aufgang - chronique cd

Aufgang littéralement « l’aube » dans la langue de Wagner est un trio très original puisqu’il est « seulement » composé d’une batterie cernée de deux pianos et saupoudrée d’électronique. Le « groupe » est né de la rencontre de deux pianistes dit « classiques » qui se sont télescopés à la prestigieuse Julliard School de New York.

Aufgang

Rami Khalifé, fils d’un célèbre compositeur libanais de luth oriental, Francesco Tristano auréolé de prix au concours international de piano du XXè siècle d’Orléans, avec plusieurs disques à son actif (du Bach baroque, du Luciano Berio contemporain, du Ravel avec l’Orchestre National Russe ainsi que son fameux « Not For Piano » reprenant les « tubes » mythiques de la techno) et Aymeric Westrich, batteur (pour Cassius) producteur de hip hop (entre autre le rappeur militant Kery James), fan de sons électroniques comme de la techno de Detroit ou celle plus minimale de Berlin constituent l’ossature de cette rencontre insolite et improbable.

Leur musique pourrait être de prime abord une aimable ritournelle d’ascenseur mais elle s’échappe vite par l’escalier de service (merci la polysémie des mots allemands !) quand les arpèges classiques culbutent l’électro et le free jazz. Aufgang livre une musique atmosphérique plus que d’atmosphère avec des thèmes souvent improvisés qui restent dans l’oreille de l’auditeur.
« Ce n’est ni de la techno acoustique ni de la musique classique assaisonnée à la sauce électronique, façon Wendy Carlos » (l’as du synthétiseur modulaire Moog qui a signé pour Kubrick les BO d’Orange mécanique et de Shining), précise Francesco qui, gardant bien Fluxus à l’esprit, et rappelle que « le piano est aussi une machine : c’est une grosse boîte avec un mécanisme à l’intérieur ».

Des rythmiques entêtantes du génial channel 7 qui ouvre le disque, aux sons synthétiques de channel 8 qui ne dépailleraient pas dans un film de John Carpenter des années 70 au Barock des années 2000 qui aurait pu faire craindre un rondo Veneziano au piano, en passant par Sonar, hymne cataclysmique de 7′ 45 crée d’abord pour le festival Barcelonais du même nom en 2005, où pianos et machines s’entrelacent et ne font plus qu’un dans un maelström de sons synthétiques et acoustiques, ou encore ce prélude du passé, doux et introspectif, comme une bulle de champagne s’échappant à la surface d’une flute, moment d’accalmie de l’album en hommage à un ami disparu trop tôt. Good generation peine à redémarrer la machine avec ses voix inintelligibles mais on appuie de nouveau sur l’accélérateur avec 3 vitesses, morceau inquiétant avec ses samples de voix d’outre tombe. Surgit alors le très technoïde éponyme Aufgang qui partant de notes graves dissonantes et sombres s’élève vers la lumière crue quasi hypnotique et contemplative, un rollercoaster qui vous fait chavirer le pouls. Enfin, dix minutes de Soumission avec ses cliquetis angoissants mêlés à une pluie de notes inquiétantes d’abord éparses puis qui s’égrènent dans un mouvement quasi perpétuel qui vire au chaos et le disque vous abandonne, épuisé et heureux.

Aufgang avec cet album crée un son nouveau, ni classique, ni électro, ni jazzy, plutôt un carambolage séduisant, anticonformiste et libéré d’un genre, une musique totalement décomplexée. La pochette de l’album dévoile un long ponton de bois qui tel l’étrave d’un bateau file dans un océan calme comme cette musique expérimentale mais totalement audible pour le béotien et très certainement en avance sur son temps.

Aufgang – Good generation | SK* Session

Aufgang – Interview

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article
1 réponse sur « Aufgang : le piano est une machine ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

best of 2013 SK

Best of photos 2013

Quatre ans et demi après sa création, Soul Kitchen continue son chemin en essayant de vous faire vivre les meilleures découvertes musicales, en photos et en textes. Toute l’équipe vous souhaite une très belle année 2014 avec ce « Best of photos » de nos photographes.
otos concert : Aufgang @ Festival Woodstower 2013, Lyon | 24 aout 2013

photos : Festival Woodstower 2013 | 24.08.2013

Aufgang @ Woodstower 2013, 24 aout 2013 Voici quelques photos de la dernière et 15-ième édition du Festival Woodstower avec notamment Eels (malheureusement interrompus par la pluie), Aufgang, NOFX et The Toxic Avenger.
Woodstower 2013

Un bol d’air à Woodstower 2013

Woodstower 2013 Vous comatez dans la torpeur moite de l’été, jetez donc un oeil sur la formidable programmation de Woodstower 2013 qui annoncera la rentrée les 24 et 25 août.
Aufgang - Istiklaliya

Istiklaliya, déjà un classique !

Aufgang est un groupe atypique. Les trois compères Aymeric Westrich, Francesco Tristano et Rami Khalifé sont tous issus de conservatoire et leur rencontre dynamite les cases musicales.
Printemps de Bourges 2013

C’est le Printemps à Bourges !

Printemps de Bourges 2013 La programmation complète du Printemps de Bourges qui aura lieu du 23 au 28 avril est disponible sur le site du festival depuis quelques heures.
Printemps de Bourges 2013

Premiers noms du Printemps 2013

Printemps de Bourges 2013 Le Printemps de Bourges 2013 se déroulera du 23 au 28 avril, la programmation complète sera dévoilée le 31 janvier.

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.