Les Redeye, Kid Bombardos et PacoVolume au Scopitone

Photos concert : PacoVolume @ Scopitone, Paris, 25 novembre 2009
Abi - 26/11/2009

Photos concert : PacoVolume @ Scopitone, Paris,  25 novembre 2009
PacoVolume @ Scopitone, Paris, 25 novembre 2009

La folk, le rock et la pop avaient tous les trois rendez-vous hier soir au Scopitone. Au programme : Redeye, les Kid Bombardos et PacoVolume.
L’occasion était trop belle pour redécouvrir cette salle parisienne, anciennement appelée Paris Paris mais qui n’a gardé que le numéro et l’Avenue de l’opéra en commun. L’ambiance y est toujours feutrée, un brin plus sombre certes. La scène est un deux pièces très cosy cerclé de néons violets avec des murs couverts de faux caissons de basse ; la batterie est donc reléguée dans l’antichambre avec un pompeux portrait de Beethoven, et le reste du groupe au premier plan. Plus de petit salon rouge pour papoter mais un grand bar de zinc scintillant pour nous consoler. On peut même s’y faire servir une collation, bien utile entre un Blanc et un Jack Daniel.

Redeye

Solo frenchy de folk bien léchée. Il enchaîne les titres à la guitare électrique assis sur sa chaise basse. Les mélodies sont un brin mélancolique et son chant est juste mais l’alchimie ne prend pas pour tout le monde.

2009_11_25_ReDeYe
2009_11_25_ReDeYe
2009_11_25_ReDeYe
2009_11_25_ReDeYe
2009_11_25_ReDeYe
2009_11_25_ReDeYe
2009_11_25_ReDeYe

Kid Bombardos

Ces quatre jeunes bordelais étaient montés sur Paris pour trois jours et donc trois concerts : Scopitone, Flèche d’or et Galerie Lafayette. Si jeunes mais si pro, la voix du chanteur se délecte avec ses angles tantôt graves tantôt aigus. Leurs pieds se tordent et gigotent, la main du guitariste solo est dure à suivre et le batteur au second plan se déchaine. Un point pour eux, ils ont mis le bassiste au centre de la scène, et on comprend pourquoi : pas de médiator, des doigts de fée et une transe unique. La mélodie d’Around the Bend s’imprègne dans le public, et I’m Gonna Try donne des frissons de plaisir. Le public a le sourire aux lèvres et se balance. Mission accomplie ! Final autour du batteur chamane qui envoute tout son groupe autour de ses caisses.

2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos
2009_11_25_kidBombardos

PacoVolume

Ce soir là, Paco a abandonné sa veste de chasseur. Oubliez l’œnologie, la Nouvelle Zélande et tous les trucs polis qui se rabâchent sur son dossier de presse s’il vous plaît.
Petit gilet bleu marine et ton provocateur. Ouverture du set sur Everybody Die. Paco nous conte la théorie des chansons, comme quoi grosso modo : soit on parle d’amour, soit de rupture et d’amour vain, soit de religion. Du coup il enchaîne sur Judas avec le ukulélé en précisant que ni lui ni ses paroles ne se prennent au sérieux et qu’il s’accorde seulement à être commercial en chantonnant.

On passe ensuite au deuxième sujet de prédilection : séquence émotion. Pour PacoVolume, c’est le moment où votre tendre doit crocheter ses lèvres aux vôtres pour savourer son concert. On lui accorde le bénéfice du doute, mais c’est une belle galipette pour enchaîner sur Discontinued Things.
Le tube Cookie Machine se laisse désirer, le public va être mis à contribution avec ses ‘ohhohhhoo’ et ses ‘clap clap’, Paco fronce les sourcils : « c’est assez dur comme morceau, j’aimerais vous y voir ». Final sur une reprise déchaînée de Kim Wilde : Kid in America, le public disjoncte.

PacoVolume ou l’art et la manière de jouer de la pop fraîche et de balancer des vérités commerciales en mimant un sérieux déconcertant. La veste de chasse à courre devait blinder sa verve, qu’il la fasse désormais tomber, on se plaît beaucoup plus à écouter son One Man Show.

2009_11_25_PacoVolume
2009_11_25_PacoVolume
2009_11_25_PacoVolume
2009_11_25_PacoVolume
2009_11_25_PacoVolume
2009_11_25_PacoVolume
2009_11_25_PacoVolume
2009_11_25_PacoVolume
2009_11_25_PacoVolume
2009_11_25_PacoVolume
2009_11_25_PacoVolume
Date : 25 novembre 2009
Photographe : Garko

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».