Field Music – Open Here

C’est amusant, en changeant deux lettres à Brexit on obtient Brewis. En gommant le X et le T, on passe donc du repli sur soi à la culture et l’ouverture musicale.

Depuis 2005, la fratrie Brewis chante du Ken Loach et fait danser son Sunderland natal. Pour cela, les Field Music mettent dans leur théière quelques disques des Talking Heads, un sachet d’Elvis Costello et une pincée de pop anglaise. Champions hors-catégorie pour les arrangements, les deux frères Brewis ont donc une discographie qui donnerait le tournis à la révélation hebdomadaire du N.M.E. Le dernier en date, Open Here, casse le plafond de verre de nos deux musiciens lookés comme des ingénieurs agronomes. Les arrangements sont tirés au cordeau, les textes sont brillants et la plume est affûtée comme jamais. Enregistré sans précipitation dans un studio amené à être détruit, Open Here est le grand disque des Brewis.

Field Music – Count It Up

Comment avez-vous trouvé votre son ? Il s’agit de votre disque le plus aventureux.

Discographie

Peter Brewis : Nous avons eu l’opportunité de travailler avec un orchestre pour enregistrer la bande originale d’un film depuis la sortie de dernier album. Je pense que cela nous a donné la confiance nécessaire pour agrandir la palette de nos arrangements. Nous avons ajouté des cuivres et des instruments à vent à notre quatuor à cordes habituel. Nous voulions aussi faire un album varié mais cohérent dans son ensemble. Nous avons donc essayé de faire une combinaison instrumentale unique pour chaque chanson. Il y a un clavier et une boîte à rythmes sur Count it Up, une flûte et une guitare sur Time in Joy, un quatuor à cordes sur Open Here, des guitares et des cuivres sur No King, No Princess et nous avons tout mis dans Find a way to keep me ! On espère que notre chant ferait le lien entre toutes ces chansons.

Pourquoi l’avoir appelé Open Here?

C’est une sorte de blague. Nous avons aimé l’idée que ce disque serait emballé comme un bien de consommation courant. Tu as déjà remarqué l’expression « Open Here » sur ces produits pré-emballés ? Nous avons pensé que ce serait un peu amusant. La chanson Open Here est par contre un peu plus triste. Nous ne voulions pas que les choses soient trop moroses alors nous avons essayé de donner un titre un peu fun.

Field Music - Open Here

Comment avez-vous écrit ces nouvelles chansons ?

Je pense que j’ai écrit avec des combinaisons instrumentales spécifiques à l’esprit. Je ne peux pas parler pour David. J’ai aussi tendance à garder des enregistrements d’idées instrumentales et je prends le plus de notes possibles pour les paroles. C’est un processus d’écriture très spécifique. Je pense que nous avons gardé peu ou prou la même méthode.

Votre disque me fait énormément penser à ceux de Steely Dan ? C’est normal ?

Cela ne me dérange pas que notre musique rappelle aux gens d’autres choses. C’est même totalement normal ! Cependant, je ne possède qu’un seul disque de Steely Dan, The Greatest Hits ! Je ne dirais pas qu’ils ont vraiment eu une influence majeure. Cela dit, les gens font cette comparaison depuis que nous avons commencé ! Je pense que nous avons les mêmes influences que Steely Dan à savoir le jazz, la pop des années 60 et peut-être certaines choses dans la littérature et la culture populaires. Nous sommes aussi un duo… C’est pour toutes ces raisons que les gens font la comparaison. J’en suis heureux et assez flatté au final.

D’ailleurs quel est votre disque préféré de Steely Dan ?

Haha! Uniquement The Greatest Hits pour l’instant ! On m’a dit que Pretzel Logic etait fait pour moi. Nous verrons.

Field Music - Open Here

Open Here des Field Music est édité par le label Memphis Industries.
Les Field Music seront en concert au Flow (Paris) le 7 avril 2018.

Field Music - Open Here

Tracklist : Field Music - Open Here
  1. Time in Joy
  2. Count It Up
  3. Front of House
  4. Share a Pillow
  5. Open Here
  6. Goodbye
  7. the Country
  8. Checking on a Message
  9. No King No Princess
  10. Cameraman
  11. Daylight Saving
  12. Find a Way to Keep Me

Field Music – Open Here
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.
Field Music

Le Flow des Field Music

David Brewis et Peter Brewis sont déjà de retour ! Un après la parution de Commontime, Field Music annonce la sortie d’un nouvel album et des dates européennes.
Field Music - Commontime

Field Music – Commontime

Notre histoire d’amour avec Peter et David Brewis a commencé dès leurs débuts en 2005. Le premier disque des Field Music fut une belle surprise pop, le suivant (Tones of Town en 2007) fit encore plus fort et fut une véritable idylle. En plus d’être des surdoués de la pop, les frères Brewis sont des […]

Les jours heureux des Field Music

La fratrie Brewis, qui n’est pas un chef d’œuvre près, revient aux affaires en février 2016 avec un nouvel album intitulé Commontime On espère que le titre de ce sixième album porte chance à nos habitants préférés de Sunderland.

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.