Chronique CD : Tribe - Rebirth Carl Craig n’a jamais caché son amour du jazz, que ce soit en l’injectant à fortes doses dans ses compositions ou remixes divers ou en créant les groupes concepts Innerzone Orchestra ou The Detroit Experiment.

Tribe

Detroit, justement, la ville qui cristallise tous les fantasmes de nous autres européens, Motor City ou le rêve brisé de millions de gens venus s’installer dans la région des Grands Lacs dès la fin du XIXème siècle. Detroit, la ville de la révolution musicale avec Motown mais aussi MC5 ou les Stooges. La ville de la révolte avec les émeutes de 1967 et ses 40 morts. Tous les musiciens techno, s’étant rendus à Detroit comme à un pèlerinage obligatoire, s’accordent à dire que la plupart des musiciens de la ville ont une attache viscérale et un profond sens de l’entraide, qu’ils ont du mal à quitter leur cité et qu’ils y reviennent toujours quand leur carrière musicale les éloignent.

Rien d’étonnant donc à retrouver Carl Craig à la production de cet album de Tribe, collectif jazz formé dans les années 70 autour de Wendell Harrison, Phil Ranelin, Marcus Belgrave et Doug Hammond. On retrouve également sur ce disque Amp Findler dont la carrière musicale est bien remplie (Parliament, Funkadelic, Jamiroquai, Prince…) et qui a publié plus récemment un album électronique gorgé de funk et de soul « Waltz Of A Ghetto Fly ».

Discographie

Nous sommes donc bien en présence d’un disque de jazz et non d’électronique, la production de Carl Craig s’étant fait discrète, il n’a pas voulu dénaturer le propos de ces musiciens dont les racines musicales sont le groove, le funk, la soul. Carl Craig, prouve avec ce disque son attachement à Detroit mais aussi sa culture musicale qui ne semble avoir aucune limite avec, pour ces derniers mois, sa relecture en compagnie de Moritz Von Oswald de Ravel Et Moussorgski, son projet en compagnie de l’orchestre Les Siècles. Il faut espérer qu’il trouve le temps de nous concocter des tueries dancefloor dont il a le secret…

Sortie prévue le 30 novembre 2009.

Tracklist :
1. Living In A New Day
2. Glue Finger
3. Denekas Chant
4. Vibes From The Tribe
5. Son Of Tribe
6. Jazz On The Run
7. Ride
8. Lesli
9. 13th And Senate
10. Where Am I

4 réponses sur « Tribe – Rebirth »

N’étant vraiment pas un spécialiste de jazz, ce qui m’a attiré au premier abord, c’est la présence de Carl Craig à la production, présence comme je l’ai mentionné assez discrète, c’est pour moi un disque classique de jazz gorgé de cuivres qui dominent l’ensemble, très plaisant à écouter. Carl Craig ne s’est pas laissé aller à mon avis, à part sur le morceau « Son of Tribe » un peu à part du reste du disque.

Ouaip on a un peu la même vision. En fait il est plaisant et classique mais n’a pas ce surplus d’âme pour être le grand disque qu’il aurait pu être.

moi je l’ai trouvé cool ce disque… pas habitué à écouter du jazz, je me suis retrouvé dans ce projet aux sonorités 70’s.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Theo Parrish : Falling Up Remaster 2013

Theo Parrish : Falling Up Remaster 2013

Theo Parrish, bien que n’étant pas natif de Detroit a son nom étroitement lié à la scène bouillonnante de la Motor City depuis une vingtaine d’années pour le versant house.

Francesco Tristano – Idiosynkrasia

J’aurais bien aimé dire le plus grand bien de la nouvelle collaboration entre Francesco Tristano et Carl Craig, si vous lisez régulièrement mes chroniques vous aurez remarqué à quel point je peux faire preuve de manque d’objectivité dès qu’il est question du talentueux musicien de Detroit et mon admiration pour lui est parfois sans limite.

LCD Soundsystem : Throw

James Murphy et sa bande aiment au gré de leurs concerts distiller un peu de la musique d’autres artistes qui sont une source d’inspiration. Ainsi, « Throw », initialement sorti en 1994 bénéficie d’une reissue toujours sur Planet E. DiscographiesCarl Craig ★ LCD Soundsystem

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.