélodique de cette petite English se font plus précises. Et comme tout se mérite dans ce bas monde, il faudra attendre le dernier morceau pour découvrir l’apothéose de ce double EP. That Thing, morceau produit par Justin Raisen (Angel Olsen), mue notre gentille rêveuse pop en mante power pop redoutable. Hazel English est passée discrètement en France il y a quelques semaines. Elle peut revenir quand elle veut : nous l’attendons les bras ouverts.

Hazel English - Just Give In / Never Going Home

Retrouvez nos articles relatifs à Hazel English :

Just Give In / Never Going Home d’Hazel English est disponible via Marathon/PIAS.

Tracklist : Hazel English - Just Give In / Never Going Home
  1. Other Lives
  2. Fix
  3. Birthday
  4. Love Is Dead
  5. More Like You
  6. Never Going Home
  7. Make It Better
  8. Control
  9. It's Not Real
  10. I'm Fine
  11. That Thing

Hazel English – Just Give In / Never Going Home
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Hazel English

Hazel English voit double

Découverte en 2015 avec l’incroyable morceau It’s not real, Hazel English nous donne de jolies nouvelles en ce printemps 2017.
Hazel English

Hazel English l’Écossaise

Avec seulement deux singles et surtout aucun label, la jeune Hazel English vient de se faire repérer par le gratin de la presse musicale anglo-saxonne. On comprend rapidement pourquoi à l’écoute des deux titres produits par cette Américaine d’adoption. The Vaselines & Sarah Records hantent la silhouette musicale de cette demoiselle.

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.