Aufgang : le piano est une machine !

Aufgang : le piano est une machine !
Guimauve - 21/11/2009

aufgang - chronique cd

Aufgang littéralement « l’aube » dans la langue de Wagner est un trio très original puisqu’il est « seulement » composé d’une batterie cernée de deux pianos et saupoudrée d’électronique. Le « groupe » est né de la rencontre de deux pianistes dit « classiques » qui se sont télescopés à la prestigieuse Julliard School de New York.

Aufgang

Rami Khalifé, fils d’un célèbre compositeur libanais de luth oriental, Francesco Tristano auréolé de prix au concours international de piano du XXè siècle d’Orléans, avec plusieurs disques à son actif (du Bach baroque, du Luciano Berio contemporain, du Ravel avec l’Orchestre National Russe ainsi que son fameux « Not For Piano » reprenant les « tubes » mythiques de la techno) et Aymeric Westrich, batteur (pour Cassius) producteur de hip hop (entre autre le rappeur militant Kery James), fan de sons électroniques comme de la techno de Detroit ou celle plus minimale de Berlin constituent l’ossature de cette rencontre insolite et improbable.

Leur musique pourrait être de prime abord une aimable ritournelle d’ascenseur mais elle s’échappe vite par l’escalier de service (merci la polysémie des mots allemands !) quand les arpèges classiques culbutent l’électro et le free jazz. Aufgang livre une musique atmosphérique plus que d’atmosphère avec des thèmes souvent improvisés qui restent dans l’oreille de l’auditeur.
« Ce n’est ni de la techno acoustique ni de la musique classique assaisonnée à la sauce électronique, façon Wendy Carlos » (l’as du synthétiseur modulaire Moog qui a signé pour Kubrick les BO d’Orange mécanique et de Shining), précise Francesco qui, gardant bien Fluxus à l’esprit, et rappelle que « le piano est aussi une machine : c’est une grosse boîte avec un mécanisme à l’intérieur ».

Des rythmiques entêtantes du génial channel 7 qui ouvre le disque, aux sons synthétiques de channel 8 qui ne dépailleraient pas dans un film de John Carpenter des années 70 au Barock des années 2000 qui aurait pu faire craindre un rondo Veneziano au piano, en passant par Sonar, hymne cataclysmique de 7′ 45 crée d’abord pour le festival Barcelonais du même nom en 2005, où pianos et machines s’entrelacent et ne font plus qu’un dans un maelström de sons synthétiques et acoustiques, ou encore ce prélude du passé, doux et introspectif, comme une bulle de champagne s’échappant à la surface d’une flute, moment d’accalmie de l’album en hommage à un ami disparu trop tôt. Good generation peine à redémarrer la machine avec ses voix inintelligibles mais on appuie de nouveau sur l’accélérateur avec 3 vitesses, morceau inquiétant avec ses samples de voix d’outre tombe. Surgit alors le très technoïde éponyme Aufgang qui partant de notes graves dissonantes et sombres s’élève vers la lumière crue quasi hypnotique et contemplative, un rollercoaster qui vous fait chavirer le pouls. Enfin, dix minutes de Soumission avec ses cliquetis angoissants mêlés à une pluie de notes inquiétantes d’abord éparses puis qui s’égrènent dans un mouvement quasi perpétuel qui vire au chaos et le disque vous abandonne, épuisé et heureux.

Aufgang avec cet album crée un son nouveau, ni classique, ni électro, ni jazzy, plutôt un carambolage séduisant, anticonformiste et libéré d’un genre, une musique totalement décomplexée. La pochette de l’album dévoile un long ponton de bois qui tel l’étrave d’un bateau file dans un océan calme comme cette musique expérimentale mais totalement audible pour le béotien et très certainement en avance sur son temps.

Aufgang – Good generation | SK* Session


Aufgang – Interview

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Réponses

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.