C’est amusant, en changeant deux lettres à Brexit on obtient Brewis. En gommant le X et le T, on passe donc du repli sur soi à la culture et l’ouverture musicale.

Depuis 2005, la fratrie Brewis chante du Ken Loach et fait danser son Sunderland natal. Pour cela, les Field Music mettent dans leur théière quelques disques des Talking Heads, un sachet d’Elvis Costello et une pincée de pop anglaise. Champions hors-catégorie pour les arrangements, les deux frères Brewis ont donc une discographie qui donnerait le tournis à la révélation hebdomadaire du N.M.E. Le dernier en date, Open Here, casse le plafond de verre de nos deux musiciens lookés comme des ingénieurs agronomes. Les arrangements sont tirés au cordeau, les textes sont brillants et la plume est affûtée comme jamais. Enregistré sans précipitation dans un studio amené à être détruit, Open Here est le grand disque des Brewis.

Field Music – Count It Up

Comment avez-vous trouvé votre son ? Il s’agit de votre disque le plus aventureux.

Peter Brewis : Nous avons eu l’opportunité de travailler avec un orchestre pour enregistrer la bande originale d’un film depuis la sortie de dernier album. Je pense que cela nous a donné la confiance nécessaire pour agrandir la palette de nos arrangements. Nous avons ajouté des cuivres et des instruments à vent à notre quatuor à cordes habituel. Nous voulions aussi faire un album varié mais cohérent dans son ensemble. Nous avons donc essayé de faire une combinaison instrumentale unique pour chaque chanson. Il y a un clavier et une boîte à rythmes sur Count it Up, une flûte et une guitare sur Time in Joy, un quatuor à cordes sur Open Here, des guitares et des cuivres sur No King, No Princess et nous avons tout mis dans Find a way to keep me ! On espère que notre chant ferait le lien entre toutes ces chansons.

Pourquoi l’avoir appelé Open Here?

C’est une sorte de blague. Nous avons aimé l’idée que ce disque serait emballé comme un bien de consommation courant. Tu as déjà remarqué l’expression « Open Here » sur ces produits pré-emballés ? Nous avons pensé que ce serait un peu amusant. La chanson Open Here est par contre un peu plus triste. Nous ne voulions pas que les choses soient trop moroses alors nous avons essayé de donner un titre un peu fun.

Field Music - Open Here

Comment avez-vous écrit ces nouvelles chansons ?

Je pense que j’ai écrit avec des combinaisons instrumentales spécifiques à l’esprit. Je ne peux pas parler pour David. J’ai aussi tendance à garder des enregistrements d’idées instrumentales et je prends le plus de notes possibles pour les paroles. C’est un processus d’écriture très spécifique. Je pense que nous avons gardé peu ou prou la même méthode.

Votre disque me fait énormément penser à ceux de Steely Dan ? C’est normal ?

Cela ne me dérange pas que notre musique rappelle aux gens d’autres choses. C’est même totalement normal ! Cependant, je ne possède qu’un seul disque de Steely Dan, The Greatest Hits ! Je ne dirais pas qu’ils ont vraiment eu une influence majeure. Cela dit, les gens font cette comparaison depuis que nous avons commencé ! Je pense que nous avons les mêmes influences que Steely Dan à savoir le jazz, la pop des années 60 et peut-être certaines choses dans la littérature et la culture populaires. Nous sommes aussi un duo… C’est pour toutes ces raisons que les gens font la comparaison. J’en suis heureux et assez flatté au final.

D’ailleurs quel est votre disque préféré de Steely Dan ?

Haha! Uniquement The Greatest Hits pour l’instant ! On m’a dit que Pretzel Logic etait fait pour moi. Nous verrons.

Field Music - Open Here

Open Here des Field Music est édité par le label Memphis Industries.
Les Field Music seront en concert au Flow (Paris) le 7 avril 2018.

Field Music - Open Here

Tracklist : Field Music - Open Here
  1. Time in Joy
  2. Count It Up
  3. Front of House
  4. Share a Pillow
  5. Open Here
  6. Goodbye
  7. the Country
  8. Checking on a Message
  9. No King No Princess
  10. Cameraman
  11. Daylight Saving
  12. Find a Way to Keep Me

Field Music – Open Here
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.
Field Music

Le Flow des Field Music

David Brewis et Peter Brewis sont déjà de retour ! Un après la parution de Commontime, Field Music annonce la sortie d’un nouvel album et des dates européennes.
Field Music - Commontime

Field Music – Commontime

Notre histoire d’amour avec Peter et David Brewis a commencé dès leurs débuts en 2005. Le premier disque des Field Music fut une belle surprise pop, le suivant (Tones of Town en 2007) fit encore plus fort et fut une véritable idylle. En plus d’être des surdoués de la pop, les frères Brewis sont des…

Les jours heureux des Field Music

La fratrie Brewis, qui n’est pas un chef d’œuvre près, revient aux affaires en février 2016 avec un nouvel album intitulé Commontime On espère que le titre de ce sixième album porte chance à nos habitants préférés de Sunderland.

Plus dans Chroniques d'albums

Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout…
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.
Gruff Rhys - Seeking

Gruff Rhys – Seeking New Gods

Obsédé par le mont Paektu, un volcan situé à la frontière de la Chine et de la Corée, Gruff Rhys atteint des sommets avec son septième album solo, le bien nommé Seeking New Gods.
The Chills - Scatterbrain

The Chills – Scatterbrain

Détruit par l’industrie musicale dans les années 90, Martin Phillipps (l’écrivain qui se cache derrière ce groupe) vit une seconde vie (musicale) depuis 2015 grâce à Fire Records, label anglais qui ne jure que par lui.