Interpol qui en était venu à marauder avec des albums décevants revient en très grande forme avec Marauder, son sixième album.

La sortie d’un disque d’Interpol fera toujours un petit quelque chose aux gens qui avaient 20 ans en 2002 et qui venaient de se prendre la baffe de leur vie un an plus tôt avec le premier Strokes. Il y a 16 ans, Kings of Leon s’apprêtaient à sortir Youth & Young Manhood, The Warlocks nous faisaient danser avec Shake The Dope Out et Interpol nous enivrait avec Turn On The Bright Lights, un disque indépassable. Mais au final, comment en vouloir à Paul Banks, Daniel Kessler et Sam Forgarino ?
The Strokes ne firent jamais mieux que Is This It et The Warlocks appliquèrent les méthodes de leur seul et unique tube. Et par politesse, on ne parlera de The Thrills qui eurent tout bon avec So Much For The City et tout faux ensuite.

Interpol – If You Really Love Nothing

Interpol a au moins eu le mérite de garder les clefs de la maison et a tenté de donner une suite crédible à leur chef d’oeuvre. Les choses ont été compliquées et il a fallut attendre El Pintor pour entrevoir de nouveau l’efficacité froide des New-Yorkais. Marauder chasse les derniers rayons de soleil et nous plonge dans une atmosphère poisseuse et urgente. Une éternité que Banks ne nous avait pas fait faire une crise de claustrophobie… S’inspirant de Lynch et de Miller, produit par Dave Fridmann (MGMT, Mercury Rev), Marauder permet de retrouver la gloire urgente d’antan (Flight of Fancy, The Rover) et les sirènes passées. Sûrement revigorés par la tournée Turn On The Bright Lights de 2017, Interpol a enfin trouvé la solution à son problème. Voici donc le deuxième « vrai » disque d’Interpol.

Interpol - Marauder

Marauder d’Interpol est disponible chez Matador/Beggars Banquet.
Interpol sera en concert le 29 novembre 2018 à la salle Pleyel (Paris).
Interpol - Marauder

Tracklist : Interpol - Marauder
  1. If You Really Love Nothing
  2. The Rover
  3. Complications
  4. Flight Of Fancy
  5. Stay In Touch
  6. Interlude 1
  7. Mountain Child
  8. NYSMAW
  9. Surveillance
  10. Number 10
  11. Party's Over
  12. Interlude 2
  13. It Probably Matters

Interpol – Marauder4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Interpol @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

photos : Interpol et Idles @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

L’orage sur Fourvière a galvanisé les déjà très remuants Idles jusqu’à improviser Thunderstruck d’AC/DC. Mais une fois les grondements du tonnerre et les vociférations brutalisantes de Joe Talbot passés, ce sont les classieux Interpol en maraude qui ont interpellé le public des nuits de Fourvière enfin apaisées.
Interpol

Bon week-end avec Interpol

Les choses se précisent pour Interpol. Avant de venir jouer quelques concerts en France, les New-Yorkais publient un deuxième extrait d’A Fine Mess, un EP qui sera dans les bacs (ou en ligne) le 17 mai 2019.
Interpol

Interpol dit la messe

Interpol était en forme olympique en 2018… Paul Banks et ses acolytes continuent leur parcours de santé avec un nouveau titre et annoncent une tournée mondiale.
Interpol

Interpol maraude

En 2002, Paul Banks et ses copains avaient tout bon avec Turn On The Bright Lights leur premier album. Et depuis ? Cinq albums et autant de raisons de déprimer. Et puis un miracle s’est produit hier : Interpol a publié un bon titre.

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…