Aufgang : le piano est une machine !

Aufgang littéralement "l'aube" dans la langue de Wagner est un trio très original puisqu'il est "seulement" composé d'une batterie cernée de deux pianos et saupoudrée d'électronique. Le "groupe" est né de la rencontre de deux pianistes dit "classiques" qui se sont télescopés à la prestigieuse Julliard School de New York.

Rami Khalifé, fils d’un célèbre compositeur libanais de luth oriental, Francesco Tristano auréolé de prix au concours international de piano du XXè siècle d’Orléans, avec plusieurs disques à son actif (du Bach baroque, du Luciano Berio contemporain, du Ravel avec l’Orchestre National Russe ainsi que son fameux « Not For Piano » reprenant les « tubes » mythiques de la techno) et Aymeric Westrich, batteur (pour Cassius) producteur de hip hop (entre autre le rappeur militant Kery James), fan de sons électroniques comme de la techno de Detroit ou celle plus minimale de Berlin constituent l’ossature de cette rencontre insolite et improbable.

Leur musique pourrait être de prime abord une aimable ritournelle d’ascenseur mais elle s’échappe vite par l’escalier de service (merci la polysémie des mots allemands !) quand les arpèges classiques culbutent l’électro et le free jazz. Aufgang livre une musique atmosphérique plus que d’atmosphère avec des thèmes souvent improvisés qui restent dans l’oreille de l’auditeur.
« Ce n’est ni de la techno acoustique ni de la musique classique assaisonnée à la sauce électronique, façon Wendy Carlos » (l’as du synthétiseur modulaire Moog qui a signé pour Kubrick les BO d’Orange mécanique et de Shining), précise Francesco qui, gardant bien Fluxus à l’esprit, et rappelle que « le piano est aussi une machine : c’est une grosse boîte avec un mécanisme à l’intérieur ».

Discographie

Aufgang

Des rythmiques entêtantes du génial channel 7 qui ouvre le disque, aux sons synthétiques de channel 8 qui ne dépailleraient pas dans un film de John Carpenter des années 70 au Barock des années 2000 qui aurait pu faire craindre un rondo Veneziano au piano, en passant par Sonar, hymne cataclysmique de 7′ 45 crée d’abord pour le festival Barcelonais du même nom en 2005, où pianos et machines s’entrelacent et ne font plus qu’un dans un maelström de sons synthétiques et acoustiques, ou encore ce prélude du passé, doux et introspectif, comme une bulle de champagne s’échappant à la surface d’une flute, moment d’accalmie de l’album en hommage à un ami disparu trop tôt. Good generation peine à redémarrer la machine avec ses voix inintelligibles mais on appuie de nouveau sur l’accélérateur avec 3 vitesses, morceau inquiétant avec ses samples de voix d’outre tombe. Surgit alors le très technoïde éponyme Aufgang qui partant de notes graves dissonantes et sombres s’élève vers la lumière crue quasi hypnotique et contemplative, un rollercoaster qui vous fait chavirer le pouls. Enfin, dix minutes de Soumission avec ses cliquetis angoissants mêlés à une pluie de notes inquiétantes d’abord éparses puis qui s’égrènent dans un mouvement quasi perpétuel qui vire au chaos et le disque vous abandonne, épuisé et heureux.

Aufgang avec cet album crée un son nouveau, ni classique, ni électro, ni jazzy, plutôt un carambolage séduisant, anticonformiste et libéré d’un genre, une musique totalement décomplexée. La pochette de l’album dévoile un long ponton de bois qui tel l’étrave d’un bateau file dans un océan calme comme cette musique expérimentale mais totalement audible pour le béotien et très certainement en avance sur son temps.

Aufgang – Good generation | SK* Session

Aufgang – Interview

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

best of 2013 SK

Best of photos 2013

Quatre ans et demi après sa création, Soul Kitchen continue son chemin en essayant de vous faire vivre les meilleures découvertes musicales, en photos et en textes. Toute l’équipe vous souhaite une très belle année 2014 avec ce « Best of photos » de nos photographes.
Woodstower 2013

Un bol d’air à Woodstower 2013

Vous comatez dans la torpeur moite de l’été, jetez donc un oeil sur la formidable programmation de Woodstower 2013 qui annoncera la rentrée les 24 et 25 août.

Plus dans Chroniques d'albums

Michelcloup-backflipaudessusduchaos

Michel Cloup – Backflip au dessus du Chaos

Encore rien à écouter sur les internets et pourtant on a envie déjà de vous parler de Backflip au dessus du Chaos de Michel Cloup qui ne sort que le 18 novembre chez Ici d’ailleurs et qui est déjà essentiel.
Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]