MellaNoisEscape – Heartbeat of the death

Impossible pour l’amateur de musique différente de ne pas avoir croisé un jour Olivier Mellano à travers ses multiples collaborations (Psykick Lyrikah, Laetitia Sheriff, Dominique A, Miossec), ses duos barrés (Mobiil, NO & RD) ou ses œuvres collectives comme La chair des anges, le musclé No land avec Brendan Perry (Dead Can Dance) et le Bagad Cesson.

Et comment oublier Ici-bas le récent concert de clôture du dernier festival d’Avignon où un plateau impressionnant (Dominique A, Jeanne Added, Camille, Hugh Coltman, Piers Faccini, Philippe Katerine, JP Nataf, Rosemary Standley entre autres) revisitait les sublimes mélodies de Gabriel Fauré.

MellaNoisEscape est né de l’envie de prendre le contre-pied de ce qui précède, d’être le capitaine du navire avec un premier album en 2014. Pour Heartbeat of the death (quel titre !), il souhaitait un trio resserré et travailler avec des filles qui possèdent une énergie particulière. Il recrute alors à la batterie Valentina Magaletti, italienne installée à Londres qui a tenu les baguettes pour The Oscillations, Bat For Lashes ou encore The Can Projet (avec My Bloody Valentine et Sonic Youth). Le triangle est complété à la basse par Suzy Le Void alias Miët qui possède cette urgence viscérale à s’exprimer.

Discographie

Heartbeat of the death est un diamant noir, parti d’un constat pessimiste avec cette humanité qui se déshumanise. Ce disque urgent et tendu est d’une terrible beauté : sombre et lumineux, abrasif et caressant. On retrouve ce mélange d’harmonies baroques et d’énergie électrique qui fascine, cette effervescence faite d’explorations sonores à la Blonde Readhead. Noir c’est noir et il y a de l’espoir pour Olivier Mellano, un noir à la Soulages, profond et ondoyant selon notre regard. Du manifeste augural, The widest scale sorte de mantra noise rock, en passant par l’ensorcelant Overwhelming joy, le sépulcral Black scintillas, le lynchien The Glint, la comptine vénéneuse Vitreous Circle ou encore le très pop Expected World que ne renierait pas un récent démissionnaire écologiste. Heartbeat of the death est aussi le titre d’une peinture fascinante de la japonaise Haruko Maeda qui orne la pochette, véritable manifeste et porte d’entrée d’un disque à expérimenter et à savourer d’une traite.

MellaNoisEscape II – TEASER 2018

MellaNoisEscape_Heatbeat_of_the_Death

Tracklist : MellaNoisEscape - Heartbeat of the Death
  1. The widest scale
  2. Overwhelming joy
  3. Black scintillas
  4. The glint
  5. Vitreous Circle
  6. The expected world
  7. Heartbeat of the Death
  8. Conforming monsters
  9. Hold the void
  10. Across from the castle

MellaNoisEscape – Heartbeat of the death
10/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

MellaNoisEscape - Across from the castle

Photo sensible

Across from the castle clôt Heartbeat of the death le dernier album de MellaNoisEscape qui fait toujours battre notre cœur depuis sa sortie en 2018.
MellaNoisEscape - Heartbeat of the Death

Vidéo : MellaNoisEscape – Heartbeat of the Death

Non, ce n’est pas le titre du premier épisode de la huitième saison de GOT. Pourtant, les paysages, les lieux et les visages filmés par Gaétan Chataigner pour illustrer Heartbeat of the Death qui donne son titre à l’excellent album de MellaNoisEscape sont somptueux.
For Noise 2015

For Noise 2015

For Noise existe depuis 1997, la nouvelle édition aura lieu les 20, 21 et 22 août à Pully à coté de Lausanne sur les bords du lac Léman en Suisse et propose une fois de plus une programmation de folie.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.