Catégories
Chroniques d'albums

Dungen & Woods – Myths 003

Après avoir réuni Weyes Blood et Ariel Pink le temps d’un EP (Myths 002), le festival californien Marfa Myths a enfermé les Suédois de Dungen et les Américains de Woods dans un studio. Le résultat de cette résidence s’appelle logiquement Myths 003 et sera le disque parfait pour célébrer le retour du printemps.


Jeremy Earl, le leader de Woods, est en forme. En pleine forme même. L’album City Sun Eater In The River Of Light avait achevé de convaincre les rares personnes qui avaient encore des doutes le concernant. Le dernier album de Woods, Love is Love (2017) a enfoncé définitivement le clou : Earl est en pleine maîtrise de ses moyens et pourrait nous écrire un petit chef d’oeuvre. On attendra 2019 pour le futur grand disque de Woods car 2018 est l’année de la rencontre de Jeremy Earl et du taulier de Dungen, Gustav Ejstes sous la houlette du Marfa Myths. Les responsables du festival enferment dans une même pièce deux musiciens. Ces derniers ne peuvent en sortir que s’ils écrivent un disque ensemble. L’écriture d’Ejstes s’affranchit rapidement des limites qu’on lui impose… Quant à celle d’Earl, elle est resplendissante.
Le résultat est à la hauteur des attentes. Dungen & Woods ou quand la glaciale Stockholm rencontre la timorée Brooklyn. L’univers de Woods se perd dans les méandres de celui de Dungen. On retiendra la fantastique Turn Around où la voix d’Earl fait des miracles et la rêveuse Jag Ville Va Kvar.

Dungen & Woods – Turn Around

Myths 003 de Dungen/Woods sera disponible le 16 mars 2018 chez Mexican Summer.

Dungen - Woods - Myths 003

Tracklist : Dungen - Woods - Myths 003
  1. Loop02
  2. Turn Around
  3. Marfa Sunset
  4. Morning Myth
  5. Jag Ville Va Kvar
  6. Saint George
  7. Just For The Taste

Dungen & Woods – Myths 0034.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Woods can’t get outta my head

Jeremy Earl et ses Woods sont de retour avec Strange Explain, leur onzième album. Et bonne nouvelle, ce disque est meilleur que le dixième. Dixième album qui était meilleur que le neuvième. Neuvième album qui était meilleur que le huitième…
Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.
Woods @ Lune des Pirates 23/03/2017

Les cinq grands Woods et le joli Loup

Avant de ressembler au Laurel Canyon grâce au set des Woods, La Lune des Pirates a été le théâtre d’un moment de communion entre House of Wolves et le public.
Woods

Ces chers Woods en tournée !

Jeremy Earl, le patron des Woods est un acharné. Il a attendu la publication de son quatrième disque pour attirer l’attention des médias et a décroché ce qu’il est convenu d’appeler du succès avec City Sun Eater in the River of Light, son neuvième album.
Paris Psych Fest 2016

Un dimanche soir à la ferme avec Jacco & ses potes

C’est à l’écoute des premières notes de Moving to the left, qui annonce la fin de la SIDE ONE de With light, With love, l’avant dernier vinyle des Woods, assise dans mon salon devant une fenêtre ouverte sur la pluvieuse grisaille parisienne, que je commence à écrire cet article.
Woods

Woods sort enfin du bois

Dans la vie, il faut aimer son papa comme sa maman. Hier nous avons parlé de Kevin Morby. Aujourd’hui nous évoquerons les Woods, l’ancien groupe de Morby.
Quilt

Sous les Quilt

Quilt est un groupe de Boston et vient de publier son troisième album intitulé Plaza. Anna Fox Rochinski, Shane Butler, Keven Lareau et John Andrews sont de parfaits petits américains qui savent réciter leurs leçons apprises en écoutant Pavement et Elastica.

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.